Jean-Michel Rotin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Michel Rotin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Jean-Michel Rotin, né à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe le [1], est un chanteur, auteur, compositeur et producteur français. Il est considéré comme l'un des meilleurs talents zouk[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 2 avril 1970 à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, Jean-Michel Rotin développe sa passion pour la musique en écoutant la radio[3]. Sa rencontre avec Thierry Benoît, musicien compositeur et producteur guadeloupéen, lui ouvre les portes de l'industrie. Il fait ses premiers armes au sein du groupe Energy, désormais appelé New J, à la fin des années 1980. Sa participation au Grand Méchant Zouk, concert organisé par Kassav pour célébrer la musique antillaise, est remarquée. Après trois albums avec Energy dont il est le lead vocal, il se lance en solo avec l'album Héros en 1994. Soutenu par Jacob Desvarieux, ce projet réunit des musiciens renommés comme Jean-Jacques Milteau, Manu Dibango ou encore Jean-Claude Naimro[4]. Des tenues vestimentaires baggy faisant écho au style New Jack swing (US) de la première moitié des années 1990 pour le clip-vidéo de "Héros" à des tenues ajustées pour un visuel plus sexy dans le clip-vidéo de "Un homme", il commence à définir un zouk love teinté de R&B qui se confirme avec son album suivant. Sorti en 1996, Solo est porté par le tube "Stop!". Auteur-compositeur-interprète, Jean-Michel Rotin se lance dans la production sous le label "Stuff Records" cette même année. En 1998, il collabore avec JM Harmony existant depuis 1982 et dévoile le single "Péyi Bondié", une ode aux Antilles qui est un nouveau succès.

Son troisième album studio, "Nation", sort en 2003. C'est l'occasion pour lui d'exprimer une liberté artistique évoquée régulièrement dans des interviews où il affirme son refus de mettre une étiquette sur sa musique[5]. Entre créole et anglais, il continue à mélanger les styles. Déçu par l'industrie française du disque[6],[5], il part s'installer à Londres au milieu des années 2000 où il vit encore aujourd'hui. Discret dans les médias, il célèbre ses 20 ans de carrière avec un concert live au Bataclan à Paris le 10 avril 2009. Cette année-là, il sort également l'album best-of Créolector qui réunit ses tubes en solo et ses titres à succès avec le groupe Energy. En 2013, il propose une nouvelle compilation Une histoire de musique : History Groov qui permet d'écouter intégralement son parcours depuis ses débuts.

Alors qu'il continue ses expérimentations musicales comme avec OMAR sur "Destiny" (2016) ou Mike Clinton sur "Blackstamp" (2018), il travaille également sur un nouvel album[7]. Le 30 août 2019, il fête ses 30 ans de carrière avec un concert en Guadeloupe à l'Appart971.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Energy (1), Liso music, 1989
  • Image, Liso music, 1989
  • Energy (2), Lliso music, 1990
  • Energy (3), Liso music, 1992
  • Héros, Sonodisc, 1994
  • Solo, Sonodisc, 1996
  • And i love her, Granier Music, 1997
  • Preview, Granier music, 1998
  • Péyi Bondié, Granier Music, 1998
  • Nation, Section Zouk, 2003
  • Sale affaire, Case Depart, Creon music, 2005
  • Newjy (4e Energy), Newjy art, 2006
  • Begui begui Bang, Cysta Management, 2006 (chanson reprise d'Eugène Mona[8])
  • If you come, Chaye Records, 2006
  • Tourbillon, Dj Mike/NOSTRATEGY, 2008
  • Créolector, Pagnaz Records Ltd, Dune Production, JP Groove, Funboy, 2009
  • Maryjan, Elèctrica Prod, 2010
  • Intégrale, Dune Production, 2010
  • Live au Bataclan (DVD), Pagnaz Records Ltd, 2010
  • Une histoire de musique (History Groov) BEST-OF Intégral, Pagnaz Records Ltd, 2013
  • Destiny (feat OMAR) , Freestyle Records, 2016
  • BlackStamp (feat Mike CLINTON) , Black Stamp Music, 2018
  • Vicious, Jam Xperience, 2018

Références & Notes[modifier | modifier le code]

  1. Interview parue sur le journal France Antilles/Tv Magazine, guadeloupe.franceantilles.fr
  2. Gérald Désert, Le Zouk. Genèse et représentations sociales d'une musique populaire, Clamecy, Nouvelle Imprimerie Laballery, , 174 p. (ISBN 978-2-916121-73-4 et 2-916121-73-0, lire en ligne), p. 145-146 "La verve de Kassav n'a jamais cessé d'influencer la manière de jouer la musique aux Antilles. [...] Parmi les meilleurs talents, on peut citer Gilles Floro, Tanya Saint Val, Edith Lefel, Eric Virgal, Tony Chasseur, Tatiana Miath, Jean-Michel Rotin, Ronald Rubinel, Jane Fostin, Harry Diboula, Orlane, Expérience 7, Dissonance, Taxi Kréyol, C'Kans, Kwak, Zouk Metal..."
  3. LEBLOGDUZOUK, « Interview de JEAN MICHEL ROTIN », sur LE BLOG DU ZOUK (http://www.leblogduzouk.fr) (consulté le 18 mars 2020)
  4. « Jean-Michel Rotin - Héros », sur Discogs (consulté le 18 mars 2020)
  5. a et b Rédaction, « Jean-Michel Rotin : précurseur malgré lui », sur Afrik.com, (consulté le 18 mars 2020)
  6. Julien TRESOR, « Jean-Michel Rotin 30 ans de carrière avec classe et humilité », sur GUADELOUPE ACTU, (consulté le 18 mars 2020)
  7. « Invité du Jour de Matin1ere le chanteur d’une génération Jean-Michel Rotin », sur Outre-mer la 1ère (consulté le 18 mars 2020)
  8. Leritaj-mona : begui begui bang