Sphinx du peuplier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Laothoe populi

Le Sphinx du peuplier, Laothoe populi, est un lépidoptère appartenant à la famille des Sphingidae, à la sous-famille des Smerinthinae et à la tribu des Smerinthini. C'est l’espèce type pour la sous-famille des Smerinthinae, c'est également l’espèce type pour le genre Laothoe. Il ne faut pas confondre L. populi avec Pachysphinx modesta, qui porte aussi le nom commun de Sphinx du peuplier mais qui se retrouve en Amérique du Nord.

Description[modifier | modifier le code]

  • Envergure du mâle : 32 à 38 mm. Au repos, les ailes antérieures de cette espèce recouvrent généralement la tache orangée des ailes postérieures. Ces dernières émergent vers l'avant.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Régions paléarctiques et Sibérie, en France partout.

Biologie[modifier | modifier le code]

  • Période de vol : de mai à septembre en deux générations.
  • Habitat : près des peupliers.

Plantes-hôtes[modifier | modifier le code]

Principalement Populus, Salix et Betula.

Cycle biologique[modifier | modifier le code]

Une à deux générations par an. Les œufs sont pondus sous les feuilles en petits groupes ou isolément (juin, août). L'éclosion a lieu entre une dizaine et une vingtaine de jours après la ponte. On peut trouver les chenilles de juin à octobre. Leur développement terminé, elles pratiquent la nymphose à faible profondeur dans le sol. Les imagos volent en mai-juin ainsi qu'en juillet-septembre en régions méridionales. Ils ne se nourrissent pas.

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Laothoe populi a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758[1], sous le nom initial de Sphinx populi.

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Sphinx populi Linnaeus, 1758 Protonyme
  • Sphinx tremulae Borkhausen, 1793[2]
  • Smerinthus populi var. rufescens de Selys-Longchamps, 1857 [3]
  • Merinthus palustris Holle, 1865[4]
  • Merinthus populi var. salicis Holle, 1865 [5]
  • Smerinthus populi ab. rufescens Fuchs, 1889 [6]
  • Amorpha populi ab. roseotincta Reuter, 1893 [7]
  • Smerinthus populi ab. borkhauseni Bartel, 1900 [8]
  • Smerinthus populi ab. fuchsi Bartel, 1900 [9]
  • Smerinthus populi ab. pallida Newnham, 1900 [10]
  • Smerinthus populi ab.violacea Newnham, 1900
  • Amorpha populi pallida (Tutt, 1902)[11]
  • Amorpha populi suffusa (Tutt, 1902)
  • Smerinthus populi decorata (Schultz, 1903)[12]
  • Smerinthus populi cinerea-diluta (Gillmer, 1904)[13]
  • Smerinthus populi ferruginea-fasciata (Gillmer, 1904)
  • Smerinthus populi ferruginea (Gillmer, 1904)[14]
  • Smerinthus populi grisea-diluta (Gillmer, 1904)
  • Smerinthus populi grisea (Gillmer, 1904)
  • Smerinthus populi pallida-fasciata (Gillmer, 1904)
  • Smerinthus populi rufa-diluta (Gillmer, 1904)
  • Smerinthus populi rufa (Gillmer, 1904)
  • Smerinthus populi subflava (Gillmer, 1904)
  • Smerinthus populi rectilineata (Klemensiewicz, 1912)
  • Amorpha populi angustata (Closs, 1916)
  • Amorpha populi flavomaculata (Mezger, 1928)
  • Amorpha populi depupillatus (Silbernagel, 1943)
  • Amorpha populi philiponi (Huard, 1928)
  • Amorpha populi lappona (Rangnow, 1935)
  • Laothoe populi albida (Cockayne, 1953)
  • Laothoe populi basilutescens (Cockayne, 1953)
  • Laothoe populi moesta (Cockayne, 1953)
  • Laothoe populi bicolor (Lempke, 1959)
  • minor (Vilarrubia, 1973)

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Liste des sous-espèces
  • Laothoe populi populi (Linnaeus, 1758)
  • Laothoe populi lappona (Rangnow, 1935)[15]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Linnaeus, 1758; Syst. Nat. (Edn 10) 1 : 489
  2. Borkhausen, 1793; Rhein. Mag. Naturk. 1: 649
  3. de Selys-Longchamps, 1857; Ann. Soc. Ent. Belge 1 : 42
  4. Holle, 1865; Schmett. Deutchl.: 9
  5. Holle, 1865; Schmett. Deutchl.: 95
  6. Fuchs, 1889; Jahrb. Nass. Ver. Naturk. 42: 204-205
  7. Reuter, 1893; Acta Soc. F. F. Fenn. 9 (6): 20
  8. Bartel, 1900; Palae. Großschm. 2: 194
  9. Bartel, 1900; Palae. Großschm. 2: 193-194
  10. Newnham, 1900; Campbell-Hyslop, Church Stretton:
  11. Tutt, 1902; Nat. Hist. Brit. Lepid. 3: 469
  12. Schultz, 1903; Berl. Ent. Z. 47 : 288
  13. Gillmer, 1904; Arch. Ver. Naturgesch. Mecklenburg 58: 69
  14. Gillmer, 1904; Arch. Ver. Naturgesch. Mecklenburg 58: 70
  15. Rangnow, 1935; Ent. Rdsch. 52: 189

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P.C. Rougeot, P. Viette, Guide des papillons nocturnes d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé, Lausanne 1978.
  • D.J. Carter et B. Hargreaves, Guide des chenilles d'Europe, Paris, Delachaux et Niestlé, , 311 p. (ISBN 978-2-603-00639-9), p. 53 (DL février 2005)
  • Collectif d'entomologistes amateurs, Guide des papillons nocturnes de France, Paris, Delachaux et Niestlé, , 288 p. (ISBN 978-2-603-01429-5), p. 32 n° 63