Haute-Silésie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la géographie de l'Allemagne
Cet article est une ébauche concernant la géographie de l'Allemagne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Silésie (homonymie).
La province de Haute-Silésie (en rouge) au sein de l'État libre de Prusse (en bleu)

La province de Haute-Silésie (en allemand Provinz Oberschlesien) est une ancienne province de l'État libre de Prusse, dont la capitale fut Oppeln (Opole).

Historique[modifier | modifier le code]

Celle-ci est née de la scission de la province de Silésie en 1919.

Le 20 mars 1921 a lieu un plébiscite afin de déterminer à quel État la Haute-Silésie devait être rattachée. Quoique le résultat fût globalement favorable à l'Allemagne, notamment grâce à la venue en masse de votants en principe originaires de la région, mais résidant dans d'autres régions d'Allemagne, celle-ci doit céder le tiers de la province à la Pologne, particulièrement des communes où la majorité des votants avaient choisi ce pays[1]. Par l’Accord germano-polonais sur la Silésie orientale[2], signé à Genève le 15 mai 1922 sous l'égide de la Société des Nations, la Haute-Silésie passe de l’Allemagne à la République de Pologne le 20 juin 1922. L'Allemagne conserve de 70 % du territoire de la Silésie et de 54 % de sa population, mais la Pologne récupère la partie économiquement la plus riche (production de charbon et sidérurgie)[3].

Entre 1938 et 1941, elle fusionna de nouveau provisoirement avec la province de Basse-Silésie afin de reconstituer une province silésienne unifiée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Atlas historique. L'histoire du monde en 334 cartes, Georges Duby, 1998, pp.183
  2. Cf. (de) Accord germano-polonais sur la Silésie orientale (accord de Genève)
  3. Christian Baechler, L'Allemagne de Weimar 1919-1923, Fayard 2007, p. 110