Louisa Tounsia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louisa Tounsia
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Louisa Tounsia (Louisa la Tunisienne), de son vrai nom Louisa Saâdoun, née en 1905 et décédée en 1966[1], est une chanteuse tunisienne du XXe siècle. Elle jouit d'une très grande popularité avant, durant et après la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine juive, connue par l'état civil sous le nom de Louisa Saâdoun, elle chante régulièrement à Paris, avec l'orchestre du cabaret La Casbah en 1947, et au Maroc où elle obtient un grand succès.

Elle se produit au cabaret El Djazair et au cabaret oriental Tam-Tam qui est à cette époque dirigė par le père de la chanteuse algérienne Warda Al Jazairia. Le Tam-Tam est un lieu de divertissement parisien situé rue Saint-Séverin, dans le Quartier latin, qui accueille régulièrement de nombreuses vedettes de la chanson arabe et orientale, comme Safia Chamia, Farid El Atrache et Mohamed Fouiteh. Elle réalise des duos avec Cheikh El Afrit, notamment dans la chanson Achbik ghodbana. Elle travaille également avec les artistes Youcef Hadjadj et Messaoud Habib.

Très prolifique, elle enregistre au moins 32 chansons en arabe et en français, comme Chérie, combien je t'aime qui a été reprise plus tard par Reinette l'Oranaise, sous le titre de Elli yachek hram, mais également par Lili Boniche. Parmi les autres chansons très connues de son répertoire, Al Bab Darek (À la porte de ta maison), chanson issue du patrimoine musical des Kerkennah, enregistrée pour la première fois en 1945 et qui a été reprise en 2012 par Emel Mathlouthi, et El Warda (La Rose), remportent également un vif succès.

C'est elle qui a fait enregistré pour la première fois Lamouni ligharou meni (« Les envieux m'ont fait des reproches » en français) de Hédi Jouini chez Gramophone (K 4919) en 1945. Elle a également produit des vinyles avec Polyphon et Pacific.

Nabiha Karaouli a fait une reprise de son titre Choftek Marra. Le label discographique Dounia (à l'origine détenu par Élie Touitou alias El Kahlaoui Tounsi) a longtemps géré les droits d'auteur de l'artiste avant de les céder au producteur Michel Lévy qui a réédité plusieurs titres pour son album Les trésors du catalogue de musique orientale. Le label tunisien Phonie a récemment réédité ses œuvres musicales.

Louisa Saâdoun épouse un joueur de oud, Jacques Khraïef, dit Zaki.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Mardh El Hawa
  • Khali Bou Chalghouma
  • Nassek Dhalmouni
  • Ilaab Ilaab
  • Souji
  • Ya Tir El Olwiya
  • Aami El Qahweji
  • Aal Karkare Hramou
  • Aami El Qahweji
  • Rooyen El Khil
  • Trig Twila
  • Ya Aami Ediwani
  • Talou Layem Aalaya
  • Aachega
  • Mardh El Hawa
  • Alech Aachertini
  • Ya Nachedni
  • Nassek Dhalmouni
  • Ettayara
  • Esh Bik Ghadbana
  • El Aalam Yedhak
  • El Youm Qalbi Henani
  • Ana Shaki Be Mawajei
  • Enta Aala Dinek
  • Bil Hayek
  • Taalilat Al Aaroussa
  • Khoudo Al Donia Welli Fiha
  • Aadebtini Hram Aleik
  • Motlahifa We Zine Zad Aliha
  • Men Waqt Elli Retak
  • Ya Warda
  • Ya Bent El Nas
  • Tah tel yassmina fellil

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bouziane Daoudi et Hadj Miliani, Beurs' mélodies : cent ans de chansons immigrées maghrébines en France, éd. Séguier, Paris, 2003, p. 29