--

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : .
Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.

Sur les autres projets Wikimedia :

Le signe -- peut être considéré comme un double moins ou un double-tiret.

Double-moins[modifier | modifier le code]

En informatique, le signe -- opère l'inverse d'une incrémentation, il décrémente. Il permet la soustraction d'une valeur entière à celle d'un compteur.

Exemple[modifier | modifier le code]

Voici un exemple, écrit en Java, illustrant le fonctionnement des opérateurs d'incrémentation et de décrémentation.

class Exemple {
    public static void main(String[] args){
        int i = 0;
        i++;
        System.out.println(i);    // "1"
        ++i;             
        System.out.println(i);    // "2"
        System.out.println(++i);  // "3"
        System.out.println(i++);  // "3"
        System.out.println(i);    // "4"
        System.out.println(i--);  // "4"
        System.out.println(--i);  // "2"
        System.out.println(i);    // "2"
        i -= 2;
        System.out.println(i);    // "0"
    }
}

Double-tiret[modifier | modifier le code]

Signature double-tiret[modifier | modifier le code]

Double-tiret en droit français[modifier | modifier le code]

En France entre 2004 et 2011, si les parents choisissez de transmettre leurs deux noms de famille, le nom de l'enfant devait contenir un double tiret.

Maintenant cette obligation a été retirée car elle était introduite par une circulaire et pas par une loi[1].

Exemples[modifier | modifier le code]

  • Exemple (ancienne législation) : M. Azerty et Mme Qwerty veulent transmettre chacun leur nom à leur enfant. Il pourra donc s'appeler : Azerty -- Qwerty ou Qwerty -- Azerty.
  • Exemple (nouvelle législation) : M. Azerty et Mme Qwerty veulent transmettre chacun leur nom à leur enfant. Il pourra donc s'appeler : Azerty Qwerty ou Qwerty Azerty.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. AFP, « Noms de famille: le Conseil d'Etat efface le double trait d'union », Libération,‎ (lire en ligne).