Magnétisme (Maupassant)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Magnétisme
Publication
Auteur Guy de Maupassant
Langue Français
Parution
dans Gil Blas
Recueil
Nouvelle précédente/suivante

Magnétisme est une nouvelle de Guy de Maupassant, parue en 1882.

Historique[modifier | modifier le code]

Magnétisme est initialement publiée dans la revue Gil Blas du , puis dans le recueil posthume Le Père Milon en 1899[1].

Cette nouvelle a pour thème le magnétisme animal, sujet très à la mode dans les années 1880.

Résumé[modifier | modifier le code]

À la fin d’un diner d’hommes, à l’heure où l’on sert les liqueurs et les cigares, les convives abordent le sujet à la mode, le magnétisme. Un seul d’entre eux ne croit pas en ce phénomène. Comme tous se moquent gentiment de lui, il se met à raconter deux histoires à l'appui de son scepticisme.

La première est celle d'un enfant de pêcheur qui se réveille en pleine nuit pour crier que son père est mort noyé loin là bas à Terre-neuve. Un mois plus tard, on apprend qu’effectivement le père est mort noyé cette nuit-là. Or le narrateur a compris qu'en fait, c’est en permanence que les femmes et enfants de pêcheurs pensent à la mort. Il s'agissait donc selon lui d'une simple coïncidence.

La deuxième anecdote concerne le convive sceptique lui-même : un soir où il se met à penser à une femme qu’il a toujours trouvée quelconque, soudainement, il lui trouve des charmes exquis et rêve d’elle trois soirs de suite. Le quatrième soir, il décide d’aller chez elle, il bredouille trois mots et ils deviennent amants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir à Maupassant, contes et nouvelles, page 1420, Bibliothèque de la Pléiade

Édition française[modifier | modifier le code]