Andrew Porter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Andrew Porter (écrivain).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Porter.
Andrew Porter
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Instrument
Orgue (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Andrew Brian Porter (Le CapLondres) est un critique musical, érudit, organiste et directeur d'opéra britannique[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Porter naît au Cap, en Afrique du Sud[2] et étudie l'orgue à l'University College, d'Oxford, à la fin des années 1940. Ensuite, il commence la critique musicale pour divers journaux de Londres, notamment The Times et The Daily Telegraph. En 1953, il rejoint le Financial Times, où il sert en tant que chef critique jusqu'en 1972. Stanley Sadie, dans l'édition de 2001 du Grove Dictionary of Music and musicians, écrit que Porter « A construit une tradition distinctive de la critique, avec des avis plus longs que ce qui était habituel dans les journaux britanniques, basé sur son style littéraire élégant et ample, et toujours informé par une connaissance de l'histoire de la musique et des textes d'érudition ainsi que d'une large gamme de sympathies »[3].

En 1960, Porter est nommé rédacteur en chef de The Musical Times. En 1972 et 1973, il sert en tant que critique musical du New Yorker. Et de nouveau en 1974, restant à la critique musical jusqu'à son retour à Londres, en 1992. Ses écrits pour le New Yorker ont gagné le respect de personnalités de premier plan dans le monde de la musique. En 1974, le compositeur et critique Virgil Thomson, commente l'état de la critique musicale et déclare : « Aucun critique en Amérique n'a l'autorité pour [l'opéra] comme Porter. Le New Yorker n'a jamais eu non plus accès à travers la musique d'un esprit si distingué[4] ». Notamment avec les opéras qui lui sont inconnus, Porter exerce une diligence supplémentaire dans la préparation de ses revues. Selon Opera News : « Lors d'une revue d'un opéra qui était nouveau pour lui, comme le « Macbeth » de Bloch, il pouvait assister à trois spectacles avant qu'il ne se sente prêt à écrire sur le sujet ; il est retourné régulièrement à des productions pour affiner son point de vue et il a examiné presque toutes les musiques seulement après avoir étudié la partition »[5].

Dans ses dernières années, Porter a écrit pour The Observer, Opera et le supplément littéraire du Times[6].

Porter a traduit en anglais, 37 livrets d'opéras, notamment, Der Ring des Nibelungen et La Flûte enchantée qui ont été largement interprétés. Il a dirigé également plusieurs opéras, soit pour des performances pleinement mise en scène ou de semi-mise en scène. Il est l'auteur des livrets de La Tempête, de John Eaton, d'après Shakespeare[7] et The Song of Majnun de Bright Sheng, basé sur une ancienne histoire Perse[8].

En tant que chercheur, Porter a notamment découvert des parties supprimées du Don Carlos de Verdi, à la bibliothèque de l'Opéra de Paris, permettant la restauration de la version originale de l'œuvre. Porter a été consultant en 1996, pour la production au Théâtre du Châtelet, qui a utilisé l'édition critique intégrant ses recherches[9].

En 2003, Porter est honoré avec la publication d'un festschrift : Words on Music: Essays in Honor of Andrew Porter on the Occasion of His 75th Birthday (Mots sur la musique : Essais en l'honneur d'Andrew Porter à l'occasion de son 75e anniversaire)[10].

Porter meurt d'une pneumonie, le 3 avril 2015. Sa sœur jumelle étant la seule survivante de sa famille. Jusqu'au dernier moment, il continue à assister à des spectacles, notamment l'un des Maîtres chanteurs de Nuremberg, malgré la maladie. Ses deux dernières revues pour le magazine Opera, étaient à propos de Gaetano Donizetti, avec Il furioso all'isola di San Domingo et I pazzi per progetto, envoyées au journal, quelques heures avant son décès.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • A Musical Season: A Critic from Abroad in America, Viking Press (1974), (ISBN 0-670-49650-2)
  • The Ring of the Nibelung (translation), Norton (1976) (ISBN 0-393-02192-0)
  • Music of Three Seasons, 1974–1977, Farrar, Straus and Giroux (1978), (ISBN 0-374-21646-0)
  • Music of Three More Seasons, 1977–1980, Knopf (1981), (ISBN 0-394-51813-6)
  • Verdi's Macbeth: A Sourcebook (with David Rosen), Cambridge University Press (1984), (ISBN 0-521-26520-7)
  • Musical Events: A Chronicle, 1980–1983, Summit Books (1987), (ISBN 0-671-63538-7)
  • Musical Events: A Chronicle, 1983–1986, Summit Books (1989), (ISBN 0-671-63539-5)

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Andrew Porter (music critic) » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) Opera: "Opera Magazine Editorial Board", accessed 2 janvier 2011.
  2. (en) Margalit Fox, « Andrew Porter, New Yorker Classical Music Critic, Dies at 86 », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Stanley Sadie, « Porter, Andrew, » Grove Dictionary of Music and Musicians, vol. 20, p. 184–185.
  4. (en) Virgil Thomson, "A Drenching of Music, But a Drought of Critics," New York Times, 27 octobre 1974.
  5. (en) William R. Braun, « Andrew Porter, 86, Longtime New Yorker Critic Whose Prose and Musical Discoveries Changed Opera, Has Died », Opera News,‎ (lire en ligne)
  6. (en) Alex Ross, « Postscript: Andrew Porter (1928-2015) », The New Yorker, sur The New Yorker, (consulté le 18 septembre 2015)
  7. (en) « John Eaton », musicsalesclassical.com, sur musicsalesclassical.com (consulté le 18 septembre 2015)
  8. (en) « Bright Sheng », musicsalesclassical.com, sur musicsalesclassical.com (consulté le 18 septembre 2015)
  9. (en) David Stevens, « 'Don Carlos,' Early and Late », New York Times,‎ (lire en ligne)
  10. (en) David Rosen et Claire Brook, éd., Words on Music: Essays in Honor of Andrew Porter on the Occasion of His 75th Birthday, Pendragon Press (2003), (ISBN 1-57647-097-0).

Liens externes[modifier | modifier le code]