Innimond

From Wikipédia

Innimond
Innimond
Église d'Innimont.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Belley
Intercommunalité Communauté de communes de la Plaine de l'Ain
Maire
Mandat
Yoann Bernard (intérim)
2021
Code postal 01680
Code commune 01190
Démographie
Population
municipale
88 hab. (2018 en diminution de 24,79 % par rapport à 2013)
Densité 6,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 58″ nord, 5° 34′ 20″ est
Altitude Min. 811 m
Max. 1 218 m
Superficie 13,44 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Lagnieu
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Innimond
Géolocalisation sur la carte : Ain
Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Innimond
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Innimond
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Innimond
Liens
Site web innimond.fr

Innimond, localement orthographiée Innimont, est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[edit | edit source]

Innimont est situé dans le Bas-Bugey à la pointe sud-est du plateau du Bois de la Morgne dont la bordure Est (falaises) domine les villages de Saint-Germain-les-Paroisses, d'Ambléon et plus loin de Belley. Innimont, appelé aussi « Thabor du Bugey », est situé à 900 m d'altitude de moyenne. Le territoire de la commune est constitué d'un plateau à deux niveaux : au sud, la « fin d'en bas » (870 mètres d'altitude), et au nord, la « fin d'en haut » (930 mètres) (« fin » = « finage »). Il est bordé sur toute sa longueur par le Mollard de Don (1 217 m), qui est le point culminant du canton.

Le village est traversé par le GR 59. Il dispose d'un départ de parapentes à "La croix d'Innimont" et, l'hiver, de quelques pistes de ski de fond. Innimont est un site touristique avec une belle vue sur le bassin de Belley et la féerie des Alpes en toile de fond.

Ce plateau calcaire est karstique : la roche calcaire est attaquée par l'eau. De nombreuses cavités souterraines existent dans le plateau et ses contreforts. Il est donc très fréquenté par les spéléologues. On peut citer :

  • Le trou des Mongols : rivière souterraine de plus de quatre kilomètres dont l'accès s'ouvre au lieu-dit "Plaine du Bief" à l'est de la D 94a reliant Innimont à Ordonnaz (ref. Spélunca no 68, ISSN 0242-1771) ;
  • La source du Creux de la Roche : plus d'un kilomètre de galeries topographiées, en partie noyées, qui est située sur le contrefort est du plateau, sur la commune de Saint-Germain-les-Paroisses (ref. Spéléo-Dossiers CDS Rhône no 35 2006 ISSN 0755-8813) ;
  • La grotte Moilda : l'une des plus profondes du Bugey (- 316 mètres) pour environ trois kilomètres de galeries. Située au lieu-dit "Chanaux" au nord-nord-ouest d'Innimond, sur la commune de Lompnaz.

Communes limitrophes[edit | edit source]

Urbanisme[edit | edit source]

Typologie[edit | edit source]

Innimond est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[edit | edit source]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (66,6 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (61,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (42,8 %), zones agricoles hétérogènes (33,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (23,8 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[edit | edit source]

Panneau de sortie du village

Quelques noms attribués à la localité au fil du temps : Mons Inimontis (vers 1105), Sanctus Petrus Inimontis (1112), Mons que Inimons antiquitus appellatur (XIIIe siècle), Domus Ynimontis (1200), Ecclesia Inimontis (1202), Territorium Hynimontis (1212), De Ynimonte (1339), Ynimont (1580), Innimond (1703), Ennemond en (1784) et Innimont (1911).

Aujourd'hui on rencontre aussi bien l’orthographe Innimond que Innimont. Mais cette dernière variante avec un t final semble plus correcte, le d n'étant apparu que récemment par attraction paronymique avec le prénom Ennemond.

Histoire[edit | edit source]

Le plus ancien document qui mentionne le village d'Innimont est une charte de donation de ce pays à l'abbaye de Cluny aux environs de 1100. Elle est signée par le comte Humbert II de Savoie et fait mention d'une église construite en l’honneur de saint Symphorien avec les terres. La description du pays faite à l'époque prouve que ce dernier était habité depuis longtemps puisqu'on signale des terres labourables, des prairies, ruisseaux et autres bases utiles à la vie.

Du Moyen Âge à la révolution, le pays vit en autarcie. Il faudra attendre le XXe siècle pour que la commune s'ouvre au monde extérieur grâce aux nouveaux moyens de transport et de communication[8].

Politique et administration[edit | edit source]

Découpage territorial[edit | edit source]

La commune d'Innimond est membre de la communauté de communes de la Plaine de l'Ain, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Chazey-sur-Ain. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[9].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Belley, au département de l'Ain et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[10]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Lagnieu pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[10], et de la cinquième circonscription de l'Ain pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[11].

Administration municipale[edit | edit source]

Mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Paul Grollier    
mars 1977 mars 2008 Maurice Berlioz    
mars 2008 mai 2020 Eric Nodet SE  
mai 2020 février 2021 Serge Gardien    
février 2021 En cours Yoann Bernard (intérim)    

Démographie[edit | edit source]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[13].

En 2018, la commune comptait 88 habitants[Note 2], en diminution de 24,79 % par rapport à 2013 (Ain : +4,54 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
459432432331380368371411405
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
408367378364359354383352367
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
367360330301287264231210189
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
18814398828195108110117
2017 2018 - - - - - - -
8988-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[edit | edit source]

Culture locale et patrimoine[edit | edit source]

La chapelle[edit | edit source]

Chapelle et tilleul d'Innimond.

Au sommet du village, composé de trois rues, se trouve une petite église adossée au cimetière dont la construction remonte vers l'an 1000 (pas de certitude).

Ce sont les moines de Cluny qui, après une donation des comtes de Savoie, fondent à Innimont un prieuré dont les droits s'étendent sur six paroisses.

Vers les années 1450, le chœur a été modifié par le prieur de la famille de Groslée dont on peut encore voir les armoiries : (trèfle à quatre feuilles) gravées sur la clé de voûte du second arc ogival entre le chœur et l'abside.

Vers 1650 les seigneurs de Groslée agrandissent la chapelle en construisant l'abside qui est réservée à l'usage des moines du prieuré.

Le clocher, accolé à l'église à laquelle il sert de porche, date de 1840. On peut lire sur la seule cloche : Parrain Laurent NIVIERE (ancien maire de Belley), Marraine Mme Rosalie NIVIERE, née PRUNELLE qui étaient bienfaiteurs de la commune. Cette cloche remplace les deux précédentes, placées dans le clocher construit sur l'avant-chœur qui fut pillé, et détruit à la Révolution.

Chaque année, pour la Fête-Dieu, un pèlerinage et une messe ont lieu sur une plate-forme au nord de la chapelle (ancien cimetière) où renaît de ses racines un tilleul nommé par les anciens « le Sully ». Âgé de plus de quatre cents ans, il assiste à tous les évènements du village. Sur son tronc on peut lire : « Depuis 400 ans, face à tous les temps / Je suis un Sully, je meurs et je revis. » A lui seul, il incite à la visite d'Innimont.

Cette chapelle a été entièrement restaurée vers 1966 par l'abbé Poncet. Il habitait Innimont avec sa mère et enseignait au lycée de Belley.

Les lavoirs[edit | edit source]

Au nombre de trois, ils servaient autrefois à abreuver les vaches qui partaient – ou revenaient – « d'en champ ». Les femmes du village allaient y faire leurs lessives. L'eau est absente du lavoir du "Mas" (centre du village) mais ce petit bâtiment, très bien entretenu, a été aménagé par l'ancien maire Paul Grollier qui y a entreposé divers outils de culture et la vieille pompe à incendie. De nombreux paniers en vannerie de fabrication locale servent de corbeilles à fleurs.

Il ne s'agit pas du « mas » mais du « mât », en mémoire de celui élevé à cette place pour manifester la joie des citoyens qui venaient d'obtenir le droit de vote, lors de la révolution de 1848.

Les fours[edit | edit source]

Ils sont deux, encore en activité dans le village.

Ces derniers sont récents, ils datent de 1928. L'ancien four du prieuré a été vendu et démoli en 1960, après des siècles de bons et loyaux services.

La croix du rocher de Lachat[edit | edit source]

Une grande croix est érigée sur le rocher de Lachat. Elle domine le bassin de Belley, et la vue va du Grand Colombier au Mont Pelvoux, ainsi que la montagne du Chat qui surplombe Aix-les-Bains et toute la chaîne des Alpes).

Vers l'ouest, on peut voir jusqu'aux Monts du Lyonnais.

Personnalités liées à la commune[edit | edit source]

  • L'abbé Poncet qui a habité très longtemps à Innimont avec sa maman dans la petite maison qui jouxtait la chapelle dans le village. Après Innimont il a été officier à Ambronay, où il a amené de nombreuses activités dans l'abbaye. Il était enseignant au lycée privé de Belley.
  • Paul Grollier, agriculteur, a été le maire du village très longtemps. C'est à son équipe que l'on doit les aménagements des lavoirs.

Notes et références[edit | edit source]

Notes[edit | edit source]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[edit | edit source]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021)
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 23 mars 2021)
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021)
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021)
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 22 avril 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 22 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. https://innimond.fr/histoire-dinnimond/
  9. « communauté de communes de la Plaine de l'Ain - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 19 avril 2020)
  10. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune d'Innimond », sur le site de l'Insee (consulté le 19 avril 2020).
  11. « Découpage électoral de l'Ain (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 19 avril 2020).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Voir aussi[edit | edit source]

Site Web de la commune : https://innimond.fr

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[edit | edit source]

  • Richesses touristiques et archéologiques du canton de Lhuis - Syndicat d'initiative de Lhuis.

Articles connexes[edit | edit source]