Paul François

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir François.
Ne doit pas être confondu avec Paul Faucher (éditeur).
Paul François
Naissance
Bernac, Charente
Nationalité Français
Profession
Agriculteur (céréalier)
Autres activités
Militant associatif
Distinctions

Paul François est un agriculteur-céréalier du Pays Charentais, connu comme militant associatif. Après des années à travailler sa terre de manière conventionnelle, il est victime d'un grave accident en 2004 lors de la manipulation d'un herbicide de la firme Monsanto aujourd'hui interdit en France. Ayant des lésions sévères et irréversibles il attaque la multinationale en justice, et bénéficie de verdicts favorables en première instance et en appel. Divisant la profession mais obtenant de nombreux soutiens dans les milieux alternatifs, son combat à fait l'objet d'une importante couverture médiatique, d'un livre qu'il a rédigé, et de la reconnaissance institutionnelle par la Légion d'honneur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Agriculteur conventionnel[modifier | modifier le code]

Paul François naît en 1965 dans le Pays Charentais, et ses parents travaillant dans la petite paysannerie à Bernac[1],[2] il se tourne dés ses seize ans dans cette profession[3]. Après avoir repris l'exploitation familiale de 240 ha de maïs, il perpétue un modèle conventionnel incluant l'utilisation de pesticides[1],[2]. Paul François évoque cette époque comme un contexte d'après-guerre axé sur la volonté générale d'autosuffisance alimentaire et de productivisme, mais également à une « Révolution verte » qui tranche avec le labeur d'autrefois de la charrue tout en gagnant correctement sa vie[4]. Il parle aussi d'une manipulation des sociétés phytosanitaires par un discours rassurant et des publicités idylliques, d'un manque de réelles informations, et d'une profession qui ne souhaitait pas se remettre en question tant que tout allait bien[1],[4].

Accident et combat judiciaire[modifier | modifier le code]

Le alors qu'il pratique un épandage classique avec son tracteur sur ses cultures, il inhale accidentellement des vapeurs d'un herbicide de la firme Monsanto commercialisé sous le nom de Lasso en vérifiant une cuve[1],[2],[5],[4] restée au soleil[6]. Ce produit considéré comme dangereux, était pourtant interdit au Canada en 1987, au Royaume-Uni ainsi qu'en Belgique en 1992, mais ne le sera en France qu'en 2007[2]. Paul François, pris de bouffées de chaleurs et d'étourdissement, finit par perdre connaissance, et est admis d'urgence à l’hôpital grâce aux réflexes de sa femme infirmière[4] et y sera régulièrement durant plus de deux-cent jours[1],[6]. Il lui faudra pourtant batailler longuement avant que les causes soient établies[4], le lien avec le produit et en particulier le monochlorobenzène ayant été fait tardivement et après des accusations de folie et de shoots volontaires[1],[2]. Paul François décide d'attaquer en 2005 la Mutualité sociale agricole pour être reconnu accidenté du travail[6], statut qu'il obtient avec un handicap de 40%[1]. Après des hésitations[1] cette procédure l'incite à engager en 2007 aussi une plainte contre la société Monsanto, l'amenant dans un long périple judiciaire[6] : il bénéficie de deux verdicts favorables en première instance en 2012 au T.G.I. de Lyon puis en appel en 2015[1],[2],[6]. La cour de cassation décide toutefois de casser la condamnation, et renvoie l'affaire[1],[6],[7]. Dans l'attente d'une issue définitive en , l'agriculteur accumule environ 50 000 euros de dette et doit faire appel au financement participatif pour faire face aux frais[1],[4],[3],[6].

François contre Monsanto[modifier | modifier le code]

Première instance[modifier | modifier le code]

Le produit Monsanto avec lequel François a été empoisonné est connu commercialement sous le nom de Lasso[8].

En décembre 2011, les arguments définitifs de la cour ont été entendus[9].

En février 2012, le Tribunal de Grande Instance de Lyon a condamné Monsanto à payer des dommages-intérêts à Paul François[10].

Appel[modifier | modifier le code]

En 2015, à la cour d'appel, les avocats de Monsanto, ont refusé d'admettre à plusieurs reprises que leur produit était toxique et soutenu que les dommages-intérêts dus étaient fictifs[8].

Monsanto est engagé dans une lutte d'arrière-garde, et à compter de 2017, a refusé de s'entendre[11].

Deuxième appel[modifier | modifier le code]

Un nouveau jugement à lieu en février 2019, suite au pourvoi en cassation de Monsantos. La cour d'appel de Lyon reconnaît Monsanto responsable du dommage causé à Paul François le 11 avril 2019[12].

Militant associatif[modifier | modifier le code]

Il fonde l'association Phyto-Victimes en 2011, venant en aide à toute personne ayant subie des dommages liés aux pesticides[1],[13],[14]. À ce titre le il est promu chevalier de la Légion d'honneur, distinction remise par Nicolas Hulot[15],[16],[14],[17]. Se basant notamment sur son expérience[4], il met en cause - soutenu par l'ancienne ministre Corinne Lepage - de potentiels conflits d’intérêt entre la firme Monsanto et des experts notamment en exercice dans les centres antipoisons[18]. Le , il publie un livre engagé sous le titre « un paysan contre Monsanto[1],[4],[19]. » Il déplore l'absence d'une véritable ambition du président Emmanuel Macron et du Gouvernement, repoussant l'interdiction du glyphosate en 2021[20],[21],[22]. Interrogé dans le cadre de l'affaire Dewayne Johnson aux États-Unis, il déclare la condamnation de Monsanto encourageante notamment pour espérer une législation plus forte en Europe[23],[24]. Depuis, Paul François a converti son exploitation au biologique et promeut cette pratique[2],[6] notamment dans des lycées agricoles[1]. Il s'est rendu en Argentine[1] et au Burkina Faso[6] pour soutenir des paysans touchés, et aide aussi des familles en France[5]. Paul François se bat désormais pour faire voter par le Parlement un fond d'indemnisation, dont le financement serait assuré par les entreprises du secteur[1].

Auteur[modifier | modifier le code]

François a écrit, avec Anne-Laure Barret, Un paysan contre Monsanto pour documenter son combat contre Monsanto. Ce livre, qui a été mis sur le marché en octobre 2017, a été publié par les éditions Fayard presse[25].

Filmographie[modifier | modifier le code]

L'histoire de Paul François est décrite dans le film documentaire Les Sentinelles[26], de Pierre Pézerat et sorti en 2017. Ce film retrace son combat d'intoxiqué contre l'entreprise Monsanto[27] mais aussi d'ouvriers victimes de l'amiante[28].

Son histoire inspire également la série télévisée de Jean-Xavier de Lestrade, Jeux d'influence[29],[30].

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o et p Paul François, le paysan qui défie Monsanto, reportage de France 2 (consulté le ).
  2. a b c d e f et g Paul François : ce paysan qui défie Monsanto sur le site du journal le Parisien (consulté le ).
  3. a et b Paul François face à Monsanto : « A bout de souffle, je me tourne vers vous aujourd’hui pour m’aider » sur le site du journal Bastamag (consulté le ).
  4. a b c d e f g et h Quand le monde du travail tue sur le site de la radio France Culture (consulté le ).
  5. a et b Paul François et la famille Grataloup, des combats vitaux en France contre Monsanto sur le site du journal Libération (consulté le ).
  6. a b c d e f g h et i En France, le combat de Paul François sur le site du journal la Nouvelle République (consulté le ).
  7. Paul François, céréalier en procès contre Monsanto : Ils jouent la montre en espérant que la maladie nous tue sur le site de la chaine BFM TV (consulté le ).
  8. a et b fdesouche.com: "Le combat d'un homme contre Monsanto", 15 septembre 2015
  9. lavie.fr: "Paul François, malade des pesticides, demande réparation à Monsanto", 06/12/2011
  10. lyonmag.com: "Le “Lasso” de Monsanto condamné à Lyon, 13-02-2012
  11. reussir.fr: "Paul François : « Je ne suis pas tout à fait au bout de mon combat »", 26 octobre 2017
  12. https://fr.news.yahoo.com/troisi%C3%A8me-victoire-justice-lagriculteur-paul-fran%C3%A7ois-face-%C3%A0-150538803--finance.html
  13. Présentation de l’association sur le site de l'association Phyto-Victimes (consulté le ).
  14. a et b Légion d'honneur: trois nouveaux chevaliers charentais sur le site du journal Charente libre (consulté le ).
  15. La légion d'honneur pour un agriculteur empoisonné par un pesticide sur le site de France 3 Aquitaine (consulté le ).
  16. Le Charentais Paul François distingué par la Légion d’honneur sur le site du journal Sud Ouest (consulté le ).
  17. Insecticides : Il est très difficile en France de s'en passer, estime l'agriculteur Paul François sur le site du journal RTL (consulté le ).
  18. L'agriculteur Paul François évoque un éventuel "conflit d'intérêts" entre Monsanto et des centres antipoison sur le site du journal Europe 1 (consulté le ).
  19. Un paysan contre Monsanto sut le site de l'éditeur Fayard (consulté le ).
  20. Pesticides : Paul François déplore la volte-face du président Macron sur le site du journal Sud Ouest (consulté le ).
  21. Pesticides : le président de Phyto-Victimes dénonce le double discours d'Emmanuel Macron sur le site du journal JDD (consulté le ).
  22. L'agriculture peut-elle se passer de pesticides ? sur le site de la radio France Culture (consulté le ).
  23. L'agriculteur Paul François heureux pour toutes les victimes de Monsanto sur le site du journal le Figaro (consulté le ).
  24. Procès Monsanto. « Beaucoup d’espoir » pour les victimes, selon l’agriculteur Paul François sur le site du journal Ouest-France (consulté le ).
  25. leparisien.fr: "Paul François : ce paysan qui défie Monsanto", 22 octobre 2017
  26. https://www.les-sentinelles.org/
  27. https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/les-sentinelles-un-film-hommage-aux-lanceurs-d-alerte-sur-les-grands-scandales-sanitaires-975982.html
  28. https://www.telerama.fr/cinema/films/les-sentinelles,n5180220.php
  29. Aude Massiot, « Jeux d'influence, l'affaire Monsanto revisitée en série », sur Libération.fr, Libération, (consulté le 10 juin 2019)
  30. Annabelle Laurent, « « Jeux d’influence », la série d’Arte qui résonne avec l’affaire Monsanto », sur usbeketrica.com, Usbek et Rica, (consulté le 10 juin 2019)