Discussion:Bituriges

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Le Sens du mot : BITURIGE[modifier le code]

Si l'on se réfère aux langues gaeliques existentes, en particulier en Ecossais: Biturige, pourrait signifier aussi : bi (être) tur (voyage) et rige (royaume, mais peut-être aussi territoire, domaine, fief, pays ou état). Biturige, pourrait être, le "territoire de ceux qui voyagent". Ce qui à première vue, me plairait davantage que ce prétentieux et ronflant titre de "Rois du Monde".

Les mots désignaient souvent un objet bien précis, pas une vanité; correspondant plus à une corruption de l'esprit romain qu'à celui des Celtes. Le fait qu'une partie de ces Bituriges soient descendus vers Bordeaux, n'aurait rien d'étonnant pour des tribus nomades.

Le nombre de lettres mutantes suivant le contexte, ne rend pas facile l'interpétation, et souvent les mots s'écrivent d'une manière et se prononcent d'une autre; d'où toutes les aberrations que l'on peut voir et lire dans tous les écrits sur les Celtes, à commencer par les grecs et ce vindicatif et politique Jules Caesar.

Les Bituriges, "royaume des rois du monde", ça c'est une faute grossière. C'est tellement gros que cela en est stupide. Si les Bituriges s'étaient revendiqués "rois du monde", ils auraient été massacrés jusqu'au dernier par leurs voisins, qui n'auraient certainement pas accepté une telle prétention qui les auraient placé en inférieurs.

L'esprit celtique est beaucoup plus équitable que cela.

Je rappelle que les Celtes étaient de grands amateurs de chevaux très réputés, les "Chevaliers" la 2ème classe sociale après les "Druides", des "Equites" avant d'être des "Celtes" (on ne sait pas s'ils se nommaient eux-mêmes Celtes). D'ailleurs "équiter" était un verbe usité au moyen-âge pour dire "monter à cheval". Hors, je n'ai jamais vu, un bouffi d'ambition qui soit un bon cavalier, cela n'existe pas, même de nos jours. Donc pour toutes ces raisons, les Bituriges (aussi bons cavaliers que les autres) ne pouvaient à aucun moment se revendiquer "roi du monde", et de quel monde auraient-ils pu être les rois?

Il n'y avait pas d'unité celtique, même si, il semble d'Ambigat fût le dernier grand chef rassembleur des communautés Celtes, mais pour des raisons d'échanges commerciaux et culturels, pas dans une optique romaine de centraliser un pouvoir.

Royaume en Gallois se dit "Teyrnas", de là à entendre "Terre, Territoire", pourquoi pas? Les langues étant des sons, avant d'être une orthographe, on peut supposer que ceux qui parlent tendent à adoucir les sons et à rapprocher les sons et leur sens, d'autres sons et sens proches. L'idée de royaume est une idée très médiévale et post romaine (surtout religieuse), l'idée même de roi chez les celtes au sens biblique, je n'y crois pas un seul instant. L'idée de "chef" qui conduit, oui certainement; mais le "roi", qui domine par son autorité, souvent abusive et tyrannique, un groupe astreint à se taire, ça je ne pense pas que ce soit un concept très celtique. Ces notions de domination, de royaume, d'état central, sont le fait de Rome et de son église, de militaires disciplinés. L'on sait que les Celtes étaient très indépendants, des guerriers pas des soldats. Ils fournissaient leur aide en tant que mercenaires à tous ceux qui voulaient bien les payer. Un Biturige pouvait combattre un Arverne, un Diablinte ou un Venete pour le compte de son commanditaire, qu'il soit romain, celte ou scythe. C'est un fantasme très romain et très chrétien que de vouloir fonder des royaumes au sens féodal du terme.

De plus, y aurait-il un rapport entre "Biturige" et "biture", prendre une cuite? Je pense que c'est fort probable, dans une région où l'on produisait du vin. Les Bituriges devaient souvent "tirer des pistes" comme l'on dit en Bretagne; et comme chacun sait le vin n'est bon que si on le partage en bonne compagnie.

Les Bituriges ivres de libertés, de voyages, de libations et de fêtes à n'en plus finir; j'aime cette idée, même si je ne peux l'étayer par quelques bonnes références. Mais sommes-nous vraiment si différents de nos ancêtres dans nos aspirations? Je ne le crois pas. Nous aimons la bonne bouffe, le bon vin, faire la fête, se bagarrer, critiquer, être indépendant, un peu de bordel, et l'on ne supporte pas que l'on vienne nous donner des leçons. Si ça ce n'est pas l'esprit celtique qui demeure dans nos gènes depuis des millénaires, qu'est-ce que c'est? Par LUG! Mon arrière grand-père du Berry n'était pas un individu facile, mais un très bon ébéniste! "Roi du monde" quelle connerie, pourquoi pas "Roi des Rois", et se crucifier sur l'autel des Vestales pendant qu'on y est! Mon sang de Biturige n'a fait qu'un tour.

HL, le 28 Avril 2007.