Caserne d'Artois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Caserne d'Artois
Image dans Infobox.
Présentation
Destination initiale
Écuries
Destination actuelle
Caserne
Architecte
Construction
1773-1776
Propriétaire
Ministère des Armées
Patrimonialité
Inscrit
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
9 ter, rue Édouard-Lefèbvre
78000 Versailles
Coordonnées
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
(Voir situation sur carte : Yvelines)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Versailles
(Voir situation sur carte : Versailles)
Point carte.svg

La caserne d'Artois est un établissement militaire de la ville de Versailles, en France.

Plan de Versailles de Delagrive (1746) ou l'on voit le « camp des Fainéans »

Historique[modifier | modifier le code]

L'emplacement de la caserne d'Artois était situé hors de l'agglomération de la ville de Versailles, dont le périmètre s'arrêtait avant 1773 au niveau de l'hôtel de Limoge, du nom moqueur dont étaient affublées les misérables demeures des ouvriers limousins œuvrant à la construction du château, desservies par la rue de Limoges. En dehors de l'agglomération s'étendait alors un terrain vague affublé du nom de « camp des Fainéants »[1], où « se côtoyaient tous les mal-logés de la ville, manouvriers, maçons, débardeurs, colporteurs mais aussi quelques gueux qui donnèrent mauvaise réputation au quartier »[2].

La caserne fut construite sur ce terrain vague entre 1773 et 1776, sous les ordres de l'architecte Chalgrin entre 1773 et 1776 (catalogue des Archives Nationales). Sa vocation initiale était d'être les écuries du comte d'Artois, frère du roi Louis XVI (et futur Charles X de France).

Après la Révolution, ces bâtiments sont transformés en une caserne pouvant loger 333 hommes de cavalerie, 530 hommes d’infanterie, et possédant des écuries pour 224 chevaux. Au mois de , une ordonnance royale y positionna une école d’application de cavalerie et une école de trompette. Ces deux écoles furent placées à la caserne d’Artois, où elles ne restèrent qu’une année : une nouvelle ordonnance royale, du , transféra les deux écoles à Saumur[3].

Les façades sur rues sont inscrites comme monument historique par arrêté du .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean (1689-1757) Auteur du texte Delagrive, « Plan de Versailles, du petit parc et de ses dépendances... les plans du château et des hôtels... / par M. l'abbé Delagrive... », sur Gallica, (consulté le )
  2. « VERSAILLES, CHRONIQUES de L'HISTOIRE DE LA VILLE » (consulté le )
  3. Joseph-Adrien (1797-1873) Auteur du texte Le Roi, Histoire des rues de Versailles et de ses places et avenues, depuis l'origine de cette ville jusqu'à nos jours (2e édition) / par J.-A. Le Roi,..., (lire en ligne)