Zoe Leonard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Zoe Leonard
Image dans Infobox.
Naissance
Nationalité
Activités
Représentée par
Hauser & Wirth (en), Galerie Gisela Capitain (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Zoe Leonard, née en 1961, est une artiste américaine, photographe et sculptrice.

Depuis la fin des années 1980, son travail est présenté dans un certain nombre d'expositions majeures, dont Documenta IX et Documenta XII, et à Whitney Biennial en 1993, 1997 et 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Zoe Leonard est née en 1961 à Liberty, dans l'État de New York[1],[2]. À 16 ans, elle arrête l'école et commence à pratiquer la photographie[3]. Elle passe la majorité de sa vie d'adulte à New York, dont l'environnement urbain constitue une source d'inspiration centrale pour son travail (trottoirs, devantures de boutiques, immeubles d'habitation, graffiti, immeubles abandonnés)[4]. Elle accède à une reconnaissance internationale après la Documenta IX en 1992, où elle intervient dans l'accrochage de la Neue Galerie de Kassel[réf. nécessaire].

Carrière[modifier | modifier le code]

De ses premières photographies aériennes à ses images de scénographie d'exposition en passant par ses maquettes anatomiques et ses défilés de mode, l'essentiel de son travail traite du cadre, de la classification et de l'agencement du regard. Elle explique dans une de ses interviews : « Plutôt que n'importe quel sujet ou genre (paysage, portrait, nature morte, etc), j'étais et je suis toujours engagée dans une réflexion simultanée sur le sujet et son point d'observation, la relation entre le spectateur et le monde — en bref, la subjectivité et comment celle-ci influence notre expérience du monde »[5].

Zoe Leonard est une activiste queer et engagée dans la lutte contre le SIDA à New York dans les années 1980 et 1990[réf. nécessaire].

En 1995, elle organise une exposition dans son studio, situé à Manhattan, présentant l'œuvre Strange Fruit, une installation de diverses peaux de fruits (oranges, bananes, pamplemousses, citrons) que Leonard conserve puis coud à la main avec du fil de fer. Strange Fruit est née d'une réponse profondément personnelle aux pertes de l'épidémie de sida et, en tant que méditation sur le deuil, elle est devenue une œuvre majeure des années 1990. Strange Fruit est exposé depuis 1998 au Philadelphia Museum of Art[6].

Au milieu des années 1990, Zoe Leonard passe deux années dans une zone reculée de l'Alaska, une expérience qui influence une grande partie de ses œuvres ultérieures, mettant souvent en avant les relations entre les humains et le monde naturel[7]. L'arbre devient un des motifs principaux de son travail, notamment avec les arbres reconstruits qu'elle installe à la Sécession viennoise en 1997, ou avec de nombreuses photos d'arbres en milieu urbain emprisonnés dans des grillages métalliques[8].

Le projet Analogue[modifier | modifier le code]

Entre 1998 et 2009, Zoe Leonard se consacre au projet monumental Analogue[9]. Elle commence ce projet en photographiant des devantures de petits magasins de son quartier à New York. Ceux-ci peinent à résister face à la gentrification et à l'installation des grandes chaînes de boutiques. Finalement, ce projet prend une ampleur considérable et la mène en Europe, en Afrique, en Asie et en Amérique Latine où elle suit le parcours de nombreux biens de consommation, de leur production (souvent dans des pays pauvres) à leur vente (dans des pays riches) puis à leur recyclage ou seconde vie (souvent dans des pays pauvres à nouveau). Elle prend ces objets ou sacs de marchandise en photo avec un Rolleiflex vintage de 1940. Cet ensemble de 412 tirages est entré dans la collection du MoMA en 2013 et dans celle du Reina Sofia, il est également édité sous forme de livre (publié par le Wexner Art Center et MIT Press) avec un portfolio de 40 tirages. Pour Analogue, Zoe Leonard se dit influencée par Eugène Atget et Walker Evans et par leur manière de reconsidérer le rôle de la photographie en leur temps. À sa manière, elle aussi veut explorer les transformations du marché global et leurs implications : changement du travail de chacun, bouleversement des relations sociales ; elle met ces problématiques en parallèle avec l'arrivée de l'image numérique face à l'argentique[10].

En 2009, dans le New York Times, le critique d'art Holland Cotter décrit Analogue en ces termes :

« Dans ses images frontales de devantures, une disposition de chaussures ou de mobilier sous cellophane devient une vanité. Une enseigne manuscrite devient une relique. Dans plusieurs images, nous avons l'impression qu'un environnement anonyme — Leonard étend son observation pour inclure East Harlem, Bedford-Stuyvesant et Crown Heights — s'apprête à disparaître. La culture matérielle d'une ville devient évanescente. Et où va cette matière ? Elle s'en va et retourne à l'ancienne version du monde dont elle est issue. Beaucoup des produits à bas prix vendus dans les boutiques du Lower East Side viennent d'ateliers clandestins de Chine et du Pakistan, passent finalement par des surplus d'autres pays pauvres d'Afrique ou d'Amérique centrale. Avec la grille d'images composée par Analogue, nous suivons les vêtements de seconde main de Brooklyn à la ville de Kampala en Ouganda où ils sont vendus en tant que nouveautés dans les magasins[11]. »

Analogue est exposé pour la première fois en 2007 au Wexner Center for the Arts à Columbus et à la Documenta XII de Kassel. Vinrent ensuite des présentations à la Villa Arson (Nice) puis à la Dia at the Hispanic Society (New York). On a également pu voir l’œuvre au sein de la grande rétrospective consacrée à Zoe Leonard, d'abord au Fotomuseum Winterthur puis au musée national de la Reina Sofia à Madrid, au MUMOK à Vienne et à la Pinakothek der Moderne à Munich.[réf. nécessaire]


Expositions[modifier | modifier le code]

Parmi les expositions plus récentes : Serialities au Hauser & Wirth, You See I Am Here After All au Dia:Beacon (2009), Observation Point au Camden Arts Centre, Londres (2012), une exposition à la Chinati Foundation, Texas (2013-2014) et la Whitney Biennial (2014), pour laquelle Leonard remporte le prix Bucksbaum avec son œuvre 945 Madison Avenue[12].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Zoe Leonard, Available Light, Diedrich Diederichsen, Suzanne Hudson, Glenn Ligon, Ram Publications, (ISBN 978-1905464869).
  • Zoe Leonard: You See I Am here After All, Ann Reynolds, Angela Miller, Lytle Shaw, and Lynne Cooke, Dia Art Foundation, New York, , (ISBN 978-0300151688).
  • Zoe Leonard: Analogue, Wexner Center for the Arts, Columbus, OH, MIT Press, 2007 (ISBN 978-0262122955).
  • Zoe Leonard: Photographs, Svetlana Alpers, Élisabeth Lebovici, Urs Stahel, Fotomuseum Winterthur, Steidl, 2007 (ISBN 978-3865214942).
  • Zoe Leonard, Elisabeth Lebovici, Centre national de la photographie, Paris, France, 1998 (ISBN 978-2867541193).
  • Zoe Leonard, Anna Blume (entretien par), Secession, Vienne, 1997 (ISBN 978-3900803933).
  • Zoe Leonard, Kunsthalle Basel, Bâle, 1997.
  • Zoe Leonard, Strange Fruit, Paula Cooper Gallery, NY, 1995
  • Information: Zoe Leonard, Jutta Koether, Galerie Gisela Capitain, Cologne, 1991

Principales expositions individuelles[modifier | modifier le code]

2018
  • Survey, Whitney museum, New York.
2015
  • Analogue, MoMA, New York. 2013 : 100 North Nevill Street, Chinati Foundation, Marfa, TX
    2013 : Zoe Leonard. Observation Point, Camden Arts Centre, London
2009
2008
  • You See I am here after all, Dia:Beacon, New York
  • Derrotero, Dia at the Hispanic Society of America, New York
  • Photographs, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Madrid
2007
  • Zoe Leonard, Photographs, Fotomuseum Winterthur, Winterthur, Suisse.
  • Analogue, Villa Arson, Nice, France
  • Analogue, Wexner Center for the Arts, Columbus.
2002
  • The Agency for Contemporary Art, Londres
1998
  • Centre National de la Photographie, Paris
    1998 : Strange Fruit, Philadelphia Museum of Art, Philadelphie.
1997
  • Wiener Secession, Vienne
  • Kunsthalle Basel, Bâle, Suisse
  • Strange Fruit, Museum of Contemporary Art, Miami.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Zoe Leonard - Photographs », sur Fotomuseum Winterthur,
  2. (en) Hammond, Harmony, Lesbian Art in America: A Contemporary History., New York, Rizzoli International Publications, , 180 p. (ISBN 0-8478-2248-6)
  3. (en) « Lesbian Art in America: A Contemporary History - 2000, Page 80 by Harmony Hammond. | Online Research Library: Questia », sur www.questia.com,
  4. (en) Beyfus, Drusilla, « Zoe Leonard: Deutsche Börse Photography Prize 2010 », The Daily Telegraph,‎
  5. (en) Lebovici, Elisabeth et Leonard, Zoe, The Politics of Contemplation, New York, galerie Murray Guy, (lire en ligne)
  6. (en) « Philadelphia Museum of Art - Collections Object : Strange Fruit », sur www.philamuseum.org,
  7. (en) Debord, Matthew, « Zoe Leonard talks about her recent work », ArtForum International Magazine,‎
  8. (en) « Zoe Leonard : tree and fence », sur murrayguy.com
  9. (en) « Zoe Leonard: Selected Works : Analogue », sur murrayguy.com
  10. (en) Godfrey, Mark, « Mirror Displacements: The Art of Zoe Leonard », ArtForum,‎ (lire en ligne)
  11. (en) Coter, Holland, « Change and Permanence, Captured by Cameras », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  12. (en) « Zoe Leonard: Survey », sur whitney.org (consulté le 20 mai 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]