État de surface

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En mécanique, l'état de surface est un élément de cotation d'une pièce indiquant la fonction, la rugosité, la géométrie et l'aspect des surfaces usinées.

Fonctions de surface[modifier | modifier le code]

En Spécification Géométrique des Produits (GPS), on distingue seize fonctions principales que peut remplir la surface d'une pièce mécanique :

Surface de contact avec une autre pièce :

  • frottement de glissement lubrifié (FG),
  • frottement à sec (FS),
  • frottement de roulement (FR),
  • frottement fluide (FF),
  • résistance au matage (RM),
  • étanchéité dynamique avec ou sans joint ED),
  • étanchéité statique avec ou sans joint (ES),
  • ajustement fixe avec contrainte (AC),
  • adhérence, collage (AD) ;

Surface libre, indépendante :

Composantes de l'état de surface[modifier | modifier le code]

Micro-rugosité[modifier | modifier le code]

Il s'agit des composantes de longueurs d'ondes les plus courtes provoqué le plus souvent par le bruit électronique de l'appareil de mesure. Mais la micro-rugosité peut être également présente sur la pièce et elle est dans ce cas la signature de l'aspect d'une pièce plus ou moins lisse. Dans la majorité des applications, la micro-rugosité est éliminée par filtrage.

Rugosité[modifier | modifier le code]

On la mesure avec un rugosimétre ou un profilomètre. La rugosité concerne les défauts micro géométriques de la surface. Ils sont évalués après filtrage de la surface réelle à l'aide d'un filtre passe-haut ne retenant que les longueurs d'onde latérales les plus courtes. Les paramètres de rugosité en profilométrie commencent par la lettre majuscule R suivie d'une ou plusieurs lettres déterminant le type de paramètre. Par exemple, le paramètre 'Ra' est la rugosité moyenne arithmétique du profil. 'Rz' est la rugosité maximale du profil. La rugosité d'une pièce usinée est une signature du type d'usinage (tournage, polissage, pierrage, etc.) La cotation des états de surface en mécanique fait essentiellement référence à l'usinage par enlèvement de matière. Les défauts sont des stries et des sillons creusés par les arêtes coupantes des outils (outils de tournage, fraises, meules, etc...). On distingue 2 niveaux de défauts d'état de surface :

  • Niveau 1 : stries périodiques
  • Niveau 2 : défauts apériodiques : arrachement de matière

Ondulation[modifier | modifier le code]

Complémentaire à la rugosité, l'ondulation regroupe les composantes de l'état de surface à plus grande longueur d'onde. L'ondulation est obtenue par filtrage passe-bas et est parfois appelée ligne moyenne du profil. Les paramètres d'ondulation commencent par la lettre W. L'ondulation sur une pièce usinée est transférée par un défaut de la machine-outil (vibration, décentrage, etc.). Elle nuit en général aux fonctions de contact sec, de frottement ou d'étanchéité.

Écarts de forme[modifier | modifier le code]

Les écarts de forme sont les résidus à grande longueur d'onde obtenus après suppression de la forme nominale de la pièce (par exemple un cylindre). Ils correspondent par exemple au défaut de planéité ou de rectitude, au défaut de circularité, etc. En spécification géométrique, on élimine en général ces écarts de forme par filtrage.

Technologies de mesure[modifier | modifier le code]

La mesure des états de surface peut être réalisée avec un rugosimètre, un profilomètre à contact ou optique, ou un microscope capable de mesurer la hauteur de surface. Aujourd'hui les états de surface sont évalués numériquement à partir de profils ou de surfaces numérisées. Les technologies les plus courantes[1] pour la mesure d'état de surface sont :

En atelier, on utilise encore les échantillons viso-tactiles (Rugositest qui permettent d'évaluer la rugosité par comparaison. Il existe aussi dans certains secteurs, des méthodes d'évaluation pneumatique ou à l'aide d'un papier à cigarette.

Etat de surface surfacique[modifier | modifier le code]

La nouvelle norme ISO 25178 définit l'analyse en 3D de l'état de surface, ce qui permet également la caractérisation des surfaces anisotropes ou périodiques difficile avec les anciens paramètres 2D d'état de surface[2].

Caractéristiques du profil[modifier | modifier le code]

Plusieurs normes nationales ou internationales définissent la manière d'analyser les états de surface à l'aide de filtrage et de paramètres[3].

  • La norme NF EN ISO 4287 définit les paramètres communs, dit de rugosité, d'ondulation ou sur profil primaire.
  • La norme NF EN ISO 4288 définit les opérateurs de spécification et la méthode dite des 16%.
  • La norme NF EN ISO 1302 définit la façon d'exprimer les spécifications d'état de surface sur les plans.
  • La norme NF EN ISO 13565 définit des méthodes d'analyse de surfaces dites stratifiées obtenues par usinage multi-passe.
  • La norme NF EN ISO 12085, issue d'une norme française CNOMO), définit les caractéristiques suivantes :
Strie d'usinage
Chaque strie du profil numérotée i est composée d'une saillie et des deux demi-creux adjacents. Elle est caractérisée par sa longueur AR, sa profondeur de creux amont Ri et aval Ri+1.
Ligne moyenne
La ligne moyenne est calculée à partir du relevé du profil de coupe. C'est la ligne des moindres carrés.
Ligne des saillies
C'est la ligne parallèle à la ligne moyenne passant par la saillie la plus saillante.
Ligne des creux
C'est la ligne parallèle à la ligne moyenne passant par le creux le plus profond.
Ligne de coupe c
C'est la ligne parallèle à la ligne moyenne à une distance c de la ligne des saillies.
Hauteur du profil Pt
C'est la distance entre la ligne des saillies et la ligne des creux.
Écart moyen arithmétique Ra
C'est la moyenne intégrale des écarts en valeur absolue :
Profondeur moyenne R
C'est la moyenne des profondeurs.
Profondeur maximale des stries Rmax

C'est la profondeur maximale.

Pas moyen AR

C'est la valeur moyenne de la longueur des stries.

Taux de longueur portante Tp

C'est la longueur portante totale rapportée à la longueur du profil exprimée en %. La longueur portante d'une strie est la longueur de son intersection avec la ligne de coupe c.

Cotation fonctionnelle des états de surface[modifier | modifier le code]

Le critère physique R est microgéométrique, et c'est l'amplitude moyenne de la rugosité (rugosité). Le critère statistique Ra est statistique, et c'est l'écart moyen arithmétique par rapport à la ligne moyenne. R = 5 Ra environ

Domaine d'applications[modifier | modifier le code]

Les domaines où la rugosité joue un rôle sont très variés :

  • en optique, l'état de surface entraîne (principalement) de la diffusion, ce qui entraîne une perte de lumière.
  • en mécanique, elle crée du frottement, de l'usure, une force de traînée, etc. Elle peut parfois être bénéfique pour capturer les huiles
  • en design industriel : des surfaces nanostructurées permettent de réaliser des aspects changeants selon l'angle d'observation.
  • en soudure, elle permet d'éviter que certaines surfaces se soudent.
  • en adhésion, la rugosité s'oppose à un contact intime entre les deux objets, difficulté contournée par la déformabilité des matériaux collants.
  • en pharmaceutique : plus une rugosité est élevée plus il y a risque que des impuretés restent piégées et soient relâchées sans contrôle
  • dans les énergies nouvelles : les surfaces des piles à combustible ou des panneaux solaires sont structurées afin de maximiser la surface d'échange ou la surface de captation.
  • en médecine : l'état de surface des prothèses de hanche impacte fortement la durée de vie de la prothèse.
  • ...

Rugosité :

C'est l'ensemble des irrégularités d'une surface à caractère micrographique et macrographique. Les surfaces usinées ne sont pas parfaites, elles présentent des irrégularités dues aux procédés d'obtentions, aux outils, à la matière, etc.

Le rôle fonctionnel d'une surface dépend d'un certain nombre de facteurs, notamment de l'état de surface (étanchéité, glissement, etc.).

Plus l'indice de rugosité est faible, plus il est difficile à obtenir, ce qui augmente nécessairement le coût de fabrication.

Surface géométrique
Surface parfaite ; Sur le dessin, elle est définie géométriquement par le bureau d'études, à l'aide de cotes nominales.

Surface spécifiée
Surface résultant de la surface géométrique, transformée par le bureau des études qui prescrit les limites de réalisation de cette surface à l'aide de symboles et de valeurs numériques en complément des cotes nominales du dessin.

Surface mesurée
Surface déterminée à l'aide des instruments de mesure à partir de la surface réelle. La surface mesurée, résultant de l'exploration de la surface réelle devra être l'image la plus rapprochée de celle-ci.

Surface réelle
Surface obtenue au cours de la fabrication.

L : Longueur de base du profil moyen

Rp : Profondeur moyenne de rugosité. Moyenne arithmétique des valeurs de l'ordonnée y de tous les points du profil sur la longueur de base L.

Ra : Écart moyen arithmétique. Moyenne arithmétique des valeurs absolues de l'ordonnée y' (entre chaque point de la courbe et l'axe Ox').

Valeurs de rugosité[modifier | modifier le code]

États de surface et fonction[modifier | modifier le code]

Valeur maximum de R en µm :

  • avec déplacements relatifs :
    • frottement de glissement
      • très difficile
        • Acier : valeur maximum de R = 0,4 et W ≤ 0,3 R
    • frottement de roulement
    • résistance au matage
    • frottement fluide
    • étanchéité dynamique
  • assemblages fixes
    • étanchéité statique
    • assemblage fixe sans contrainte
    • assemblage fixe avec contrainte
    • adhérence (collage)
  • sans contrainte extérieure :
    • revêtement peinture
    • dépôt électrolytique
    • mesure
  • avec contraintes extérieures :
    • résistance aux efforts alternés
    • outils coupants face de coupe

Procédés de fabrication et états de surface[modifier | modifier le code]

Rugosité Ra en micromètres ou rugosité R en micromètres

Rugosité de surfaces brutes :

Rugosité de surfaces usinées :

  • Alésage :
    • outil acier rapide Ra / R (6,3 / 16) - 3,2 / 10 - 1,6 / 4 - (0,8 / 2)
    • outil carbure ou diamant Ra / R (3,2 / 10')' - 1,6 / 4 - 0,8 / 2 - (0,4 / 1)
    • à l'alésoir Ra / R (6,3 / 16) - 3,2 / 10 - 0,8 / 2 - (0,4 / 1)
  • Tournage :
    • outil acier rapide Ra / R (12,5 / 40) - 6,3 / 16 - 1,6 / 4 - (0,8 / 2)
    • outil carbure ou diamant Ra / R (3,2 / 10) - 3,2 / 10 - 0,4 / 1 - (0,4 / 1)
États de surface en fonction du procédé de fabrication - Surfaces brutes
Procédé de fabrication Écart moyen arithmétique Ra en µm
Procédé Symbole 50 25 12,5 6,3 3,2 1,6 0,8 0,4 0,2 0,1 0,05 0,025
Estampage es x x x -
Forgeage fo x
Grenaillage gn x x x x x x -
Laminage filage - extrusion à chaud lac - x x -
tréfilage - étirage à froid laf - x x x -
Matriçage à chaud ma
à froid
Moulage au sable mo
cire perdue - procédé Schaw
en coquille par gravité
en coquille sous pression
Moulage plastique mo
Sablage sa
Procédé Symbole 160 80 40 16 10 4 2 1 0,5 0,25 0,12 0,06
Procédé de fabrication Profondeur moyenne de rugosité R en µm
États de surface en fonction du procédé de fabrication - Surfaces usinées
Procédé de fabrication Écart moyen arithmétique Ra en µm
Procédé Symbole 50 25 12,5 6,3 3,2 1,6 0,8 0,4 0,2 0,1 0,05 0,025
Alésage outil acier rapide al
outil carbure de diamant
alésoir
Brochage br
Brunissage
Fraisage finition acier rapide
Fraisage finition carbure
Taillage de denture
Rectification
Rodage rd
Polissage mécanique po
Superfinition sf
Procédé Symbole 160 80 40 16 10 4 2 1 0,5 0,25 0,12 0,06
Procédé de fabrication Profondeur moyenne de rugosité R en µm

superfinition Ra= De 0.2 valeur exceptionnelles et de 0.1 à 0.025 valeur usuelles

Valeur usuelle
x
Valeur exceptionnelle
-

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • C. barlier, R. Bourgeois, Mémotech productique, conception et dessin, Paris, Casteilla,‎ , 559 p. (ISBN 2-7135-1220-4), p. 61-74
  • J.-L. Fanchon, Guide des sciences et technologies industrielles, Paris, Nathan, Afnor,‎ , 592 p. (ISBN 2-09-178761-2), p. 113-118
  • cours de CPGE TSI

Liens externes[modifier | modifier le code]