Zork Nemesis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zork Nemesis
Les Territoires interdits
Éditeur Activision
Développeur Zombie Studios
Concepteur Cecilia Barajas
Mark Long
Musique Mark Morgan

Date de sortie 1996
Licence Zork
Genre Aventure
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme PC (Windows, DOS), Macintosh
Média 3 CD-ROM
Langue Anglais, français
Contrôle Clavier, souris

Moteur Z-Vision

Zork Nemesis : Les Territoires interdits est un jeu d'aventure développé par Zombie Studios, publié en 1996 par Activision sur les plateformes MS-DOS et Windows 95, et porté sur Macintosh par la société Quicksilver[1] ; la version française a été réalisée par Ubi Soft.

Zork Nemesis succède à Return to Zork et précède Zork: Grand Inquisitor. Son scénario a été écrit par Cecilia Barajas, Nick Sagan et Adam Simon.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le joueur incarne un aventurier envoyé dans les « Territoires interdits » par le vice-régent Syovar. Il dispose du journal de Karlok Bivotar, un agent parti avant lui et porté disparu ; les détails intérieurs permettent d'appréhender le contexte, particulièrement sombre, et fournissent de précieux indices pour résoudre les énigmes qui se présenteront.

Les premières pages du journal rappellent les objectifs :

  • enquêter sur la disparition de la musicienne Sophia Hamilton, de l'évêque François Malveaux, du docteur Erasmus Sartorius, et du général Thaddeus Kaine ;
  • vérifier l'existence d'une malédiction dans les territoires interdits ;
  • prouver la véracité des rumeurs de magie « prohibée » dans cette région.

Le journal révèle que les quatre disparus étaient devenus maîtres en alchimie, chacun spécialisé dans l'un des éléments (Hamilton : eau ; Malveaux : feu ; Sartorius : air ; Kaine : terre). Bivotar pense qu'ils ont fabriqué un cinquième élément d'une très grande puissance : la Quintessence, aussi appelé « Pierre philosophale ». Pour protéger leur découverte, ils ont dû subir la malédiction de Némésis, une entité maléfique avide de pouvoir…

« L'alchimiste », de François Marius Granet.
« L'alchimiste », de François Marius Granet.

Les dernières lignes indiquent que les quatre alchimistes pourraient se trouver dans le Temple des Anciens érigé par Agrippa. L'aventure commence à proximité du temple…

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le jeu se contrôle principalement à la souris : le curseur se modifie en fonction des actions réalisables (une flèche indique qu'un déplacement est possible, et une main indique que le joueur peut interagir avec un objet ou avec le décor), un clic avec le bouton gauche permet d'effectuer une action, et un clic avec le bouton droit fait défiler les objets dans l'inventaire.

Les quelques raccourcis clavier varient en fonction de la plateforme ou de la version[2], et ne peuvent pas être redéfinis.

La technologie Activision « Z-Vision » simule une vue à 360° des lieux visités ; la technologie « QSound™ Virtual Audio » produit un son stéréo ; des acteurs en incrustation vidéo incarnent les personnages dans les scènes qui dévoilent progressivement l'intrigue.

Distribution[modifier | modifier le code]

Rôles principaux

Seconds rôles et figurants

  • Danielle Wiener (en) : Alexandria Wolfe enfant
  • Lisa Engelman : Zoe Wolfe
  • Ray Boyle : vieux soldat
  • Dan Speaker : soldat no 1
  • T.J. Rotolo : soldat no 2
  • Wendy Robie : patiente aliénée
  • Kim McGuire (en) : patiente no 1
  • Karen Kondazian : patiente no 2
  • Sean Morgan : moine fou
  • Vivian Straus : placeuse
  • Harris Laskawy : tête coupée

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues

Presse numérique
Média Note
Allgame (US) 4 étoiles[3]
Gamekult (FR) 8,8/10[4]
GameSpot (US) 7,9/10[5]
Jeuxvideo.com (FR) 16/20[6]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 81,56 %[7]
MobyGames 83 %[8]

Zork Nemesis a été très bien accueilli par les critiques, dont les notes aboutissent à une moyenne supérieure à 80 %[7],[8]. Son ambiance est cependant plus sombre par rapport aux autres volets de la série Zork : ainsi, l'article de Jeuxvideo.com précise que « loin de l'humour généreux des premiers opus, le ton est grave, et le monde de Zork d'habitude si jovial paraît ici complètement désenchanté »[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Site de la société Quicksilver Software
  2. Voir le manuel ou le fichier d'aide pour plus de détails. L'utilisation des touches y ou n (yes ou no), alors que le jeu indique d'utiliser F4 ou une autre touche, n'est pas documentée si le joueur se sert d'une version patchée permettant d'avoir des sous-titres en anglais.
  3. (en) « Zork Nemesis », sur Allgame (consulté le 18 février 2014)
  4. « Fiche du jeu Zork Nemesis : Les Territoires Interdits », sur Gamekult (consulté le 18 février 2014)
  5. (en) « Zork Nemesis Review », sur GameSpot (consulté le 18 février 2014)
  6. a et b Touchstone, « Test de Zork Nemesis », sur Jeuxvideo.com,‎ 12 mars 2013 (consulté le 18 février 2014) : « Se démarquant de la grande famille des jeux d'aventure estampillés Zork, Zork Nemesis parvient à offrir au travers d'un point'n click des plus classiques une aventure prenante et une ambiance très soignée qui saura retenir l'attention du joueur pendant de longues heures, tout en offrant un défi honorable avec des énigmes intéressantes et logiques. Pour peu qu'on aime les Myst-like et qu'on ne soit pas rebuté par les casse-tête, les graphismes un peu vieux et les endroits glauques, on ne peut qu'apprécier ce divertissement de très bonne facture. En résumé, un incontournable du jeu d'aventure ! »
  7. a et b (en) « Zork Nemesis », sur GameRankings (consulté le 18 février 2014) : « 1996 Games Rank: 21. 1996 PC Rank: 7. Score based on 9 reviews. »
  8. a et b (en) Zork Nemesis: The Forbidden Lands sur MobyGames

Liens externes[modifier | modifier le code]