Michel Colombier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michel Colombier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Chef d'orchestre du Concours Eurovision de la chanson (d)
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Michel Jean Pierre ColombierVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Période d'activité
Autres informations
Instrument
Genres artistiques
Site web

Michel Colombier, né le à Lyon 7e[1] et mort le , à Santa Monica aux États-Unis, est un compositeur de musiques de film et arrangeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Initié au piano par son père à 6 ans, il entre au Conservatoire national supérieur de musique de Paris en 1959 et le quitte deux ans plus tard.

Repéré par Michel Magne qui l'engage comme pianiste et arrangeur, il devient, peu après, à 22 ans, directeur musical des Disques Barclay ; il arrange le premier album anglophone de Charles Aznavour, produit par Quincy Jones[2].

Il a notamment travaillé avec Pierre Henry (Messe pour le temps présent, 1967), Serge Gainsbourg (Bonnie and Clyde, Anna, Requiem pour un con, Élisa), Pascal Danel (divers 45 tours dans les années 1960), Barbara (album L'Aigle noir, 1970), Michel Polnareff (albums Coucou me revoilou et Ménage à trois), Brigitte Fontaine (Maman j'ai peur), Claude Nougaro (album Pacifique, 1988), Mary-Christine "Tchad" (divers 45 tours dans les années 1964-65).

En 1970, après avoir avoir rencontré Bruce Johnston, membre des Beach Boys , il s'occupe des arrangements de trois chansons phares de leur album Sunflower : Deirdre, Our Sweet Love et Tears in the Morning[réf. souhaitée].

Au début des années 1970, il écrit l'indicatif de la chaîne Antenne 2[3]. Inspiré du concerto pour hautbois en ré mineur d'Alessandro Marcello, ce titre a servi, de 1975 à 1983, de musique au premier générique d'ouverture et de fermeture d'antenne de la chaîne de télévision Antenne 2 - un film d'animation de 80 secondes de Jean-Michel Folon, représentant des « bonshommes volants », apparaissant, puis disparaissant dans un ciel étoilé. Michel Colombier intitula cette musique Emmanuel en souvenir de son fils mort tout enfant[4].

En 1977, il écrit les arrangements de l'album Even in the Quietest Moments... de Supertramp[réf. souhaitée].

En 2003, il arrange les cordes sur l'album American Life[réf. souhaitée] de Madonna. Il avait auparavant arrangé les cordes pour le titre et single Don't Tell Me, extrait de l'album Music, en 2000.

Il collabore avec le groupe Air pour l'album, Talkie Walkie, en 2004[2].

Il meurt le des suites d'un cancer.

Discographie[modifier | modifier le code]

(hors musique de films)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Insee, « Acte de décès de Michel Jean Pierre Colombier », sur MatchID
  2. a et b « Mort du compositeur Michel Colombier », Le Nouvel Observateur.
  3. Institut National de l’Audiovisuel – Ina.fr, « Indicatif d'ouverture d'antenne d'Antenne 2 : 1ère version », sur Ina.fr, (consulté le )
  4. Gérard Dastugue, « reviews », sur michelcolombier.com, (consulté le ) : « J'ai perdu un de mes fils à l'âge de 5 ans, j'ai donc dédié le morceau à sa mémoire, et il porte son nom : Emmanuel. »

Liens externes[modifier | modifier le code]