Patine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La patine est la couleur que prennent les objets sous l'effet du temps. Par extension, le mot désigne également une peinture transparente destinée à harmoniser la couleur et les nuances d'un objet. Lorsqu'on utilise une peinture transparente ou un vernis en guise de patine, on cherche à reproduire l'effet du temps. Les meubles peuvent être patinés, le marbre, le bois, mais aussi le cuir (chaussure), et le métal.

La patine à la chaux est une technique de peinture à la chaux.

La patine du bronze[modifier | modifier le code]

Le bronze est un métal qui est souvent patiné (dans le domaine de l'art) : le patineur chauffe au moyen d'un chalumeau la surface du bronze tout en appliquant (par un pinceau en tamponnant) à chaud des oxydes métalliques (sel de cuivre, fer, potasse, chrome, nitrates). La succession de couches d'oxydes acides attaque la pièce (une éponge à l'eau permet d'en enlever les excès), obtenant ainsi des effets de transparence et des couleurs traditionnelles (vert, brun) ou modernes (bleu, noir, rouge - acajou, ocre)[1].

Il est difficile de connaître la couleur originale de beaucoup de bronzes antiques vu l'état de corrosion dans lequel ils se trouvent. Des études tendent à prouver que des patines étaient recherchée par le bronzier antiques par modification des alliages. La teinte générale de l’alliage de base des statues et de la vaisselle recherchée par le bronzier était proche de celle de l’or, comme en témoigne le Cratère de Derveni, alliage à 15 % d’étain. Les bronzes la plupart du temps se patinaient naturellement en vert-de-gris à moins - comme le relate Pline - qu'on ne les enduise d’huile, de bitume ou de poix solution provisoire qui devait être renouvelée régulièrement par nettoyage - enduisage. Il n'est pas exclu que certain bronzier ont dès lors opté pour une patine sombre obtenue à partir d'un alliage incorporant or ou argent. Une patine noire - appelée « cuivre noir » ou « bronze noir » - a été relevée sur plusieurs bronzes incorporant cuivre, or et argent. Le très célèbre bronze de Corinthe était probablement de cette patine, réputée inaltérable[2]. (Cette patine est recherchée d'une manière semblable dans le Shakudō)

Le vert-de-gris[modifier | modifier le code]

Bacchus-Richard Ohmann - 1880- Bronze patiné en vert-de-gris

Le vert-de-gris est une des patines du bronze les plus connues ; c'est la couleur verte qui se voit souvent sur les statues.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marianne-Durand Lacaze, Le sculpteur Pierre Edouard à la fonderie d’art Godard : la lumière du bronze, Canal Académie, 30 octobre 2011.
  2. Sophie Descamps-Lequime. Couleurs originelles des bronzes grecs et romains. Analyse de laboratoire et patines intentionnelles antiques.Sur mediachimie.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]