Congé parental en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En France, le congé parental (également appelé congé parental d'éducation) est un congé pouvant être pris par l'un des parents salarié afin de participer à l'éducation de son enfant à la suite d'une naissance ou de l'adoption d'un enfant de moins de 16 ans. Il est possible d'en bénéficier à tout moment pendant les trois ans suivant la naissance ou l'arrivée de l'enfant adopté s'il a moins de trois ans, et pendant l'année suivant l'arrivée s'il a plus de trois ans. Il faut pour cela justifier d'un an d'ancienneté[1].

Il existe en France, le complément de libre choix d'activité (prestation d'accueil du jeune enfant crée le 01/01/2004), qui est versé (par la Caisse d'Allocations Familiales) à l'un des parents lors de la cessation totale d'activité ou d'une réduction du temps de travail, faisant suite à l'arrivée ou la naissance d'un enfant. Pour le premier, la durée de cette prestation familiale est de 6 mois maximum à partir du mois même de la fin du congé de maternité, tandis que pour le deuxième ou le troisième enfant, elle peut s'étendre jusqu'au mois précédant les 3 ans[2][réf. insuffisante].

En janvier 2015, une réforme du congé parental est entrée en vigueur, avec pour objectif officiel de mieux répartir les responsabilités au sein des couples. La nouvelle allocation s'appelle la prestation partagée d’éducation de l’enfant (PreParE)[3] Pour le premier enfant, la durée est de six mois maximum pour chaque membre du couple, dans la limite du premier anniversaire de l'enfant. À partir du deuxième enfant, la durée est de 24 mois maximum par parent jusqu’au troisième anniversaire de l'enfant.

Cette réforme n'a pas eu les résultats espérés, le nombre de pères prenant le congé parental n'ayant pas augmenté (4,4% en 2016) : leur nombre a même baissé entre 2015 et 2016, passant de 19.150 à 18.140. Plus globalement, entre 2006 et 2016, le nombre de familles bénéficiant de cette allocation a chuté de près d’un tiers, pour tomber à 410.800 fin 2016. Et la baisse s’est accélérée ces dernières années : elle a atteint 9,8% en 2016, après un recul de 7,6% l’année précédente[4].

La ministre de la santé Agnès Buzin a reconnu en mai 2018 "l'échec relatif" de cette réforme et a annoncé :"D'ici la fin du quinquennat, il nous faudra évidemment proposer une réforme"[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le congé parental d'éducation », sur ameli.fr
  2. http://www.famili.fr/,conge-parental-d-education,641,387950.asp
  3. « http://www.caf.fr/allocataires/vies-de-famille/elever-ses-enfants/conge-parental/les-nouvelles-regles-du-conge-parental », caf.fr,‎
  4. « Congé parental : pourquoi il fait flop (et comment le relancer) », Capital.fr,‎ (lire en ligne)
  5. « Congé parental : une réforme prévue avant la fin du quinquennat », Europe1,‎

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]