Centrale hydroélectrique d'Ayago

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Centrale hydroélectrique d'Ayago
Géographie
Localisation
Coordonnées
Objectifs et impacts
Statut
en projet

La centrale hydroélectrique d'Ayago, ou centrale électrique d'Ayago, est un projet de centrale hydroélectrique de 600 mégawatts à construire en Ouganda[1] [Quand ?].

Emplacement[modifier | modifier le code]

La centrale sera située dans le nord de l'Ouganda, à Ayago, sur le Nil Victoria, dans le district de Nwoya (sous-région Acholi). Cet emplacement est proche du point confluent de la rivière Ayago dans le Nil Victoria, dans les limites du Parc national Murchison Falls.

Aperçu[modifier | modifier le code]

La centrale électrique d'Ayago est une proposition de centrale hydroélectrique de 600 megawatts qui sera construite sur le Nil Victoria, en aval de la centrale électrique de Karuma, mais en amont de Murchison Falls. Le projet sera développé en deux phases simultanées, connues sous le nom d'Ayago North (capacité estimée: 350 MW) et Ayago South (capacité estimée: 250 MW)[2]. La centrale électrique d'Ayago est l'un des trois projets hydroélectriques destinés à un développement immédiat, avec la centrale électrique de Karuma (600 MW) et la centrale électrique d'Isimba (183 MW), pour atténuer les pénuries d'électricité chroniques et récalcitrantes qui sévissent en Ouganda depuis les années 1990, et pour répondre aux besoins nationaux prévus de 1 130 MW d'ici 2023[3].

Les coûts de construction[modifier | modifier le code]

L'entreprise publique indienne d'énergie et de fabrication, BHEL, avait estimé le coût du projet à environ 350 millions de dollars en 2007. Mais c'était pour un projet avec une capacité prévue de 200 MW à 300 MW, en 2007[4].

En 2008, le gouvernement du Japon, par l'intermédiaire de l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA), en collaboration avec le gouvernement ougandais, a entamé de nouvelles préparations pour de nouvelles études d'impact sur l'environnement, un appel d'offres international pour un entrepreneur et un engagement en tant que principale source de financement du projet[5].

En avril 2013, le gouvernement ougandais a attribué le contrat de construction de 1,9 milliard de dollars américains à Mapa Construction and Trading Company Inc.[6], une société de construction d'infrastructures turque[7]. Cependant, en août 2013, cette attribution a été annulée et le contrat de construction a été attribué à China Gezhouba Construction Company[8]. On prévoit que la construction débuterait en 2020[9] et durerait environ 66 mois[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ojulu, « Uganda: East Africa’s hydro powerhouse », London, African Business Magazine, (consulté le 9 octobre 2020)
  2. Onyalla, « Government Proposes 14 Dam Sites » [archive du ], Kampala, New Vision Group, (consulté le 7 mai 2014)
  3. Kasita, « Electricity Demand To Triple By 2023 », Kampala, New Vision Group, (consulté le 24 décembre 2017)
  4. Kakande, « Indian Firm To Build Power Dam In North », Kampala, New Vision Group, (consulté le 24 décembre 2017)
  5. Kasita, « Japan To Send Experts For Ayago Power Project », Kampala, New Vision Group, (consulté le 24 décembre 2017)
  6. COMPANIES, « MNG ŞİRKETLER TOPLULUĞU », mng.com.tr
  7. Vision, « Turkish Company To Build Ayago Dam », New Vision, (consulté le 7 mai 2014)
  8. Wesonga, « Ayago Power Project ‘Snatched’ From Turks », Daily Monitor, (consulté le 7 mai 2014)
  9. Wakabi, « Karuma power plant paves way for more stations », Nairobi, (consulté le 24 décembre 2017)
  10. JICA, « JICA Open Report: Project for Master Plan Study on Hydropower Development in the Republic of Uganda » [PDF], Tokyo, Japan International Cooperation Agency (JICA), (consulté le 24 décembre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]