Zygmunt Stojowski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Zygmunt Stojowski
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Zygmunt Denis Antoni Jordan de StojowskiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Zygmunt Denis Antoni Jordan de StojowskiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Conservatoire national supérieur de musique et de danse (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Maître
Genre artistique
Distinction
Zygmunt Stojowski et Ernest Schelling en 1917.
Stojowski au piano, en 1916.

Zygmunt Denis Antoni Jordan de Stojowski (Strzelce, New York, ) est un pianiste et compositeur polonais

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Stojowski naît près de la ville de Kielce. Il commence sa formation musicale avec sa mère et avec le compositeur polonais Władysław Żeleński. À Cracovie, alors qu'il est encore un étudiant de dix-sept ans, il fait ses débuts comme concertiste avec le Concerto pour piano n° 3 de Beethoven, accompagné par l'orchestre local.

À dix-huit ans, il s'installe à Paris et étudie le piano avec Louis Diémer, l'harmonie avec Théodore Dubois et la composition avec Léo Delibes. Deux ans plus tard, au Conservatoire de Paris, il remporte ses premiers prix : piano, contrepoint et fugue. Cependant, selon Stojowski lui-même, dans un entretien paru en décembre 1901 dans un magazine de Varsovie, les maîtres qui ont eu une influence profonde sur lui en tant que musicien, sont les Polonais : le violoniste-compositeur Wladyslaw Gorski et le pianiste-compositeur Ignacy Paderewski. Parallèlement il étudie les langues à la Sorbonne. Outre le polonais, Stojowski maîtrise l'anglais, l'allemand, le russe, le français, le latin et le grec ancien.

La musique de Stojowski est trouvée digne d'être incluse au programme du premier concert de l'Orchestre philharmonique de Varsovie, le . Sa Symphonie en mineur, op. 21, présentée à ce concert, sous la direction d'Emil Młynarski, avait déjà remporté le premier prix (1 000 roubles) du Concours Paderewski à Leipzig, le . En plus d'avoir sa symphonie exécutée lors de ce premier concert prestigieux, Stojowski apparaît en récital, en décembre, et de nouveau en tant que soliste dans le Concerto pour piano n° 4 de Camille Saint-Saëns en .

États-Unis[modifier | modifier le code]

En , Stojowski navigue sur le SS Moltke. Il se rend aux États-Unis, à l'invitation de Frank Damrosch, fondateur et directeur de l’Institute of Musical Art de New York, nouvellement formé, pour prendre la tête du département de piano. Il a été recommandé pour le poste, par le pianiste Harold Bauer et le violoncelliste Pablo Casals. New York devient sa résidence jusqu'à la fin de sa vie.

L'institut fusionne en 1924, avec la Graduate School Juilliard pour former la Juilliard School, où Stojowski enseigne également pendant les étés 1932 et 1940 à 1946. À New York, il est acclamé comme un compositeur génial, pianiste et pédagogue et a l'honneur d'être le premier compositeur polonais à avoir un concert entier consacré à sa musique, joué par le New York Philharmonic.

Après six années d'enseignement à l'Institut d'Art Musical, Stojowski dirige le département de piano à l'École de musique Ende Von, jusqu'en 1917. Enfin, en raison du grand nombre d'étudiants voulant travailler avec lui, il ouvre son propre « Stojowski Studio » à son domicile de Brownstone de quatre étages, au 150 West 76th Street, à Manhattan. Parmi les élèves de Stojowski figurent Mischa Levitzki, Alfred Newman, Antonia Brico, Arthur Loesser et Oscar Levant.

C'est à New York, avec sa femme d'origine péruvienne, Luisa Morales-Macedo, que le pianiste et compositeur à non seulement enseigné jusqu'à la fin des années 1930, mais a également élevé, ce qu'il appelait ses trois meilleures compositions : ses fils, Alfred (1919-2019), Henry (1921-2018) et Ignace (1923–1984).

Naturalisé américain en 1938, il meurt le , à New York[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Stojowski laisse un catalogue de 43 opus, composés d'œuvres pour piano, de deux sonates pour violon et piano, d'œuvres pour violoncelle, d'une symphonie, de deux concertos pour piano, de cantates et de mélodies.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Zygmunt Stojowski » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) « Stojowski Is Dead. Polish Pianist, 76. Pupil of Paderewski Toured in Europe for Years Before Coming Here as Teacher in 1906 », New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « Sigismond Stojowski, distinguished Polish pianist and composer, who had lived in New York for the last forty years, died last night at his home, 16 East Ninety-sixth Street, after a long illness at the age of 76. ... »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :