Durbans

From Wikipédia
Jump to: navigation, search
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Durban (homonymie).
Durbans
La mairie, au lieu-dit Ladignac.
La mairie, au lieu-dit Ladignac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Figeac
Canton Gramat
Intercommunalité Communauté de communes du Grand-Figeac - Haut-Ségala - Balaguier d'Olt
Maire
Mandat
Henri Gratias
2014-2020
Code postal 46320
Code commune 46090
Démographie
Population
municipale
128 hab. (2014)
Densité 4,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 40′ 40″ nord, 1° 46′ 24″ est
Altitude 318 m
Min. 287 m
Max. 393 m
Superficie 27,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Durbans

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Durbans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Durbans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Durbans

Durbans est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

Géographie[edit | edit source]

Généralités[edit | edit source]

Paysage en bordure du hameau de Ladignac.

Située sur la route de Gramat à Figeac, la commune de Durbans comporte quatre hameaux :

Communes limitrophes[edit | edit source]

Durbans est limitrophe de huit autres communes.

Deux autres communes sont très proches de son territoire : Sonac à environ 120 mètres à l'est, et Thémines à environ 180 mètres au nord-est.

Communes limitrophes de Durbans
Reilhac Flaujac-Gare Saint-Simon
Lunegarde Durbans Livernon
Fontanes-du-Causse Quissac Espédaillac

Toponymie[edit | edit source]

Le toponyme Durbans serait basé soit sur un anthroponyme suivi de -anum, soit sur les mots gaulois duro (fortification) et banno(n) (corne), soit par le nom d'un nouvel arrivant[1].

Histoire[edit | edit source]

Politique et administration[edit | edit source]

Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1793 1799 Philippe Lavaissière    
1800 1823 Joseph Moizan    
1824 1832 Raymond Sasmayoux    
1832 1837 Carayrol    
1837 1840 Félix Sasmayoux    
1840 1855 Antoine Pegourie    
1855 1860 Jean Turenne    
1860 1880 Antoine Pegourie    
1881 1902 Jean Jules Pegourie    
         
2001 en cours Henri Gratias    

Démographie[edit | edit source]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 128 habitants, en diminution de -5,88 % par rapport à 2009 (Lot : 0,05 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
322 313 355 461 444 509 479 522 538
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
563 559 501 504 521 536 507 503 444
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
422 398 350 285 252 238 228 226 206
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
186 157 131 131 116 127 145 123 128
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[edit | edit source]

  • L'aérodrome de Figeac-Livernon.
  • Le dolmen d'Escazals.
  • Le dolmen de La Borie Grande : dolmen double, les deux chambres sépulcrales sont placées dans le prolongement l'une de l'autre avec une orientation ouest-est. La chambre ouest est plus petite et plus basse que la chambre est. Toutes deux ont conservé leur table mais celle de la chambre est est cassée en deux morceaux inégaux. 44° 41′ 01″ N, 1° 44′ 47″ E
  • Le dolmen de Peyre de l'Homme, appelé aussi dolmen des Combarols : dolmen très abîmé dont il est difficile de reconnaître le type mais les dalles de chevet et de fermeture sont toujours en place. Il est inscrit au titre des monuments historiques en 2011[7].44° 41′ 30″ N, 1° 47′ 11″ E
  • Les dolmens des Roques : dolmen no 1 44° 41′ 30″ N, 1° 47′ 52″ E, le dolmen no 2 est inscrit au titre des monuments historiques en 2012[8]. 44° 41′ 31″ N, 1° 47′ 54″ E
  • Le dolmen du Verdier-Petit : c'est un dolmen simple mais monumental dont la table (5,40 mètres de long par 2,90 mètres de large pour 0,40 mètre d’épaisseur, estimation 12 tonnes) est recouverte de pierres accumulées depuis par les cultivateurs en épierrant le champ où il se dresse. La chambre sépulcrale mesure 3,60 mètres de long pour 1,30 mètres de large et 1,20 mètres de haut. Elle est fermée par une murette en pierres sèches de construction récente en vue d'un usage agricole. 44° 40′ 36″ N, 1° 46′ 58″ E
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[edit | edit source]

Notes et références[edit | edit source]

Références[edit | edit source]

  1. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 42.
  2. « Les maires de Durbans », sur Site francegenweb, (consulté le 26 novembre 2016).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Site archéologique du dolmen de Peyre de l'Homme, aux Combarols », notice no PA46000048, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 20 juillet 2017.
  8. « Site archéologique du dolmen des Roques n° 2 », notice no PA46000053, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 20 juillet 2017.

Notes[edit | edit source]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Voir aussi[edit | edit source]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[edit | edit source]

Liens externes[edit | edit source]