Fort de Paphos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fort de Paphos
Image illustrative de l’article Fort de Paphos
Période ou style Médiéval
Coordonnées 34° 45′ 13″ nord, 32° 24′ 35″ est
Pays Drapeau de Chypre Chypre
Localité Paphos

Géolocalisation sur la carte : Chypre

(Voir situation sur carte : Chypre)
Fort de Paphos

Le fort de Paphos, ou château de Paphos, est situé sur le bord du port de la cité de Paphos. Construit initialement par les Byzantins, il a ensuite été utilisé par les différents occupants convoitant l'île de Chypre.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est à l'origine un fort byzantin fort pour protéger le port. Détruit lors d'un tremblement de terre en 1222, il est reconstruit par les Lusignan au treizième siècle, lorsque ces seigneurs poitevins consolident leur présence sur ce territoire et font de l'île un royaume latin soutenant les croisades en Terre Sainte. En 1570, il est démantelé par les Vénitiens. Après leur capture de l'île, les Ottomans le restaurent et le renforcent[1].

Usages[modifier | modifier le code]

À travers les âges, il connaît diverses utilisations. Il sert comme forteresse, comme prison et même comme entrepôt de sel au cours de l'occupation britannique de l'île. Plus récemment, ce fort constitue la toile de fond de certains spectacles du festival culturel de Paphos, qui a lieu en septembre[2].

Il a été classé, en 1935, dans le patrimoine de l'île, et représente l'un des monuments les plus caractéristiques de la ville de Paphos. Plusieurs fouilles archéologiques ont permis de mener des investigations sur son passé[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Gwynneth der Parthog, Byzantine and Medieval Cyprus, Interworld Publications, , « Paphos. The Fort », p. 38-39
  2. (en) « The Paphos Aphrodite festival », sur Paphos Municipality
  3. (en) Arthur Megaw, « Supplementary Excavations on a Castle Site at Paphos, Cyprus, 1970-1971 », Dumbarton Oaks Papers, Dumbarton Oaks, Trustees for Harvard University, vol. 26,‎ , p. 322–343 (DOI 10.2307/1291325, JSTOR 1291325)