Zoïa Kosmodemianskaïa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Zoya Kosmodemianskaya)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Zoïa Kosmodemianskaïa
Description de cette image, également commentée ci-après
Zoïa Kosmodemianskaïa
Nom de naissance Zoïa Anatolievna Kosmodemianskaïa
Зо́я Анато́льевна Космодемья́нская
Naissance
Ossino-Gaï (ru), Gouvernement de Tambov
Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Décès (à 18 ans)
Petrichtchevo (ru), Oblast de Moscou
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Nationalité russe

Compléments

Décorations : Héros de l'Union soviétique - Ordre de Lénine

Zoïa Anatolievna Kosmodemianskaïa (en russe : Зо́я Анато́льевна Космодемья́нская), née le , est une résistante soviétique pendue par les nazis le à l'âge de 18 ans. Elle est devenue l'un des martyrs les plus révérés de la Grande guerre patriotique livrée par l'Union soviétique à l'Allemagne hitlérienne. Elle est nommée Héros de l'Union soviétique à titre posthume[1].

Exécution[modifier | modifier le code]

icône image Image externe
Photographie du cadavre de Zoïa Kosmodemianskaïa

À ses bourreaux, elle déclare au moment de son exécution :

« Vous ne pourrez pas pendre 170 millions d'entre nous. »

Le corps reste suspendu au gibet plusieurs semaines, puis est jeté dans la neige. Par sadisme, les soldats nazis poignardent de coups de baïonnettes le corps déjà inanimé de la jeune résistante .

Zoïa Kosmodemianskaïa est enterrée au cimetière de Novodevitchi de Moscou.

En 1946, un sac de terre russe provenant de la tombe de Zoïa Kosmodemianskaïa a été envoyé par l'école où elle avait fait ses études pour être déposée auprès de l'urne des "cinq martyrs du lycée Buffon". Il est aujourd'hui dans la crypte de la Sorbonne à Paris.

Sac de terre russe provenant de la tombe de Zoïa Kosmodenskaïa et envoyée en France pour être déposé aux côtés de l'urne des cinq martyrs du Lycée Buffon

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Jonathan Littell eut l'idée d'écrire son roman Les Bienveillantes en voyant la photographie, prise par un soldat allemand, du cadavre de Zoïa Kosmodemianskaïa dans la neige.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger D. Markwick, Euridice Charon Cardona, Soviet women on the frontline in the Second World War, New York, Palgrave Macmillan, 2012, pp. 120-125 (ISBN 9780230579521)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Cottam Kazimiera J., Women in War and Resistance : Selected Biographies of Soviet Women Soldiers, Newburyport, Focus Publishing/R. Pullins Company, (ISBN 978-1585101603), p. 260-264

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]