Attaque de Bani Bangou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Attaque de Bani Bangou

Informations générales
Date
Lieu Bani-Bangou (en)
Issue Victoire des djihadistes
Belligérants
Drapeau du Niger NigerDrapeau de l'État islamique État islamique dans le Grand Sahara
Commandants
InconnuAboubacar Chapori[1]
Forces en présence
17 hommes[1]~ 20 à 30 hommes[2],[3]
2 pick-up[2]
10 motos[2]
Pertes
5 morts[2]
3 blessés[2]
2 prisonniers[1]
2 pick-up capturés[2]
2 morts[2]

Guerre du Sahel

Coordonnées 15° 02′ 27″ nord, 2° 42′ 18″ est

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Attaque de Bani Bangou

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Attaque de Bani Bangou

Géolocalisation sur la carte : Niger

(Voir situation sur carte : Niger)
Attaque de Bani Bangou

L'attaque de Bani Bangou a lieu le pendant la guerre du Sahel.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le matin du , des hommes armés attaquent un poste de l'armée nigérienne à Bani Bangou, à une vingtaine de kilomètres de la frontière avec le Mali[4]. Les assaillants, équipés d'armes légères et de lance-roquettes, arrivent avec une dizaine de motos et deux véhicules[4],[2]. Les combats durent une heure[4]. L'arrivée d'avions français de la Force Barkhane et deux passes de « show of force » suffisent à mettre en fuite les assaillants[5]. Les djihadistes se replient en direction du Mali, en emportant avec eux deux véhicules équipés de mitrailleuses[4]. Des renforts arrivent ensuite sur place et poursuivent les assaillants jusque dans le territoire malien[4].

Les pertes[modifier | modifier le code]

L'attaque n'est pas revendiquée, mais selon RFI, qui s'appuie notamment sur une « source militaire internationale basée au Mali », le groupe d'Adnane Abou Walid Al-Sahraoui, rallié à l'État islamique, pourrait en être l'auteur[3]. Le bilan pour l'armée nigérienne est de cinq morts, trois blessés et quatre disparus selon le ministère de l’Intérieur[3],[2]. Les djihadistes font en fait 2 prisonniers, dont l'un sera exécuté[1]. Deux assaillants ont également été tués et 26 personnes, soupçonnées de complicité, ont été arrêtées[2]. Les djihadistes capturent deux pick-ups, équipés de mitrailleuses de 12,7 mm[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Ruth Maclean, « Niger Islamic State hostage: 'They want to kill foreign soldiers' », The Guardian,‎
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Mathieu Olivier, Niger : cinq soldats tués dans une attaque à Bani Bangou, dans la région de Tillabéri, Jeune Afrique, 8 novembre 2016.
  3. a, b et c Attaque de Bani Bangou au Niger: une démonstration de force du groupe EI?, RFI, 9 novembre 2016.
  4. a, b, c, d et e Niger: attaque meurtrière contre des militaires près de la frontière malienne, RFI, 8 novembre 2016.
  5. Laurent Lagneau, Deux frappes aériennes françaises ont mis hors de combat une vingtaine de jihadistes au Niger, Opex360, 13 décembre 2017.
  6. (en) Savannah de Tessières, At the Crossroads of Sahelian Conflicts: Insecurity, Terrorism, and Arms Trafficking in Niger, Small Arms Survey (en), (ISBN 978-2-940548-48-4), p. 24