Corroy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corroy (homonymie).
Corroy
L'église de Corroy.
L'église de Corroy.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Épernay
Canton Vertus-Plaine Champenoise
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Marnais
Maire
Mandat
Roland Boulard
2014-2020
Code postal 51230
Code commune 51176
Démographie
Population
municipale
158 hab. (2012)
Densité 7,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 13″ N 3° 56′ 31″ E / 48.7036, 3.941948° 42′ 13″ Nord 3° 56′ 31″ Est / 48.7036, 3.9419
Superficie 19,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de la Marne
City locator 14.svg
Corroy

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Corroy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Corroy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Corroy

Corroy est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Corroy, petit village marnais, se situe à 18 km de Sézanne, à une cinquantaine de kilomètres de Châlons-en-Champagne et environ 130 km de Paris.

Les habitations sont disposées parallèlement à la rivière la Maurienne sur une longueur de 2 km.

Les 1 997 ha de la commune sont caractéristiques de la Champagne crayeuse autrefois appelée « pouilleuse ». Les champs céréaliers et de betteraves dominent cette plaine dénudée.

Communes limitrophes de Corroy
Connantre Fère-Champenoise Euvy
Ognes Corroy Gourgançon
Angluzelles-et-Courcelles Faux-Fresnay

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Plusieurs nécropoles furent fouillés par André Brisson avant la Seconde Guerre mondiale et permirent de mettre au jour une présence au IIIe siècle avant J.-C. et des objets rares comme des bracelets en verre, une tombe d'une femme ornée de bijoux.

À la fin du XIe siècle débute la construction d'une imposante église dédiée à Notre-Dame. Un pèlerinage s'y tenait le 8 septembre avant la Révolution.

Corroy souffrit des passages des gens de guerre pendant les invasions anglaises au XVe siècle et lors des guerres de religion.

Pèlerins et marchands faisaient souvent halte à Corroy lors de déplacements entre Reims et Troyes ou entre Sézanne et Langres.

Le fief de Corroy appartenait au XVe et XVIe siècles à la famille de Sarrebruck puis après 1625 aux seigneurs de Pleurre.

En 1914, Corroy représente la position extrême de l'avancée des troupes allemandes lors de l'épisode de la première bataille de la Marne.

En 2002, Florent Brisson a publié une monographie de ce village.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1989 en cours Roland Boulard[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 158 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
256 239 266 233 269 269 269 274 308
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
298 304 296 274 276 283 267 255 255
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
220 230 222 201 207 203 210 187 206
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
190 163 138 133 148 142 139 140 149
2012 - - - - - - - -
158 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église, de transition romane et gothique XIe siècle-XVe siècle, est classée monument historique[4]. Le magnifique porche galerie champenois accolé à la nef de l'église abritait les pèlerins. Sa charpente est datée de 1456.
  • Moulin à vent du XIXe siècle sur la hauteur entre Corroy et Connantre.
  • Porche rue-pigeonnier XIXe siècle (monument historique) ( hameau de la Colombière).
  • Mairie-école construite en 1842.
  • Maison ancienne en pan de bois (colombages).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires de la Marne au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012.
  4. Arrêté du 25 octobre 1911, notice de la base Mérimée, consultée le 21 janvier 2008