Zoo Project

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Zoo Project
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 23 ans)
DétroitVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Bilal Gaspar Berreni
Nationalité
Activités
Formation
Bac arts appliqués à l'école Boulle puis BTS communication graphisme à Duperré[1]
Influencé par
Site web

Zoo Project, pseudonyme de Bilal Berreni, est un peintre urbain français, mort assassiné le à Détroit (États-Unis) à l'âge de 23 ans. Son travail s'est d'abord exposé sur les murs du Nord-est parisien, puis en Tunisie, juste après la révolution tunisienne de 2010-2011, où il a été particulièrement remarqué.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bilal Berreni est né dans le 10e arrondissement de Paris le [2] d'une mère périgourdine[3] et d'un père d'origine algérienne, Mourad Berreni[3], metteur-en-scène et directeur du Théâtre de l'Echo dans le 20e arrondissement[4]. Il a un frère aîné Marwan, comédien[5], et est le petit-fils de Charles Sarlandie, chef d'état-major de la Résistance au sein du Bataillon Violette à Saint-Mesmin, en Dordogne[3],[5],[6].

Adolescent parisien du 20e arrondissement[7], Bilal Berreni commence à l'âge de 15 ans à peindre des murs de son quartier[8]. À l'école Boulle, il passe un bac arts appliqués puis intègre l'École Duperré où il obtient un BTS de communication graphique[9]. Il peint de grandes fresques noirs et blanches sur des murs d'immeubles parisiens[10] et à Sénéchas dans les Cévennes[11] qu'il signe Zoo Project, nom qu'il souhaite donner à un collectif dont il restera le seul membre[9]. Il porte un fort intérêt pour le travail d'Ernest Pignon-Ernest mais aussi pour des peintres plus traditionnels comme Gustave Courbet ou Ingres[9].

Zoo Project trouve la notoriété en 2011 grâce à son travail en Tunisie[7] où il peint sur des cartons des portraits grandeur nature de victimes de la révolution qu'il expose dans les rues de Tunis[9] : pour lui, « Dessiner n'est plus un acte onaniste, nombriliste, mais une action politique, civique, citoyenne, en prise avec le monde »[9]. Après Tunis, il rejoint la frontière orientale de la Tunisie et le camp de Choucha où il s'installe et partage pendant un mois la vie des milliers de réfugiés ayant fui la guerre civile libyenne et peint leur portrait sur des oriflammes de toile blanche[9],[12].

De retour à Paris, Zoo Project retrouve une certaine solitude[9]. Il repart ensuite plusieurs mois dans l’est de l’Europe et en Russie à la recherche des « fantômes de l'ex-URSS » et réalise, en collaboration avec le réalisateur Antoine Page, un documentaire mêlant cinéma et dessin, C’est assez bien d’être fou[9],[7]. Dans ce film, on voit notamment Zoo Project peindre sur les murs d'une ferme, sur des conteneurs ou encore sur un ancien bateau de la mer d'Aral asséchée, redonnant vie à l'équipage du navire abandonné[13]. C’est assez bien d’être fou sort en 2013 dans quelques salles et est projeté dans des festivals[13].

En , Zoo Project est retrouvé mort, assassiné par balle à l'âge de 23 ans, dans un immeuble désaffecté de Détroit aux États-Unis mais son corps n'est identifié qu'en [10],[14],[15] : il a été assassiné le par un groupe de jeunes hommes âgés de 17 à 20 ans qui le tuent pour lui voler son argent[16],[17]. Le meurtrier et ses complices sont arrêtés par la police de Détroit le [15] et sont condamnés par la justice à plusieurs dizaines d'années de prison lors de procès qui se sont tenus en 2015 et 2016[16],[17].

Hommage[modifier | modifier le code]

En 2018, sous l'impulsion de Lilas Carpentier et d'Antoine Page et grâce à un financement participatif, un vaste hommage à Zoo Project est organisé. Le film « C’est assez bien d’être fou » sort en salle accompagné de plusieurs installations de Zoo Project issues de son travail sur les escaliers Potemkine d’Odessa. Lilas Carpentier conçoit et édite 9 ouvrages sur Zoo Project, regroupés dans un coffret. Par souci de cohérence avec Zoo Project et pour réaffirmer son désir d’indépendance et son souhait de toucher tous les publics, le coffret n’est à destination que des lieux de consultations publics. Depuis janvier 2019 plusieurs médiathèques disposent des ouvrages.

Son nom est donné à une place du quartier Saint-Blaise, la place Bilal-Berreni dans le 20e arrondissement de Paris, à l'endroit même où il a grandi et où il reste un morceau d'une de ses peintures murales[18]. Elle est inaugurée le .

Style[modifier | modifier le code]

Son art est reconnaissable car il s'adresse à tous[19]. Il décrit à la fois un monde proche de nous avec des formes identifiables qui sont le plus souvent des animaux et aussi un univers nettement plus onirique voire surréaliste où l'on peut observer des êtres étranges, souvent hybrides inspirés de la mythologie comme des hommes à tête d'animal. C'est aussi une certaine façon de signifier l'absurdité de la vie, telle qu'il la vit parfois en retournant chez lui à Paris[20].

Zoo Project produit un art figuratif mais dont l'orientation pour l'art conceptuel voire l'art minimal est marquée. Il utilise la forme autant par tradition que pour énoncer une idée. Il s'inscrit donc dans la lignée de peintres américains comme Keith Haring ou Sol LeWitt pour qui selon celui-ci l'idée devient la machine de l'art[21].

Documentaire[modifier | modifier le code]

  • C’est assez bien d’être fou, réalisateur Antoine Page, dessinateur Zoo Project, France, 2018, 105 minutes, production La maison du directeur, Bilal et Antoine dans un voyage artistique de plusieurs mois des montagnes des Carpates à Vladivostok.[22]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anne Demoulin, « Qui était «Zoo Project», le street-artiste français tué à Détroit ? », Art, sur 20 minutes, (consulté le 14 novembre 2015).
  2. État civil sur le fichier des personnes décédées en France depuis 1970
  3. a b et c Stéphanie Claude et Pierre Thibaud, « Les racines périgourdines du street-artiste Zoo Project, retrouvé mort aux Etats-Unis » publié le 2 juin 2014 sur le site du quotidien Sud Ouest
  4. « Plus belles les planches » publié le 22 janvier 2016 sur le site du quotidien Le Parisien
  5. a et b Michel Pitout, « La Résistance racontée aux jeunes » publié le 15 mai 2015 sur le site du quotidien Sud Ouest
  6. « Saint-Mesmin (24) : le pélerinage d’un acteur de « Plus Belle la vie » » publié le 11 mai 2015 par le site du quotidien Sud Ouest
  7. a b et c Imanol Corcostegui, « Le corps du street artist français Zoo Project reposait à la morgue de Detroit depuis huit mois », publié par Rue89 le 30 mars 2014
  8. « L'artiste Zoo project est mort à Détroit » publié par le site du quotidien Le Monde le 29 mars 2014
  9. a b c d e f g et h Laurent Carpentier, « En Tunisie, Zoo project dessine les visages de la révolution », publié par Le Monde Magazine le 3 juin 2011
  10. a et b « États-Unis : le street-artiste français Zoo Project retrouvé mort à Detroit » publié par le site du Parisien le 29 mars 2014
  11. « Fresque et installation Cévennes : Antoine Page », sur antoine-page.com (consulté le 18 décembre 2020)
  12. Alain Korkos, « Zoo Project : son souvenir forme la peau des murs », publié par le site Arrêt sur images le 31 mars 2014
  13. a et b Laurent Carpentier, « Sur la mer d’Aral, l’arche fantôme de Zoo Project », Le Monde, mercredi 2 août 2017, page 18
  14. (en) « Bilal Berreni, 23, painted worldwide; why was French artist found shot dead in Detroit? » publié par Detroit Free Press le 28 mars 2014
  15. a et b « Trois hommes inculpés pour le meurtre de l'artiste français Zoo Project » publié par le site du quotidien Le Monde le 4 septembre 2014
  16. a et b « Detroit : le meurtrier du graffeur français Zoo Project lourdement condamné » publié sur le site du Parisien le 10 janvier 2016
  17. a et b « Le meurtrier d'un street-artiste français condamné » publié sur le site du Figaro le 10 janvier 2016
  18. Télé Bocal, « Hommage à Bilal Berreni », (consulté le 15 juillet 2019)
  19. « Zoo Project, l'étrange mort d'un jeune prodige du street-art français », sur Le Nouveau Cénacle (consulté le 1er novembre 2014)
  20. « Son témoignage au Monde Magazine », sur https://www.lemonde.fr,
  21. « Zoo Project (vidéos) », sur Espace Trévisse (consulté le 1er novembre 2014)
  22. « C'est assez bien d'être fou - Tënk », sur www.tenk.fr (consulté le 18 décembre 2020)

Lien externe[modifier | modifier le code]