Jean-Baptiste de Taxis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Taxis.
Jean-Baptiste de Taxis, 1645

Jean-Baptiste de Taxis (en latin Joannes Baptista de Tassis), né en 1530 à Bruxelles [1] (Pays-Bas espagnols) et mort en 1610 à Madrid, est un conseiller d'État et ambassadeur du roi catholique Philippe III d'Espagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste II de Taxis était un fils de Jean Baptiste de Taxis, maître général des postes de l'empereur Charles Quint depuis 1520, et de Christine de Wachtendonck de Malines.

Il fut élevé au rang de chevalier par le gouverneur des Pays-Bas.

En 1576, à la mort du gouverneur, certains hauts fonctionnaires furent arrêtés à Bruxelles. Libéré au bout de quelques semaines, il préféra quitter son pays plutôt que de vivre entouré de factieux. Il se rendit chez dom Juan d'Autriche au Luxembourg qui le nomma Maître-d'Hôtel puis Grand-Maître.

En 1578, il l'envoya comme émissaire auprès du Conseil d'État qui siégeait à Louvain. Il revint au Luxembourg avec ses deux frères aînés, Roger (prévôt de Louvain et chancelier de l'université) et Édouard (aide de camp et gentilhomme à la Chambre des rois d'Espagne).

Jean-Baptiste de Taxis se rendit ensuite en Espagne se mettre au service du roi Philippe II d'Espagne qui le nomma ambassadeur en France en 1584. Il embarqua à Bilbao pour se rendre à Vannes rejoindre les forces espagnoles alliées du Duc de Guise qui étaient installées dans le Sud de la Bretagne. Il se rendit aussitôt à Blois auprès du roi de France Henri III.

Le 6 janvier 1585, il signa un traité, au nom du Roi d'Espagne, avec le duc de Guise, pour lui assurer le soutien inconditionnel de l'Espagne dans la lutte contre les Huguenots et le roi de Navarre et futur roi de France Henri IV.

En 1589, le roi d'Espagne envoie son ambassadeur à Paris pour soutenir la Ligue catholique parisienne contre l'avancée des forces d'Henri IV qui viennent de battre les troupes du Duc de Mayenne et font le siège de Paris.

En février 1591, Jean-Baptiste de Taxis et Don Diego de Ibarra entrent dans Paris avec une armée d’Espagnols et de Napolitains.

Henri IV s'étant converti au catholicisme, Jean-Baptiste de Taxis négocie au nom de l'Espagne les termes de la paix du traité de Vervins signé le 2 mai 1598 à Vervins. Le roi d'Espagne, Philippe III, qui vient de succéder à son père mort en septembre 1598, le confirme dans sa charge d'ambassadeur ordinaire à la Cour du Roi de France.

En 1604, il obtint d'être libéré de sa charge diplomatique et revint en Espagne s'installer à Valladolid où Philippe III tenait sa Cour. Il termina les dernières années de sa vie à rédiger ses mémoires et mourut en 1610 à Madrid (la même année que le roi Henri IV). Son corps fut ramené et enterré à Valladolid.

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Reinerius Tasso[2] (1117)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Inconnue
 
Omedeo Tasso (1290)[3]
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Inconnue
 
Ruggero Tasso[4]
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Inconnue
 
Benedetto Tasso[5]
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Inconnue
 
Palazzo de Tassis
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Tonola de Magnasco (†1504)
 
Pasimo de Tassis[6],[7],[8](†1496)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Alegria de Albricio (†1514)
 
Ruggero de Tassis (†1515)[9],[10],[11]
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Christina van Wachtendonk[12] († 1561)
 
Jean Baptiste de Taxis[13]. (1473-1541)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean-Baptiste de Taxis (1530-1610)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]