Éric Jourdan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Éric Jourdan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Klagenfurt - St Egid - Grab Julian Green.JPG

sépulture

Éric Jourdan (de son vrai nom, Jean Roger Éric Gaytérou), né à Paris le [1] et mort à Paris le (à 84 ans), nommé Jean-Éric Green depuis son adoption à l'âge adulte par Julien Green, est un écrivain français[2].

Parcours[modifier | modifier le code]

Éric Jourdan est l'auteur, en 1955, du roman Les Mauvais Anges qui connaît la frappe de la censure en raison de son thème de l'amour charnel entre deux garçons adolescents. Il fut deux fois interdit en France en l'espace de vingt-neuf ans, ce qui n'empêcha pas des éditions de luxe et notamment sa première traduction anglaise sous le titre Two par Richard Howard.

Cet auteur francophone vivait à l'écart du « monde littéraire parisien », politique et autre, farouchement indépendant, ne faisait partie d'aucune coterie. D'origines « diverses » — Pays de Galles et Pays basque du côté paternel, Savoie et Tyrol du côté maternel —, il a été adopté par Julien Green (d'origine américaine) considéré comme l'un des auteurs « en français » majeurs du siècle. Il a changé plusieurs fois d'identité et a écrit sous plusieurs pseudonymes qu'il n'a jamais révélés. Il a également beaucoup collaboré à l'oeuvre de Julien Green, sous les noms de Didier Mesnil et Giovanni Lucera.

Il a été inhumé, à côté de son père adoptif, dans la chapelle de la Vierge de l'église Saint-Egid de Klagenfurt, en Autriche, le jeudi 19 février 2015. Le 27 février, une messe a été célébrée à son intention en l'église Saint-Roch de Paris.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Mauvais Anges, préface de Robert Margerit, édition de la Pensée moderne, 1955 ; éditions de la Musardine, 2001
  • Saccage, Plon, 1956 (sous le titre Détresse et Violence) ; La Musardine, 2005 ; France Loisirs, 2006 (dans son texte intégral depuis La Musardine)
  • Les Penchants obscurs, Plon, 1958 (réédité dans son texte intégral sous le titre Le Garçon de joie par La Musardine, 2006)
  • Charité, éditions de la Différence, 1985 ; éditions du Seuil « Points romans », 1991
  • Qui est là ?, contes pour enfants, illustrations de Topor, éditions Publisud, 1985
  • Barbe Bleue, Croquemitaine et compagnie, contes et nouvelles malveillants, dont un Perrault pervers par Julien Green, illustrations de Paula Rego, éditions Maren Sell, 1986 ; La Différence, 1996
  • Anthologie de la peur, entre chien et loup, éditions Maren Sell, 1986 ; éditions du Seuil, 1989
  • Révolte, Seuil, 1991
  • Sang, Seuil, 1992
  • L'Amour brut, Flammarion, 1993 ; La Musardine, 2006 (dans son texte intégral)
  • Le Garçon de joie, Stock, 1993 ; La Musardine, 2006 (dans son texte intégral)
  • Sexuellement incorrect, L'Atelier contemporain, 1995 (sixième partie et fin du Garçon de joie, publié avant La Musardine)
  • La Bande à Bécu en Touraine, Lorisse, 1999
  • Pour Jamais, Joëlle Losfeld, 2001 ; éditions H&O, 2006
  • Sans lois ni Dieux : Le Songe d'Alcibiade, H&O, 2006 ; H&O « Poche », 2010
  • Aux Gémonies, H&O, 2007
  • Trois cœurs, Fayard-Pauvert, 2008
  • Le Jeune Soldat, Fayard-Pauvert, 2009 ; La Musardine, 2011
  • Portrait d'un jeune seigneur en dieu des moissons, La Musardine, 2010
  • Lieutenant Darmancour, H&O, 2010
  • Le Garçon et le Diable, H&O, 2011

Album de la Pléiade[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Éric Jourdan est l'auteur de nombreuses pièces de théâtre dont une seule, Drapeau Noir, a été jouée off Paris, à Clichy en 1987 (35 représentations) puis au festival de Taormina, traduite par Sandro Segui.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Précision donnée par Owen Heathcote, University of Bradford.
  2. Didier Roth-Bettoni, « Hommage à l’écrivain Éric Jourdan (1938-2015) », Hétéroclite, (consulté le 1er juin 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]