Bande L

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir bande.

La bande L est la partie du spectre électromagnétique définie par les fréquences de 1 à 2 gigahertz[1] ,[2]. Elle est attribuée aux services de radioastronomie à des fins de recherches spatiales et scientifiques (projet SETI, etc.) ainsi qu'à l'armée (radar en bande L sur certains avions de chasse, exemple : Sukhoi T-50). Les radars bande L sont aussi utilisés en trajectographie et analyse. En France le BEM Monge (bâtiment d'essais et de mesures) possède un radar bande L : Normandie conçu par Thales.

Cette bande est utilisée par les systèmes de positionnement américain (GPS), européen (Galileo), russe (GLONASS) et chinois (Beidou).

Elle sert également à l'ADS-B, système de surveillance coopératif prenant une place de plus en plus importante dans le contrôle aérien. La partie haute de cette bande de fréquence est utilisée pour la téléphonie mobile (LTE 1800).

Une partie de cette bande (1,452 GHz à 1,492 GHz) est utilisée, sur plusieurs continents (Amérique, Europe...), pour la radio numérique, en normes T-DMB (Digital Multimédia Broadcasting) ou DAB / DAB+, norme susceptible de remplacer la bande FM dans certains pays[3].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Satellite Frequency Bands, L-Band marinesatellitesystems.com, consulté en octobre 2017
  2. (en) L Bandeverythingrf.com, consulté en octobre 2017
  3. La Norvège bascule en 2017 et la Suède et le Danemark suivraient dès 2022.

Voir aussi[modifier | modifier le code]