Discussion:Vitesse de l'électricité

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Information et signal[modifier le code]

Le mot "information" est dangereux car il signifie généralement une quantité d'information digitale transmise par plusieurs états électriques et provoque la confusion que je décris dans le deuxième paragraphe d'introduction.
Je crois qu'il faudrait le remplacer par "signal" qui est le mot généralement utilisé pour décrire un état élecrique considéré isolément. Sauf dans ce deuxième paragraphe bien entendu. Papourazzi (d) 22 avril 2013 à 20:24 (CEST)

Sans titre[modifier le code]

Juste sur la vitesse de l'électricité, je trouve dommage que la vitesse de l'information soit plus faible que la vitesse des particules (voitures)... ca laisse à penser que c'est toujours le cas, alors que dans le cas de l'électricité c'est le contraire... est-ce qu'on pourrait pas plutôt parler de voitures "au démarrage", 1m/s parce qu'il y a un embouteillage ? (c'est le cas pour les électrons !) les voitures ne vont pas à 50km/h en un clin d'oeil après le démarrage à un feu rouge... --Moala 20 mar 2005 à 11:01 (CET)


Vitesse de déplacement des charges[modifier le code]

L'article en anglais dit qu'elle (drift, vitesse de dérive) est de l’ordre de quelques millimètres par heure.
L'article en français dit que c'est plusieurs mètres par seconde. Papourazzi (discuter) 29 octobre 2016 à 08:27 (CEST)

Les charges, elles, se déplacent beaucoup plus lentement, environ 60 cm par heure dans un fil de cuivre. Ainsi, lorsque l’on allume la lumière, ce n’est pas un flot d'électrons sortant du générateur qui suit le fil, passe par l’interrupteur, passe ensuite par l’ampoule et retourne au générateur.

En fait, le courant domestique étant alternatif (50 ou 60 Hz selon les pays), les électrons font des allers-retours 50 ou 60 fois par seconde (pour ainsi dire du sur place).

Les électrons sont les maillons d’une chaîne reliant la centrale électrique et l’ampoule des deux côtés; quand on tire une charge avec une chaîne, le maillon que la main tient ne rencontre jamais la charge, d'autant plus si on inverse régulièrement le sens de traction."

Ce qui précède ( entre ") est extrait de l'article Electricité de Wikipédia ; mais où allez-vous chercher ça ? est-ce une blague ? c'est les limaces qui se déplacent à environ 60 cm / heure... quant au sens du dernier paragraphe ??? au secours ! Corsaro-plus que dubitatif

Il faut voir le courant comme un fleuve, où la tension représente la pente du terrain, les électrons les molécules d'eau. Sans tension, en circuit ouvert par exemple, les molécules d'eau-électron restent sur place. Quand il y a une tension continue, la pente est constante, et toute l'eau bouge en même temps. D'un point de vue électrique, tous les électrons dans un fil sous tension se déplacent en même temps, et ce déplacement-ci est lent.
Par contre, l'ampoule s'allume tout de suite quand on appuie sur l'interrupteur parce que ce sont ls électrons au niveau de l'ampoule qui bougent (lentement), pas ceux qui viendraient en toute vitesse depuis l'interrupteur. C'est ce qui est indiqué dans le paragraphe vitesse de l'information de l'article.
Mit-Mit 30 octobre 2005 à 17:15 (CET)

Je viens de rajouter une comparaison (2ème §) et de corriger une erreur concernant le déplacement dés électrons dans le 1er §.
Goel 22 novembre 2006 à 00:29 (CET)

Le calcul de la vitesse de déplacement des charges ne fait l'objet d'aucune référence. S'agit-il d'un travail personnel?

De plus, il me semble que ce calcul repose sur l'hypothèse que la densité d'électrons est la même dans tout le conducteur. Or, je crois avoir entendu dire que, comme les électrons se repoussent entre eux, ils ne circulent que dans une frange extrêmement fine de l'extérieur du conducteur. Si c'est confirmé, le calcul ne tient plus et la vitesse peut être multipliée par un facteur 100, voire 1000.

Y a-t-il un spécialiste dans la salle? Ou, mieux, une référence...

Jack-cnv (discuter) 18 octobre 2014 à 23:04 (CEST)

Sans doute ce lien peut aider à clarifier les choses : http://www.physagreg.fr/electromagnetisme-17-td.php , il y a un exemple précis pour le calcul de la vitesse de déplacement des charges.

Vitesse de propagation du signal[modifier le code]

"Lorsqu'on ferme l'interrupteur, on crée un champ électrique. Cette variation de champ électrique se propage à l'appareil alimenté. Ainsi, dans le cas d'une ampoule reliée à un interrupteur par un fil de cuivre de 10 m, l'ampoule s'allume 3,66·10-8 secondes après la fermeture de l'interrupteur (environ 40 ns ou encore quatre centièmes de millionième de seconde)[réf. nécessaire]"

Il n'y a pas besoin de référence pour ça, il s'agit d'une application de ce qui précède:

  • longueur du fil de cuivre = 10 m = 0.01 km
  • vitesse de l'information dans le cuivre = 273 000 km/s
  • temps pour que l'information passe de l'interrupteur à l'ampoule = 0.01 / 273 000 = 3,66·10-8 seconde, c'est à dire 36.6 ns, soit 40 ns en arrondissant.
Il serait préférable d'indiquer que l'exemple ci-dessus est théorique. Dans une expérience réelle précise, il faudrait tenir compte
  1. Du temps de réponse (qui correspond à un retard à l'allumage) et qu'il faudrait alors ajouter au temps de propagation (ici 36.6 ns).
    • Dans le cas d'une LED c'est plutôt .
    • Dans le cas d'une ‎ampoule à filament de tungstène ce temps, qui correspond à l'inertie thermique du filament et qui dépend donc beaucoup du modèle considéré (tension nominale d'alimentation,puissance) est relativement grand. Il peut dépasser . (D'ailleurs la lumière émise par une lampe à incandescence ne clignote pas lorsqu'elle est alimenté en courant alternatif 50 Hz).
    • De même dans le cas d'une lampe fluorescente, le ballast électronique ne permet pas un allumage rapide.
  2. De la vitesse réelle de propagation, qui est effectivement inférieure à 300000 km/s, mais qui dépend aussi de la géométrie des conducteurs et de la nature de l'isolant. La vitesse de 273 000 km/s correspond à la vitesse d'un milieu infini - d'indice 1,1 - rempli de cuivre.

Jean Reuss (discuter) 12 août 2013 à 16:39 (CEST)

Vitesse des charges et les condensateurs[modifier le code]

Pour charger un condensateur il faut l'alimenter en courant continu. Dans sa borne négative les électrons sont en excès, et dans sa borne positive ils sont en défaut. Cela veut dire que, pour charger un condensateur, il faut chasser les électrons de sa borne positive et les faire rentrer dans la borne négative. D'après cet article la vitesse des électrons dans un fil de cuivre n'est que de 60 centimètres par heure. Il faut donc attendre plusieurs minutes pour que les électrons sortent de la borne positive et entrent dans la borne négative. Tout le monde sait que les condensateurs ne mettent pas plusieurs minutes pour se charger. Il peuvent être chargés en une fraction de seconde. Cela m'induit à la confusion. Est-ce que quelqu'un peut m'éclairer, s'il vous plaît?

Les électrons d'une plaque ne circulent pas dans tout le fil jusqu'à l'autre plaque (ce qui prendrait effectivement un temps certain), on peut imaginer que c'est la chaîne qui se déplace d'un maillon, d'où le surplus d'électons à un bout et le défaut à l'autre bout. La taille du maillon étant très faible, la charge du condensateur peut être très rapide. --Juliencc (discuter) 20 octobre 2014 à 16:27 (CEST)