Zoot Sims

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Zoot Sims
Description de cette image, également commentée ci-après
Zoot Sims en 1976 au 52nd Street Jazz Fair
Informations générales
Nom de naissance John Haley Sims
Naissance
Inglewood, Californie, États-Unis
Décès (à 59 ans)
New York, États-Unis
Genre musical Jazz
Instruments saxophone ténor, accessoirement, saxophone soprano, saxophone alto et saxophone baryton
Labels Pablo

John Haley Sims, dit Zoot Sims, est un saxophoniste de jazz américain, né le à Inglewood (Californie) et mort à New York le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et musicien de big band[modifier | modifier le code]

Fils de Pete Sims et Kate Haley, John Haley Sims est issu d'une famille travaillant dans le vaudeville, ce qui lui permet d'apprendre très jeune la clarinette et la batterie. Influencé par les saxophonistes Ben Webster, Coleman Hawkins et Lester Young, à 13 ans il commence à pratiquer le saxophone ténor[1]. De son côté, son frère Ray Sims est devenu tromboniste[2].

Professionnel à 15 ans, il quitte le lycée pour joindre le groupe de Kenny Baker à Los Angeles, en Californie. C'est ici qu'il acquiert le surnom de "Zoot". Par la suite, il fera partie de nombreux big bands de swing importants dont ceux de Benny Goodman, en 1943, d'Artie Shaw, et de Buddy Rich[3].

Après son service militaire, on le retrouve dans l'orchestre dixieland du pianiste Jess Stacy (en). En 1943, on le retrouve chez Benny Goodman. Il y retournera de 1946 à 1947, puis, en 1962 pour une tournée en URSS.

Four Brothers[modifier | modifier le code]

De 1947 à 1949, il fait partie du Second Herd de Woody Herman. La section de saxophones de cet orchestre, les Four Brothers, constituée de Zoot Sims, Stan Getz, Herbie Steward au ténor et Serge Chaloff au baryton, est l'une des plus remarquables de l'histoire du jazz. On le voit ensuite dans l'orchestre de Stan Kenton en 1953.

Soliste et petites formations[modifier | modifier le code]

À partir de 1954, il devient musicien indépendant et enregistre avec une multitude d'orchestres de studio. On peut l'entendre sur des disques de Miles Davis, Chet Baker, Clifford Brown, Bob Brookmeyer, Bill Evans, Charles Mingus, Quincy Jones, Ella Fitzgerald. Il enregistre régulièrement sous la direction de Gerry Mulligan, dans son Sextet de 1954 à 1956, puis avec le Concert Jazz Band en 1960. On peut écouter avec intérêt l'album Tenor Conclave où on le retrouve dans un « all stars » de saxophonistes aux styles très différents, John Coltrane, Hank Mobley et Al Cohn. Par ailleurs, il enregistre de nombreux albums sous son nom, en particulier avec des petites formations codirigées avec son ami et confrère Al Cohn. C'est en duo avec Al Cohn qu'il accompagne l'écrivain Jack Kerouac récitant certains de ses poèmes (Blues & Haikus, 1958). À partir de 1967, il participe à de nombreuses tournées avec le "JATP" organisées par Norman Granz.

En novembre 1970, il épouse la journaliste Louise Ault[4] alors qu'il était déjà devenu un saxophoniste reconnu. Le couple vit à New York bien que le musicien continue à se déplacer constamment lors des tournées. Pendant cette décennie, son alcoolisme endommage son foie. Il deviendra sobre par la suite[1].

De 1975 à 1984, il enregistre d'ailleurs une série d'albums pour le label de ce dernier, Pablo Records, par exemple, Art 'N' Zoot en 1981 avec Art Pepper.

Décès[modifier | modifier le code]

En 1982, on lui découvre une excroissance derrière son rein droit. Quelque temps après, Zoot Sims meurt d'un cancer au Centre médical Mont Sinai de New York, le 23 mars 1985[1].

Plusieurs années après son décès, une grande partie du matériel enregistré par Zoot Sims a été détruit lors de l'incendie d'Universal, en 2008[5].

Style[modifier | modifier le code]

Surtout connu comme saxophoniste ténor, il a aussi utilisé le saxophone alto dans les années 1950 et le saxophone soprano à partir des années 1970.

Zoot Sims, dont le style est fortement inspiré de celui de Lester Young, est souvent considéré comme le plus swinguant des Brothers.

Discographie[modifier | modifier le code]

Comme co-leader[modifier | modifier le code]

Comme sideman[modifier | modifier le code]

Avec Pepper Adams

  • Encounter! (Prestige, 1968)

Avec Trigger Alpert

  • Trigger Happy! (Riverside, 1956)

Avec Chet Baker

  • Chet Baker & Strings (Columbia, 1954)
  • Chet Baker Plays the Best of Lerner and Loewe (Riverside, 1959)

Avec Louis Bellson

  • Louis Bellson Quintet (Norgran, 1954)

Avec Clifford Brown

  • Jazz Immortal (Pacific Jazz, 1954)

Avec le Clarke-Boland Big Band

  • Jazz Is Universal (Atlantic, 1962)

Avec Al Cohn

  • The Sax Section (Epic, 1956)

Avec Eddie "Lockjaw" Davis & Oscar Peterson

  • The Tenor Giants Featuring Oscar Peterson (Pablo, 2000)

Avec Art Farmer

  • The Aztec Suite (United Artists, 1959)

Avec Curtis Fuller

  • South American Cookin' (Epic, 1961)

Avec Quincy Jones

  • The Birth of a Band! (Mercury, 1959)

Avec Stan Kenton

  • Portraits on Standards (Capitol, 1953)
  • The Kenton Era (Capitol, 1940–54, [1955])

Avec Jack Kerouac

  • Blues and Haikus (Hanover-Signature, 1959)

Avec Carmen McRae

  • Something to Swing About (Kapp, 1959)

Avec the Metronome All-Stars

  • Metronome All-Stars 1956 (Clef, 1956)

Avec Charles Mingus

  • The Complete Town Hall Concert (Blue Note, 1962 [1994])

Avec Jack Montrose

  • Arranged by Montrose (Pacific Jazz, 1954)

Avec Gerry Mulligan

  • California Concerts (Pacific Jazz, 1955)
  • Presenting the Gerry Mulligan Sextet (EmArcy, 1955)
  • Mainstream of Jazz (EmArcy, 1956)
  • The Gerry Mulligan Songbook (World Pacific, 1957)
  • The Concert Jazz Band (Verve, 1960)
  • Gerry Mulligan and the Concert Jazz Band on Tour (Verve, 1960 [1962])
  • Something Borrowed - Something Blue (Limelight, 1966)

Avec Oliver Nelson

  • Encyclopedia of Jazz (Verve, 1966)
  • The Sound of Feeling (Verve, 1966)

Avec Anita O'Day

  • All the Sad Young Men (Verve, 1962)

Avec Lalo Schifrin & Bob Brookmeyer

  • Samba Para Dos (Verve, 1963)

Avec Shorty Rogers

  • Shorty Rogers Courts the Count (RCA Victor, 1954)

Avec Sonny Stitt

  • Broadway Soul (Colpix, 1965)

Avec Clark Terry

  • Mother  ! Mother  ! (Pablo, 1979)

Avec Sarah Vaughan

  • Vaughan and Violins (Mercury, 1958)
  • The Duke Ellington Songbook, Vol. 1 (Pablo, 1979)
  • Linger Awhile: Live at Newport and More (Pablo, 2000)

Avec Phoebe Snow

  • Phoebe Snow (Shelter, 1974)

Avec Joe Williams

  • At Newport '63 (RCA Victor, 1963)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Ronald D. Lankford Jr, « Zoot Sims Biography », sur www.musicianguide.com (consulté le 15 janvier 2021)
  2. Peter J. Levinson, September in the Rain : The Life of Nelson Riddle, Taylor Trade Publications, , 320 p. (ISBN 978-1-58979-163-3, lire en ligne), p. 140
  3. « Zoot Sims », sur musicians.allaboutjazz.com (consulté le 15 janvier 2021)
  4. « Mrs. Ault Is Bride of Zoot Sims », (consulté le 15 janvier 2021)
  5. Jody Rosen, « Here Are Hundreds More Artists Whose Tapes Were Destroyed in the UMG Fire », The New York Times Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2021)

Liens externes[modifier | modifier le code]