Ecce homo (Elias García)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ecce Homo (Elias García))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ecce homo (homonymie).
Ecce homo
Artiste
Date
fin du XIXe siècle, début du XXe siècle
Type
Huile
Technique
Dimensions (H × L)
50 × 40 cm
Localisation
Propriétaire
Coordonnées

Ecce homo est une peinture murale réalisée par Elías García Martínez à la fin du XIXe siècle[1] ou au début du XXe siècle[2], dans l'église du Sanctuaire de miséricorde (Santuario de Misericordia) de Borja (Saragosse, Espagne).

L'œuvre, décrite comme de modeste valeur artistique (« Escaso valor »[3] / « little artistic importance »[4]), acquiert une notoriété au niveau mondial[3] quand Cecilia Giménez, une octogénaire du village, entreprend de son propre chef (selon les autorités locales)[5] un travail de restauration en 2012, qui s'avèrera être un ratage complet.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'œuvre suivant le thème de l'Ecce Homo a été offerte au village par l'artiste qui avait l'habitude d'y passer ses vacances. Le peintre indique sous la toile : « Ceci est le résultat de deux heures de dévotion à la Vierge de la Miséricorde »[6],[1].

Tentative de restauration de l’œuvre[modifier | modifier le code]

icône image Image externe
Les trois versions de Ecce Homo :
à gauche, la version originale ; au centre, la fresque détériorée ; à droite, la « tentative » de restauration par Cecilia Giménez
(visible sur le site du New York Times).

Le tableau, soumis à l'humidité, se détériorait. Lors de la tentative de restaurer l’œuvre, alors qu'elle avait déjà restauré la tunique, Cecilia Giménez perd complètement le contrôle de la situation lorsqu’elle s’attaque à la restauration du visage du Christ[7]. Le résultat est décrit par un correspondant de BBC Europe comme ressemblant à une « esquisse au crayon d'un singe très poilu dans une tunique mal ajustée[8] ». Par raillerie, certains internautes ont rebaptisé l'œuvre Ecce Mono (« Voici le Singe », mono signifiant « singe » en espagnol)[9].

Outre les nombreux articles de presse, les internautes s'emparent du phénomène en proposant de nombreuses interprétations du « nouvel Ecce Homo de Borja »[10], qui est en passe de devenir une icône populaire[11]. Plusieurs pétitions sont lancées pour la conservation de la nouvelle version, dont une qui recueille plus de 10 000 signatures en quelques jours[12]. Le cinéaste Alex de la Iglesia prend parti pour cette nouvelle version sur son compte Twitter, la décrivant comme une « icône de notre manière de voir le monde[13] ». Pour l'écrivain espagnol Jesús Ferrero (en), les « mains radiantes de la dame » ont transformé le statut de la toile, qui est passé d'œuvre « académique et terriblement ancrée dans le XXe siècle » à celui « d'icône pop[11] ».

Dans le but de collecter des fonds pour restaurer correctement l’œuvre, la visite de la peinture est devenue payante depuis mi-septembre 2012. Cecilia Giménez engage alors des avocats pour toucher, elle aussi, des subsides sur la restauration[14].

En août 2013, un accord signé entre Cecilia Giménez et la fondation municipale gérant le sanctuaire, attribue 49 % des droits d'auteur à l'octogénaire, le reste revenant à la fondation. Cependant, les bénéficiaires ne souhaitant profiter de ces revenus, ceux-ci décident de les reverser à des œuvres caritatives[15]. À ce jour, les héritiers d'Elías García Martínez ne désirent pas participer à l’accord de répartition des droits.

Deux restauratrices d'art, Incarnation Ripollès et Mercedes Nunez ont, après expertise, jugé l'œuvre de Elías García Martínez « récupérable »[16].

Succès touristique[modifier | modifier le code]

L'intérêt des touristes pour la peinture était tel que l'église a commencé à faire payer pour voir la fresque.[17]. Dans l'année qui a suivi l'échec de la restauration, l'activité touristique a généré 40 000 visites et plus de 50 000  pour une association caritative locale[18],[19].

Cecilia Giménez a demandé une part des redevances. Son avocat a dit qu'elle voulait sa part des bénéfices pour aider les organismes caritatifs de dystrophie musculaire, parce que son fils souffre de la maladie[20],[21].

En 2016, le nombre de touristes visitant la ville est passé de 6 000 à 57 000. En plus de dépenser de l'argent dans les entreprises locales, les visiteurs ont fait don de 50 000  à l'église. L'argent a été utilisé pour employer d'autres préposés à l'église et pour financer une maison de retraite[22]. Le 16 mars 2016, un centre d'interprétation dédié à l'œuvre a été ouvert à Borja[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (es) Rocío Huerta, « Restauradores profesionales tratarán de recuperar el ‘Ecce homo’ », EL PAÍS, (consulté le 24 août 2012)
  2. « Espagne : la pire restauration au monde », Le Point, (consulté le 24 août 2012)
  3. a et b (es)Rocío Huerta, « La restauración de un ‘Ecce homo’ se convierte en un sainete mundial », EL PAÍS, (consulté le 24 août 2012)
  4. (en)John Hall, « Elderly woman destroys 19th-century Spanish fresco by Elias Garcia Martinez in botched restoration », The Independant, (consulté le 24 août 2012)
  5. (es)Elena Pérez, « La 'restauración' de una pintura mural en una iglesia de Borja acaba en "chapuza" », El Heraldo, (consulté le 24 août 2012)
  6. François-luc Doyez, « Espagne : la pire restauration de tous les temps ? », Libération, (consulté le 24 août 2012)
  7. (es)« La 'restauradora': "Cuando vemos que algo se cae lo arreglamos" », 21 août 2012work=diariovasco.com
  8. (en)« Spanish fresco restoration botched by amateur », BBC, (consulté le 24 août 2012)
  9. Paul Nicoud, « De l’Ecce Homo à l’Ecce Mono, ou l’Evolution ratée aux conséquences juridiques multiples », sur lepiscope.com, (consulté le 29 mars 2016)
  10. (es)« De 'Ecce Homo' a 'Eccemono' », elmundo.es,
  11. a et b (es) « El destrozo del eccehomo de Borja, considerado un "icono pop" », El confidencial,
  12. (es)Javier Domingo, « Ayuntamiento de Borja (Zaragoza): Mantenimiento de la nueva versión del Ecce Homo de Borja », changes.org (consulté le 24 août 2012)
  13. (es)Alex de la Iglesia, « Twitter / AlexdelaIglesia : @alesangra @berto_romero no. ... », (consulté le 24 août 2012)
  14. « La pire restauratrice de l’histoire demande des royalties », TF1.fr,
  15. « Ecce Homo : Cecilia Gimenez va toucher les droits à l'image du Christ de Borja », sur HuffingtonPost.fr,
  16. (es) « Restauradoras confían en recuperar el Eccehomo de Borja », sur lacuarta.com,
  17. (en) Katherine Brooks, « 'Ecce Homo' Restorationist Cecilia Gimenez Allegedly Demands Royalties for 'Beast Jesus' Creation in Spain », Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  18. Associated Press in Madrid, « Ecce dinero: Spain turns ruined Christ fresco into money-spinner | Art and design », The Guardian (consulté le 6 septembre 2013)
  19. Detenido Florencio Garcés, el cura de Borja: abusos sexuales y robo de 210.000 euros. En la Iglesia de esta localidad zaragozana se encuentra el famoso 'Eccehomo' restaurado por Cecilia Giménez. 30 November 2013. http://www.lavozlibre.com/noticias/ampliar/845989/florencio-garces-el-cura-de-borja-abusos-sexuales-y-robo-de-210000-euros accessed 30 Nov 2013.
  20. (en) « Disfigured Spain fresco rides global fame. Alan Clendenning », Associated Press, Madrid,‎ (lire en ligne)
  21. (en) Barry Neild, « Ecce Homo 'restorer' wants a slice of the royalties », Guardian.co.uk, London,‎ (lire en ligne)
  22. Botched restoration has visitors flooding to sleepy Spanish village. Euro Weekly News, Spain. 17 March 2016. http://www.euroweeklynews.com/3.0.15/news/on-euro-weekly-news/spain-news-in-english/137587-botched-restoration-has-visitors-flooding-to-sleepy-spanish-village accessed 1 April 2016
  23. El eccehomo de Borja ya tiene quien lo explique. Se inaugura el Centro de Interpretación centrado en la pintura retocada en 2012 por la restauradora aficionada Cecilia Giménez. Aitor Bengoa. El Pais 16 MAR 2016. http://cultura.elpais.com/cultura/2016/03/16/actualidad/1458155898_147342.html accessed 5 April 2016

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]