Ken Robinson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (avril 2013).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

Ken Robinson
Sir Ken Robinson @ The Creative Company Conference.jpg

Ken Robinson en mai 2009

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (66 ans)
LiverpoolVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Expert en éducation, universitaire, écrivainVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Site web

Sir Kenneth Robinson (né le à Liverpool) est un auteur, orateur et expert en éducation internationalement reconnu pour ses interventions en faveur du développement de la créativité et de l’innovation.

Il fut directeur du projet Art in Schools (de 1985 à 1989), Professeur d’art à l’Université de Warwick (1989-2001) avant d’être fait chevalier par la reine d’Angleterre en 2003 pour services rendus à l’éducation.

Issu de la classe ouvrière de Liverpool, Robinson vit actuellement à Los Angeles avec sa femme Marie-Thérèse et ses deux enfants James et Kate.

Enfance et éducation[modifier | modifier le code]

Né à Liverpool, Kenneth Robinson est l’un des sept enfants d’une famille ouvrière. Après un accident de travail, son père devient tétraplégique. À l’âge de 4 ans, Robinson contracte la polio.

Il suit l’enseignement de la Liverpool Collegiate School (1961-1963), de la Wade Deacon Grammar School dans le Cheshire (1963-1968). Il étudie ensuite l’anglais et le théâtre à l’Université de Leeds (1968-1972) et achève sa carrière universitaire en 1981, à l’Université de Londres en s’intéressant à l’impact du théâtre dans l’éducation.

Sa carrière[modifier | modifier le code]

De 1985 à 1989, Robinson est directeur du projet Arts in Schools ; une façon pour lui de développer l’enseignement des arts à travers l’Angleterre et le Pays de Galles.

Entièrement réalisé sur le net, ce projet a réuni plus de 2 000 professeurs, artistes, administrateurs autour de 300 initiatives et a influencé le programme scolaire britannique.

Parallèlement, Ken Robinson obtint la chaire Artswork (organisme national pour le développement des arts pour la jeunesse). Il a travaillé également comme conseiller de l’Académie des Arts du Spectacle de Hong Kong.

Pendant douze ans, il a aussi été professeur d'éducation artistique à l’Université de Warwick.

Il a reçu de nombreux titres honorifiques de l’École de Design de Rhode Island, du Regling College des arts et design, de l’Open University, de l’École de théâtre, de l’Université de Birmingham et de l’Institut des arts du spectacle de Liverpool.

Il a reçu également l’Athena Award de l'École de design de Rhode Island pour ses services en faveur des arts et de l’éducation, la Peabody Medal pour sa contribution aux arts et à la culture des États-Unis, le prix LEGO pour sa réussite internationale en matière d’éducation, la médaille Benjamin Franklin de la Société royale des arts pour ses contributions remarquables en relations culturelles entre le Royaume-Uni et les États-Unis. En 1998, il a dirigé une enquête anglaise sur la créativité, l’éducation et l’économie. Son rapport nommé All Our Futures : Creativity, Culture, and Education a eu une très grande influence dans le domaine. Le Times écrit alors : « Ce rapport a mis en lumière certains des problèmes les plus importants auxquels fait face l’économie du XXIe siècle. Ce rapport devrait entraîner chaque directeur des ressources humaines et chaque PDG à taper des poings sur la table en demandant de nouvelles actions dans le domaine. »

En 2003, il est fait chevalier par la Reine Elizabeth II pour services rendus à l’éducation[1].

En 2005, il est reconnu comme étant une des personnalités qui comptent par le Times/ Fortune et de CNN.

Il propose des conférences sur les défis créatifs, culturels dans le domaine du business et de l’économie.

Il est aussi connu pour sa participation en tant qu’orateur aux conférences TED (Technology, Entertainment et Design), au cours desquelles il a donné plusieurs conférences sur le rôle de la créativité dans l’éducation[2].

Ses idées à propos de l'éducation[modifier | modifier le code]

Selon Ken Robinson, pour fédérer et réussir, l'éducation doit s'améliorer sur trois plans. Elle devrait :

  1. Encourager à la diversité en proposant un large programme et encourager la personnalisation des méthodes d'apprentissage.
  2. Inciter à la curiosité grâce à des cours inventifs enseignés par des professeurs ayant bénéficiés d'une formation de qualité.
  3. Se concentrer sur l'éveil de la créativité via des alternatives didactiques qui ne mettent pas autant l'accent sur des tests standardisés.

Ainsi, la responsabilité de définir le cadre de l'éducation reviendrait aux écoles et à leurs enseignants.

Robinson croit qu'une majeur partie du système scolaire actuel aux Etats-Unis incite à la conformité, la complaisance et l'homogénéisation plutôt que d'inciter des initiatives d'apprentissage créatives. Robinson souligne que nous ne pouvons réussir que si nous reconnaissons que l'éducation est un système organique et non un système linéaire et standardisé. Il ajoute que l''éducation standardisée serait l'équivalent du "fast-food" et qu'une éducation créative et organique correspondrait aux restaurants Michelin.

Critiques[modifier | modifier le code]

Des blogueurs anglophones ont déclaré que Robinson "a exercé une influence extrêmement corrosive et destructive sur l'Education tout en ne contribuant presque en rien à son amélioration ", qu' "une analyse approfondie de son point de vue montre qu'il croit que les étudiants sont incapables d'avoir des idées par eux-même et sont incapables d'agir indépendamment de leurs professeurs ou d'être tenus responsables de leur propre succès"[3]. "Les idées de Sir Robinson sont incroyablement séduisantes, mais elles sont fausses, spectaculaires et glorieusement fausses"[4]. Dans le Times Educational Supplement William Stewart écrivait : " les enseignants d'abord éblouis par ses conférences ont par la suite émis leurs commentaires vis à vis de ces boutades et cette vision qui ne contribuent à rien de concret qu'ils pourraient utiliser dans leurs salles de classe."[5] Robinson a répondu à ces critiques dans son livre publié en 2015 Creative Schools: The Grassroots Revolution That's Transforming Education en encourageant la critique à aller au delà de sa conférence TED de 18 minutes et à lire ses nombreux livres et articles traitant de l'Education dans lesquels il établit des plans pour accomplir sa vision.

Ecrits[modifier | modifier le code]

Learning Through Drama: Report of the Schools Council Drama Teaching (1977) fut le résultat d'un projet national s'étalant sur trois ans pour le compte du Conseil des écoles du Royaume-Uni. Ken Robinson a été le principal auteur de The Arts in Schools: Principles, Practice, and Provision (1982) désormais devenu un ouvrage de référence sur les arts et l'éducation à l'international. Il a édité The Arts and Higher Education, (1984), et co-écrit The Arts in Further Education (1986), Arts Education in Europe, et Facing the Future: The Arts and Education in Hong Kong (1998).

Son livre publié en 2001, Out of Our Minds: Learning to be Creative (Wiley-Capstone), fut décrit par le magazine Director comme "une remarquable et éclairante analyse des raisons pour lesquelles nous ne recevons pas le meilleur des gens lorsqu'ils sont sanctionnés. John Cleese a déclaré à ce sujet :"Ken Robinson écrit avec brio sur les différentes façons dont la créativité est sous-évaluée et ignorée dans la culture occidentale et surtout dans nos systèmes éducatifs."[6]

L’Élément : Quand trouver sa voie peut tout changer ! (2013) fut édité en 2013 par les Editions PlayBac. L'Element fait ici référence à l'expérience ressentie lorsque nos talents personnels rencontrent nos passions. il soutient qu'en vivant cette rencontre nous nous sentons davantage en harmonie avec nous-même, davantage inspiré et davantage poussé à donner le meilleur de nous-même. Afin d'enquêter sur ce paradigme du succès, ce livre brosse les histoires d'artistes talentueux qui ont trouvé leur Element, tel que Paul McCartney, le créateur des Simpsons Matt GroeningMeg Ryan et le physicien Richard Feynman.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1977 Learning Through Drama: Report of The Schools Council Drama Teaching Project with Lynn McGregor and Maggie Tate
  • 1980 Exploring Theatre and Education
  • 1982 The Arts in Schools: Principles, Practice, and Provision
  • 1984 The Arts and Higher Education
  • 1986 The Arts in Further Education
  • 1988 Facing the Future: The Arts and Education in Hong Kong
  • 1998 All Our Futures: Creativity, Culture, and Education
  • 2001 Out of Our Minds: Learning to Be Creative
  • 2009 The Element : How finding your passion changes everything
  • 2013 Finding your Element : How to discover your passions and talents and transform your life
  • 2013 L’Élément : Quand trouver sa voie peut tout changer !, Ken Robinson & Lou Aronica. Play Bac Editions
  • 2015Creative schools : The grassroots revolution that's transforming education
  • 2015 Trouver son élément : comment découvrir ses talents et ses passions pour transformer sa vie !, Ken Robinson & Lou Aronica. Play Bac Editions

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« Biographie », sur principalvoices.com
  2. (en)« Profil », sur ted.com
  3. (en) « Ken Robinson rebuttal », sur Ed Tech Now,‎ (consulté le 29 avril 2016)
  4. Joe Kirby, « What Sir Ken Got Wrong », sur Pragmatic Education,‎ (consulté le 29 avril 2016)
  5. « 'I'm not pushing a theory' - feature - TES », sur www.tes.com (consulté le 29 avril 2016)
  6. « Read | Sir Ken Robinson », sur sirkenrobinson.com (consulté le 7 mai 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]