Mohamed Hassan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mohamed Hassan
Fonctions
Personnalité politico-religieuse
Biographie
Nom de naissance Mohammed bin Ibrahim bin Ibrahim Al-Hassan
Date de naissance
Lieu de naissance Dmoha, Drapeau de l'Égypte Égypte
Nationalité egyptienne
Diplômé de Université du Caire
Profession Homme politique
Religion Islam

Mohamed Hassan dit Cheikh Mohamed Hassan (de son nom complet Mohammed bin Ibrahim Al-Hassan) est une personnalité politico-religieuse égyptienne connue pour être un important leader du mouvement salafiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né en 1962 à Dmoha, dans le Gouvernorat de Dakhleya en Égypte , dans une famille pieuse. Son grand-père maternel lui a appris le Coran. Il rejoint l'école coranique à quatre ans.

Il obtient une licence en sciences de l'information à l'Université du Caire puis un Master en études islamiques à l'Institut d'études islamique.

Il s'installe en Arabie saoudite en tant que prédicateur de la mosquée Arrajhi. Ensuite, il enseigne à l'Université Islamique Imam Mouhammad Bin Saoud de la ville de Qassim[réf. insuffisante][1].

Il devient populaire en donnant de nombreuses conférences ou prêches à la télévision[2],[3].

Prises de position et polémiques[modifier | modifier le code]

Mohamed Hassan intervient régulièrement à travers les médias, notamment à travers des vidéos sur le site Youtube, pour donner son avis sur l'actualité.

Peu connu en Occident, il a pu toutefois interpeller notamment sur ses prises de position concernant les causes de certaines épidémies. Ainsi, il explique dans ses prêches que le sida ou la grippe porcine sont les conséquences des choix des infidèles: « La communauté internationale n’est infectée que parce qu’elle s’est égarée de la voix d’Allah et du prophète[4]. ».

Concernant la géopolitique, il s'oppose à Bachar Al-Assad et a émis une fatwa appelant à son meurtre[5]. Il soutient le jihad en Syrie : « Le jihad est indispensable à la victoire de nos frères en Syrie. Toutes les formes de jihad : celui de l’esprit, de l’argent ou des armes » [6].

Accusé par ses détracteurs de diffuser un Islam violent et radical, il a soulevé une vive opposition lors de sa venue en Tunisie en 2013[7].

Idéologie[modifier | modifier le code]

Cheikh Mohamed Hassan est plutôt un salafi. Il n'est pas officiellement membre de la confrérie mais il la soutient politiquement. Son discours est basé sur les constances du wahhabisme saoudien. Ses prêches de vendredi ou sur les plateaux TV le situe en élève des références wahhabites connus, il le revendique. Son positionnement idéologique est diversement analysé [7].

  • Le député tunisien Habib Ellouze estime que « c'est un savant et il ne va nullement propager des discours wahhabites ».Le courant wahhabite lui semble incompatible avec l'esprit des tunisiens « ouverts et tolérants de par leurs histoire et civilisation ».
  • Ferid El-Beji, président de l'association Dar al-Hadith Ezzaïtouni, estime qu'il diffuse des messages dangereux. « Mohamed Hassan a un discours d'exclusion. Il diffuse une idéologie wahhabite et qualifie de mécréants tous ceux qui ne partagent pas ses idées. Je suis totalement contre sa visite. J'interpelle les consciences pour qu'on mette fin aux visites de ces gens dangereux ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie « Mohamed Hassan » sur le site assabile.com.
  2. Egypt: Islamists vs. Copts par Raymond Ibrahim
  3. [réf. insuffisante] Raymond Ibrahim, « In Defense of Islamic Doctrine: Taqiyya about Taqiyya », christianpost.com, « Opinion », 11 avril 2014.
  4. Interview de Caroline Fourest, « http://leplus.nouvelobs.com/contribution/174088-a-propos-des-rumeurs-sur-le-mari-de-martine-aubry.html », parue dans leplus.nouvelobs.com, le 19 juillet 2011.
  5. (ar) « Fatwa de Mohamed Hassan appelant au meurtre de Bachar Al-Assad », sur Youtube,
  6. Raphaël Proust, « La Syrie bascule dans la guerre de religions », publié dans lopinion.fr du 16 juin 2013.
  7. a et b « Tunisie : Ennahdha déroule le tapis rouge au prédicateur extrémiste Mohamed Hassan », sur Kapitalis,

Articles connexes[modifier | modifier le code]