Zoé Sagan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Zoé Sagan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Activités

Zoé Sagan est le pseudonyme d'une romancière, nouvelliste et essayiste française.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 2019, Zoé Sagan publie une première nouvelle dans un recueil consacré aux Gilets jaunes[1],[2]. Selon France Culture, elle « arrose de ses posts radioactifs tous les milieux culturels »[3].

En 2020 paraît son premier roman, Kétamine[4],[5]. Selon L'Express, il s'agit d'un « livre passionnant, addictif, malin, dérangeant »[6]. Vivement critiquée par les médias français[7], elle est présentée comme une « kamikaze » par le magazine Technikart[8] et GQ écrit qu'elle « enfonce pas mal de portes ouvertes »[9]. Le Magazine littéraire la compare à une « Elena Ferrante Trash »[10].

Elle publie en parallèle une série satirique intitulée L'incroyable famille Arnault sur Le Média[11][source secondaire nécessaire].

En 2021 paraît Braquage [Data Noire] dans la collection « Bouquins » des Éditions Robert Laffont. Selon Lucile Poulain, « C'est à croire que les conversations qu'on retrouve dans le roman Kétamine sont tirées de la réalité […] C’est mieux que Gossip Girl et House of Cards réunis »[12].

Affaire Griveaux[modifier | modifier le code]

En , des échanges numériques intimes de Benjamin Griveaux sont rendus publics. Zoé Sagan est la première personne à diffuser les vidéos sur son compte Facebook[13],[14]. Elle affirme que Juan Branco lui a envoyé le lien, ce que ce dernier réfute en expliquant l'avoir simplement mise en contact avec Piotr Pavlenski, artiste russe impliqué dans l'affaire[15]. Différentes hypothèses sont évoquées dans la presse quant à l'identité réelle de Zoé Sagan : Juan Branco agissant sous pseudo[16], ou les fondateurs de la plateforme Apar.tv, utilisée notamment pour la publicité d'un collectif mêlant art et politique[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Mathey, « Gilets jaunes. Pour un nouvel horizon social », sur L'Humanité, (consulté le )
  2. Jean-Claude Vantroyen, « Le premier chapitre de « Gilets jaunes - Pour un nouvel horizon social » », sur Le Soir Plus, (consulté le )
  3. « Il y a quelque chose de pourri au royaume de l’Art Contemporain », sur France Culture, (consulté le )
  4. Daniel Muraz, « Cyberpunks d’hieret d’aujourd’hui », sur Courrier picard, (consulté le )
  5. Marion Jamotte, « Kétamine le livre d'une autrice mystère qui n'épargne personne », sur LN24,
  6. Jérôme Dupuis, Marianne Payot et Delphine Peras, « Les choix de L'Express : Régis Jauffret, Susan Orlean, Zoé Sagan », sur L'Express, (consulté le )
  7. « "Kétamine" de Zoé Sagan », sur Marie Claire, (consulté le )
  8. « Zoé Sagan pamphlétaire kamikaze vingtenaire », sur Technikart, (consulté le )
  9. Jean Perrier, « Zoé Sagan nous déteste (et on ne lui en veut pas) », sur GQ France, (consulté le )
  10. « Affaire Griveaux : Zoé Sagan, bonjour mystère », sur nouveau-magazine-litteraire.com, (consulté le ) « Nous avons contacté Zoé Sagan via les réseaux sociaux : elle a accepté de répondre à nos questions, mais uniquement par messages écrits, à la manière d’une Elena Ferrante trash. »
  11. « Zoé Sagan | Le Média », sur www.lemediatv.fr (consulté le )
  12. « L'incontournable : Le roman "Braquage - Data noire" de Zoé Sagan », sur RTBF, (consulté le )
  13. Rat Devil, « Intelligence artificielle ou écrivaine fouteuse de merde : mais qui est donc Zoe Sagan ? », sur Gonzaï, (consulté le )
  14. Marie Vaton, « Nous avons « rencontré » Zoé Sagan, le premier relais dans l’affaire Griveaux », sur L'Obs (consulté le )
  15. Vincent Coquaz et Robin Andraca, « Affaire Griveaux : qui se cache derrière Zoé Sagan ? », sur Libération, (consulté le )
  16. Simon Piel, Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué, « Derrière la chute de Benjamin Griveaux, enquête sur le rôle d’un trio sans foi ni loi », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. « Affaire Griveaux : le mystérieux compte Facebook de Zoé Sagan », sur Le Point, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]