Joan Bennett

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bennett.
La Rue rouge (1945)
Le Balafré (1948)

Joan Bennett, née le à Palisades (New Jersey) et décédée le à Scarsdale (New York) d’une crise cardiaque, était une actrice et productrice américaine

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle était la fille des acteurs Richard Bennett et Adrienne Morrison, et la sœur cadette des actrices Barbara et Constance Bennett : si Constance est devenue une grande star, Louise Brooks, une familière de l'illustre famille, a raconté le destin tragique de Barbara dans Louise Brooks par Louise Brooks (Ramsay).

Jeune première blonde dans les années trente, notamment dirigée par Raoul Walsh, Frank Borzage ou George Cukor à l'occasion, dans des comédies et des films d'aventures, Joan Bennett s'impose en brune héroïne de films noirs la décennie suivante, avec La Femme aux cigarettes blondes de Tay Garnett : grâce ensuite à Jean Renoir, Max Ophüls, Otto Preminger et surtout Fritz Lang qui en fait une de ses actrices favorites (La Femme au portrait, La Rue rouge), et sous l'influence de son mari le producteur Walter Wanger, Joan Bennett entre dans le panthéon du genre aux côtés de Barbara Stanwyck, Lana Turner ou Ava Gardner. Elle a les partenaires les plus brillants : après John Barrymore, Charles Farrell, Cary Grant et Bing Crosby dès les années trente, au sommet de sa gloire elle tient la vedette féminine dans des drames, comédies voire musicals, face à Henry Fonda, Edward G. Robinson, Gregory Peck, Michael Redgrave, James Mason, retrouvant George Raft et Spencer Tracy... A l'époque Joan Bennett et Walter Wanger briguent les trônes d'Hollywood.

Dès 1950 cependant, l'actrice est reléguée aux seconds rôles, jouant la mère d'Elizabeth Taylor (et épouse de Tracy) ou la rivale malheureuse de Stanwyck chez Vincente Minnelli et Douglas Sirk. En 1951, la spectaculaire trajectoire de Wanger s'achève lorsque celui-ci tire sur l'agent de Joan Bennett en présence de celle-ci, alors qu'ils sortent de chez Marlon Brando, sur un parking à Beverly Hills (Walter Wanger, Hollywood Independent de Matthew Bernstein, University of California Press, 1994). Le fait divers retentisssant aura une incidence fâcheuse sur la carrière de Joan.

Dès 1951, Joan Bennett tourne davantage pour la télévision, ayant pour partenaires dans des épisodes de séries John Forsythe, Melvyn Douglas, Linda Darnell, Buster Keaton et Zasu Pitts, Jackie Coogan, Don Ameche, Arlene Dahl, dirigée par John Frankenheimer ou dans des sujets de Somerset Maugham. En plus d'être une grande actrice du cinéma américain, Joan Bennett est devenue très populaire à la télévision en interprétant le rôle principal dans Dark Shadows, la série fantastique de Dan Curtis, de 1966 à 1971.

Joan Bennett se retire du grand écran après Suspiria (1977), classique du cinéma horrifique, et du petit écran trois téléfilms plus tard (dont le dernier avec Tom Selleck et Jane Curtin).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :