Guy de Montlaur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant un peintre image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un peintre français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montlaur.
Guy de Montlaur
Description de cette image, également commentée ci-après

Autoportrait sans indulgence par Guy de Montlaur, 1969.

Naissance
Biarritz, France
Décès (à 58 ans)
Garches, France
Nationalité Flag of France.svg Française
Profession
Distinctions
Officier de la Légion d'honneur Croix de guerre 1939-1945 (sept citations dont quatre à l'ordre de l'Armée)

Guy Joseph Marie de Villardi de Montlaur, né à Biarritz le et mort à Garches le est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Jean de Villardi de Montlaur, officier de hussards et écrivain (1879-1929).

Il fréquente avant-guerre l'atelier d'Emmanuel Fougerat, puis l'Académie Julian, entre 1936 et 1938, tout en étudiant la philosophie à la Sorbonne. Il travaille également avec Jean Souverbie et l'accompagne dans sa contribution à l'Exposition universelle de 1937 au Palais de Chaillot.

En 1938, il effectue son service militaire et se trouve sur le front au moment de la déclaration de guerre. Membre des Corps Francs, il participe à de nombreux raids en Allemagne. Il rejoint la France libre en octobre 1942 et participe, le 6 juin 1944, au débarquement de Normandie comme sergent avec l'armée britannique. Il fait partie des 177 commandos Kieffer (4e Commando), ayant débarqué à Ouistreham.

Il est officier de la Légion d'honneur[1] et titulaire de la croix de Guerre 1939-1945 avec sept citations.

Après-guerre, il fréquentera, entre 1947 et 1949, l'Art Students League de New-York.

Il est enterré, avec sa femme Adelaide, auprès de ses camarades de combat au cimetière de Ranville (Calvados).

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1937 : Salon des Artistes français, Paris
  • 1949 : exposition à la galerie Lucienne-Léonce Rosenberg, Paris
  • 1949 : " Les peintres de la Résistance ", Paris
  • 1949 et 1950 : salon des Surindépendants, Paris
  • 1951 et 1954 : exposition galerie Colette Allendy, Paris
  • 1951 : 3e exposition de l'Art club - Hôtel Negresco, Nice
  • 1950 à 1958 : salon des réalités nouvelles, Paris
  • 1959 : exposition 20 peintres américains, 20 peintres français, comité France-Amérique, Paris
  • 1971 : exposition galerie Rolf Lutz, Paris
  • 1974 : hôtel de ville de Renaix, Belgique
  • 1974 : BNP Bruxelles, Belgique

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stéphane Simonnet, Commandant Kieffer : le Français du jour J, Paris, Tallandier, (ISBN 978-2-84734-842-2).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]