Layrac-sur-Tarn

From Wikipédia

Layrac-sur-Tarn
Layrac-sur-Tarn
La mairie.
Blason de Layrac-sur-Tarn
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Intercommunalité Communauté de communes Val'Aïgo
Maire
Mandat
Thierry Astruc
2020-2026
Code postal 31340
Code commune 31288
Démographie
Gentilé Layracois, Layracoises
Population
municipale
316 hab. (2018 en diminution de 2,47 % par rapport à 2013)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 50′ 06″ nord, 1° 33′ 22″ est
Altitude Min. 86 m
Max. 223 m
Superficie 7,25 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Toulouse
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Villemur-sur-Tarn
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Layrac-sur-Tarn
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Layrac-sur-Tarn
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Layrac-sur-Tarn
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Layrac-sur-Tarn
Liens
Site web Site officiel

Layrac-sur-Tarn est une commune française située dans le Sud-Ouest de la France, dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie. La ville fait partie de la région historique de l'Occitanie et du pays traditionnel du Haut-Languedoc.

La commune est située dans le nord-est de la Haute-Garonne, aux frontières du Tarn.

Les habitants de Layrac-sur-Tarn sont appelés les Layracois.

Géographie[edit | edit source]

Localisation[edit | edit source]

La commune de Layrac-sur-Tarn se trouve dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie[1].

Elle se situe à 27 km à vol d'oiseau de Toulouse[2], préfecture du département, et à 5 km de Villemur-sur-Tarn[3], bureau centralisateur du canton de Villemur-sur-Tarn dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[1]. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Villemur-sur-Tarn[1].

Les communes les plus proches[Note 1] sont[4] : Bondigoux (1,4 km), Mirepoix-sur-Tarn (2,6 km), La Magdelaine-sur-Tarn (2,6 km), Villematier (3,8 km), Montvalen (4,4 km), Villemur-sur-Tarn (5,4 km), Bessières (5,5 km), Le Born (5,7 km).

Sur le plan historique et culturel, Layrac-sur-Tarn fait partie du pays Montalbanais, un territoire aux confins des anciennes provinces du Rouergue, de la Guyenne et du Languedoc et correspondant à la partie méridionale du Bas Quercy[5].

Layrac-sur-Tarn est limitrophe de quatre autres communes, dont une dans le département du Tarn.

Carte de la commune de Layrac-sur-Tarn et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Layrac-sur-Tarn[6]
Montvalen
(Tarn)
Bondigoux Layrac-sur-Tarn[6] Mirepoix-sur-Tarn
La Magdelaine-sur-Tarn

Hydrographie[edit | edit source]

La commune fait partie du bassin versant de la Garonne. Elle est traversée par le Tarn, au sud de la commune. On compte également le ruisseau Crève Cor qui passe sur la commune.

Géologie et relief[edit | edit source]

La superficie de la commune est de 725 hectares ; son altitude varie de 88 à 223 mètres[7].

Le relief de la commune est plat au sud, le long du Tarn jusqu'au centre-village, alors qu'on compte un relief important dans le nord du territoire communal, notamment entre le centre-village et la frontière avec Montvalen et le département du Tarn.

Climat[edit | edit source]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat du Bassin du Sud-Ouest », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[8]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[9].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[10]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[8]

  • Moyenne annuelle de température : 13,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 12,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 16,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 758 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 8,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 5,5 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[11] complétée par des études régionales[12] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Villematier », sur la commune de Villematier, mise en service en 1994[13] et qui se trouve à 4 km à vol d'oiseau[14],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 13,5 °C et la hauteur de précipitations de 722,1 mm pour la période 1981-2010[15]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Toulouse-Blagnac », sur la commune de Blagnac, mise en service en 1947 et à 26 km[16], la température moyenne annuelle évolue de 13,3 °C pour la période 1971-2000[17], à 13,8 °C pour 1981-2010[18], puis à 14,3 °C pour 1991-2020[19].

Milieux naturels et biodiversité[edit | edit source]

Réseau Natura 2000[edit | edit source]

Site Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 4]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats : Les « vallées du Tarn, de l'Aveyron, du Viaur, de l'Agout et du Gijou »[21], d'une superficie de 17 144 ha, s'étendent sur 136 communes dont 41 dans l'Aveyron, 8 en Haute-Garonne, 50 dans le Tarn et 37 dans le Tarn-et-Garonne. Elles présentent une très grande diversité d'habitats et d'espèces dans ce vaste réseau de cours d'eau et de gorges. La présence de la Loutre d'Europe et de la moule perlière d'eau douce est également d'un intérêt majeur[22].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[edit | edit source]

Carte des ZNIEFF de type 1 localisées sur la commune.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1[Note 5] est recensée sur la commune[23] : l'« ancienne sablière de Valette à Layrac-sur-Tarn » (18 ha)[24] et une ZNIEFF de type 2[Note 6],[23] : la « basse vallée du Tarn » (3 623 ha), couvrant 49 communes dont huit dans la Haute-Garonne, 20 dans le Tarn et 21 dans le Tarn-et-Garonne[25].

Urbanisme[edit | edit source]

Typologie[edit | edit source]

Layrac-sur-Tarn est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 7],[26],[27],[28].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulouse, dont elle est une commune de la couronne[Note 8]. Cette aire, qui regroupe 527 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[29],[30].

Occupation des sols[edit | edit source]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (97,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (97,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (85,2 %), zones agricoles hétérogènes (12,6 %), forêts (1,2 %), eaux continentales[Note 9] (1,1 %)[31].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Logement[edit | edit source]

En 2014, le nombre total de logements dans la commune était de 158, alors qu'il était de 151 en 2009.

Parmi ces logements, 83,5 % étaient des résidences principales, 9,5 % des résidences secondaires et 7 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 94,3 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 5,7 % des appartements.

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 86,4 %, en très légère baisse par rapport à 2009 (87,8 %). En 2014 comme en 2009, il n'y avait pas de logements HLM sur la commune.

Risques naturels et technologiques[edit | edit source]

La commune est concernée par un risque important d'inondations, du fait du passage du Tarn au sud du territoire communal.

Il existe également un risque de séisme très faible sur la commune (1/5).

La centrale nucléaire de Golfech étant située à une soixantaine de kilomètres, cela représente un risque, même si ce risque reste limité.

Voies de communication et transports[edit | edit source]

Voies routières[edit | edit source]

La commune est traversée par la route départementale 15, qui relie le quartier Barrière de Paris de Toulouse au nord de Layrac, en passant par Aucamville, Villariès et La-Magdelaine-sur-Tarn. La commune est également traversée par la route départementale 22, qui relie Villemur-sur-Tarn à Mirepoix-sur-Tarn en passant par le centre-village.

La commune est accessible par l'autoroute A68, qui relie Albi à Toulouse, et qui est accessible depuis la sortie Sortie 4 - Buzet-sur-Tarn, située à une dizaine de kilomètres de la commune.

Transports en commun[edit | edit source]

La ligne 355 du réseau Arc-en-Ciel relie le centre de la commune à la gare routière de Toulouse ou à la station Borderouge du métro de Toulouse depuis Villemur-sur-Tarn, et la ligne 375 relie la commune au lycée de Fronton depuis Buzet-sur-Tarn.

La gare la plus proche de Layrac-sur-Tarn est la gare de Buzet-Roquesérière, située à une dizaine de kilomètres, sur la ligne de Brive-la-Gaillarde à Toulouse.

Enfin, l'aéroport le plus proche est l'aéroport de Toulouse-Blagnac, situé à une quarantaine de kilomètres.

Toponymie[edit | edit source]

Le nom de la commune viendrait de villa et de Larius ou Hilarius, qui serait un propriétaire de la commune[32]. L’appellation sur-Tarn proviendrait évidemment du passage du Tarn au sud de la commune, et aurait été ajoutée plus tard.

Histoire[edit | edit source]

Les premières présences humaines à Layrac remonteraient au paléolithique, où les hommes préhistoriques y trouvent un bon terrain de chasse[32].

Alphonse de Poitiers fonde la bastide en 1271. A l'époque elle dépendait de Villemur-sur-Tarn, et deviendra une commune à part entière en 1790[32].

Héraldique[edit | edit source]

Layrac-sur-Tarn

Son blasonnement est : Parti : au premier d'azur au saint d'argent, vêtu d'or et d'azur, nimbé aussi d'or, au second d'argent à la fasce de sable, accompagnée de deux losanges du même, un en chef et un en pointe ; le tout sommé d'un chef tiercé en pal au I de gueules au bœuf furieux d'or, au II de gueules à la croix occitane d'or et au III d'azur semé de fleurs de lys d'or.

Politique et administration[edit | edit source]

Tendances politiques et résultats[edit | edit source]

La commune semble avoir une sensibilité de droite.

A titre d'exemple, lors de l'élection présidentielle de 2017, à Layrac-sur-Tarn, au premier tour, c'est Emmanuel Macron qui l'avait emporté avec 25,79 % des voix, suivi par Marine Le Pen et par François Fillon avec tous deux 22,17 % des voix. Au second tour, c'est Emmanuel Macron qui l'avait emporté avec 60,64 % des voix, suivi par Marine Le Pen avec 39,36 % des voix[33].

Administration municipale[edit | edit source]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[34],[35].

Liste des maires[edit | edit source]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 François Teysseyre SE  
1791 1800 Baptiste Amat SE  
1800 1808 Jean-Antoine Crubilhe SE  
1808 1809 Jean Teysseyre SE  
1809 1835 Jean-Antoine Crubilhe SE  
1835 1838 Pierre Teysseyre SE  
1838 1848 Hughes Amat SE  
1848 1852 Ferdinand Crubilhe SE  
1852 1852 Jean-Baptiste Amat SE  
1852 1855 Gabriel Teysseyre SE  
Mars 2001 2008 Moïse Brousse SE  
Mars 2008 2014 Jacqueline Bonnet SE  
Mars 2014 décembre 2017 Wilfrid Sabiron[36] SE Cadre supérieur
décembre 2017 En cours Thierry Astruc[37] SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Rattachements administratifs et électoraux[edit | edit source]

Layrac-sur-Tarn fait partie du canton de Villemur-sur-Tarn (avant le redécoupage départemental de 2014, Layrac-sur-Tarn faisait partie de l'ex-canton de Montastruc-la-Conseillère). Layrac est également rattaché à l'arrondissement de Toulouse.

Le village fait également partie de la cinquième circonscription de la Haute-Garonne, qui englobe une partie du nord-est du département.

Enfin, Layrac fait partie de la communauté de communes de Val'Aïgo, qui regroupe des communes toutes situées entre Villemur-sur-Tarn et Bessières.

Politique environnementale[edit | edit source]

Le ramassage des déchets ménagers, plastiques et vert est assuré par la communauté de communes de Val'Aïgo.

La déchetterie la plus proche est celle de Pechnauquié, à Villemur-sur-Tarn.

Finances locales[edit | edit source]

Population et société[edit | edit source]

Démographie[edit | edit source]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[38]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[39].

En 2018, la commune comptait 316 habitants[Note 10], en diminution de 2,47 % par rapport à 2013 (Haute-Garonne : +6,32 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
410438475420440441437437448
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
450412423399398389378377353
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
316305327286256267266238311
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
298318310307319264298330322
2018 - - - - - - - -
316--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[40] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[42] 1975[42] 1982[42] 1990[42] 1999[42] 2006[43] 2009[44] 2013[45]
Rang de la commune dans le département 190 247 238 267 317 298 298 307
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Enseignement[edit | edit source]

Layrac-sur-Tarn fait partie de l'académie de Toulouse.

Une crèche est présente sur la commune. Il y a aussi une école maternelle sur la commune de Bondigoux et une école primaire sur la commune de Mirepoix-sur-Tarn[46].

La commune fait partie du secteur du collège Albert Camus de Villemur-sur-Tarn[47], ainsi que du lycée Pierre Bourdieu de Fronton.

Manifestations culturelles et festivités[edit | edit source]

Santé[edit | edit source]

Le médecin généraliste le plus proche se situe à Bondigoux, et les pharmacies les plus proches à Villemur-sur-Tarn et Bessières.

Les hôpitaux les plus proches sont situées sur Toulouse et Montauban. On compte cependant une clinique spécialisée à Bondigoux.

Activités sportives[edit | edit source]

Chasse, randonnée,

Médias[edit | edit source]

Layrac est couverte par le journal La Dépêche du Midi et son édition locale nord-est de la Haute-Garonne, ainsi que par l'édition Toulouse Métropole de France 3 Occitanie.

Cultes[edit | edit source]

Il y a une église catholique, l'église Saint-Blaise, sur la commune.

Économie[edit | edit source]

Culture locale et patrimoine[edit | edit source]

Lieux et monuments[edit | edit source]

L'église.

Personnalités liées à la commune[edit | edit source]

Pour approfondir[edit | edit source]

Bibliographie[edit | edit source]

Articles connexes[edit | edit source]

Liens externes[edit | edit source]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[edit | edit source]

Notes et cartes[edit | edit source]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[20].
  5. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  6. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  7. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  8. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  9. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[edit | edit source]

  1. a b et c « Métadonnées de la commune de Layrac-sur-Tarn », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Layrac-sur-Tarn et Toulouse », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Layrac-sur-Tarn et Villemur-sur-Tarn », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches de Layrac-sur-Tarn », sur www.villorama.com (consulté le ).
  5. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 346-347.
  6. Carte IGN sous Géoportail
  7. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  8. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  9. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  10. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  11. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  12. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  13. « Station Météo-France Villematier - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  14. « Orthodromie entre Layrac-sur-Tarn et Villematier », sur fr.distance.to (consulté le ).
  15. « Station Météo-France Villematier - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  16. « Orthodromie entre Layrac-sur-Tarn et Blagnac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  17. « Station météorologique de Toulouse-Blagnac - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  18. « Station météorologique de Toulouse-Blagnac - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  19. « Station météorologique de Toulouse-Blagnac - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  20. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  21. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Layrac-sur-Tarn », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « site Natura 2000 FR7301631 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  23. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Layrac-sur-Tarn », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « ZNIEFF l'« ancienne sablière de Valette à Layrac-sur-Tarn » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « ZNIEFF la « basse vallée du Tarn » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  27. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  28. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  29. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  30. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  31. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  32. a b et c « Layrac-sur-Tarn - Communauté de communes de Val'Aïgo » (consulté le ).
  33. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2017 », sur http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__presidentielle-2017 (consulté le ).
  34. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  35. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014 (consulté le ).
  36. « Résultat élection municipale 2020 Layrac-sur-Tarn », sur 20 minutes (consulté le ).
  37. Correspondant, « Layrac-sur-Tarn. Mars 2020 : Thierry Astruc candidat », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  40. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  42. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  43. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  44. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  45. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  46. « Crèches, écoles, collège... », sur layracsurtarn.fr, (consulté le ).
  47. « Sectorisation des collèges », CD31,‎ (lire en ligne, consulté le ).