Zenith (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Zenith (marque))
Aller à : navigation, rechercher
Zenith
logo de Zenith (entreprise)

Création 1865
Fondateurs Georges Favre-Jacot
Personnages clés Charles Vermot
Forme juridique Société anonyme (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Le Locle
Drapeau de Suisse Suisse
Direction Julien Tornare
Actionnaires LVMH - Moët Hennessy Louis VuittonVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Horlogerie
Produits Montres
Société mère LVMH
Site web www.zenith-watches.com
Un chronographe Zenith El Primero de 1970

Zenith est une manufacture d'horlogerie suisse fondée en 1865 par Georges Favre-Jacot.

La marque fait partie du groupe de luxe LVMH depuis 1999 et commercialise des montres de grande qualité.

Histoire de la manufacture[modifier | modifier le code]

C'est en 1865, à l'âge de 22 ans, que Georges Favre-Jacot[1] choisit la ville du Locle pour y créer une manufacture horlogère nommée « Fabrique des Billodes » du nom du quartier où elle est implantée. Ce n'est que plus tard qu'elle prendra le nom de « Georges Favre-Jacot et Cie ». Rapidement, l'entreprise rompt avec le système traditionnel de l'établissage[2],[3], Georges Favre-Jacot sera le premier[4] à imaginer et à bâtir en territoire suisse de vastes et lumineux bâtiments dédiés à l'horlogerie[5],[6] où le travail est contrôlé de bout en bout et industrialisé en s'inspirant du modèle de la Waltham Watch Company. La réunion de l’ensemble des métiers horlogers sous un seul et même toit est une innovation qui réduit les erreurs et les malfaçons tout en faisant considérablement progresser la technique de production[7].

Aux alentours de 1900, le catalogue se diversifie[8] avec l'élaboration de pendules, chronographes et autres chronomètres de bord et de marine. La société participe régulièrement aux concours de chronométrie organisés par l'Observatoire de Neuchâtel[9], elle y remportera une première place en 1903[10]. Des succursales verront le jour en 1908 à Moscou, en 1909 à Paris, en 1910 à Vienne et en 1914 à Londres[11]. La manufacture se trouve encore aujourd’hui encore à l’endroit où son fondateur a construit le premier atelier.

En 1911, Georges Favre-Jacot transmet l'entreprise à son neveu James Favre qui choisit de la rebaptiser « Zenith », du nom d'un modèle de montre de poche à succès[12],[13] et référence au domaine de l'astronomie[14]. Entre 1917 et 1926, l'architecte lausannois Alphonse Laverrière collabore avec la firme[15] et contribue activement à son image de marque[16]. Les premières montres bracelet sont produites dans les années 1920 ; en 1923 une fabrique est construite à Besançon[17]. En 1926, Zenith bât un record de précision à l'Observatoire de Kew avec un écart de marche de 7 centièmes de secondes en 45 jours[18], une succursale ouvre à New York en 1936[11].

Le calibre 135 est mis au point en 1948 et il remporte durant 5 années consécutives, de 1950 à 1954[19], le concours de l'Observatoire de Neuchâtel. En 1960, Zenith procède à l’acquisition stratégique de la société Martel Watch. En janvier 1969, le calibre 3019 El Primero s'inscrit dans l'histoire de l'horlogerie comme le premier chronographe automatique à avoir été présenté au public[20],[21]; il est doté d'un échappement nouveau dit « à haute fréquence », le Clinergic 21 développé par les Fabriques d'Assortiments Réunies[22] et d'une roue à colonne. Une société holding regroupant les marques Movado-Zenith-Mondia est constituée[23].

Jusqu’alors restée indépendante, l'entreprise cherche à anticiper la crise du quartz tout en renforçant sa présence sur le marché nord-américain. C'est ainsi que Zenith fait le choix en 1971 de se rapprocher du groupe d'électronique homonyme Zenith Radio Corporation[24]. Une production de montres à quartz débute avec le calibre 47.0 alors que l'abandon des mouvements mécaniques est entériné aux alentours de 1975. À cette époque, l'effondrement des ventes est un coup dur qui mène vers une restructuration du groupe, les sociétés sœurs Mondia et Martel seront liquidées. Afin de sauvegarder un savoir faire, un responsable d'atelier, Charles Vermot, décide de dissimuler machines outils et plans essentiels[25] à la fabrication des calibres mécaniques 2572[26] et 3019[27],[28] alors en production avant qu'ils ne soient mis au rebut. Trois ans plus tard, durant l'année 1978, la société est revendue exsangue au groupe de microtechnique suisse Dixi[29].

C'est grâce à l’intérêt porté par la maison Ebel[30] pour la qualité du mouvement El Primero et la disponibilité de quelques stocks que ce dernier sera sélectionné par la firme Rolex pour équiper ses premiers modèles de montres Daytona automatiques[31]. En 1983, rachetée par la North American Watch Company (en), Movado se retire de la holding[32]. Le marché de l'horlogerie se redressant, Charles Vermot présente les éléments qu'il à soigneusement conservés et une fabrication en interne de montres mécaniques reprend pleinement sous le nom de marque Zenith.

L'année 1994 verra apparaître le mouvement 670 Elite qui fut le premier de la firme à être conçu par ordinateur[33].

En 1999, Zenith passe sous la coupe du groupe de luxe LVMH[34] et le développement de montres à quartz est suspendu[35].

Dates clés[modifier | modifier le code]

  • 1865 : Fondation de la manufacture par Georges Favre-Jacot
  • 1899 : Premier chronographe de poche
  • 1900 : Grand prix à l’Exposition universelle de Paris[36],[12]
  • 1910 – 1960 : Conception de compteurs de bord pour équiper avions, automobiles, camions, locomotives, etc.[37],[38]
  • 1911 : La manufacture prend le nom de Zenith en référence au point le plus haut de la course d’un astre
  • 1925 : La maison compte 1000 ouvriers[37],[38]
  • 1948 : Lancement des calibres 133 automatique et 135 chronomètre
  • 1960 : Création du calibre 5011 chronomètre
  • 1969 : Naissance du calibre 3019 El Primero chronographe automatique
  • 1975 : La manufacture Zenith décide d'arrêter la production de montres mécaniques au profit du quartz
  • 1984 : Retour du El Primero de par l’action de l'horloger Charles Vermot. Zenith livre son calibre à d’autres grandes marques[39],[40]
  • 1994 : Lancement du mouvement 670 Elite automatique ultraplat
  • 1999 : Zenith rejoint le groupe LVMH

Personnages célèbres portant ou ayant porté une montre Zenith[modifier | modifier le code]

Développement architectural de la manufacture à l’époque de Georges Favre-Jacot[modifier | modifier le code]

Le développement architectural du site des Billodes au Locle illustre de manière spectaculaire le passage précoce du comptoir à la manufacture, préfigurant la profonde mutation que traversera le monde horloger neuchâtelois au tournant des 19e et 20e siècles.

Un esprit pionnier[modifier | modifier le code]

Les débuts du petit comptoir horloger que Georges Favre-Jacot crée dans une ferme des environs du Locle en 1865 sont mal connus, au contraire de son installation, en 1872, dans l’ancienne maison d’un médecin à la rue des Billodes 38, qui est bien documentée[51],[52]. L’horloger s’empresse en effet de transformer et d’agrandir le bâtiment, des travaux qui lui permettent de disposer d’un logement, de bureaux et d’ateliers sous un même toit dès 1875. Rien ne distingue cette construction de l’architecture domestique jurassienne contemporaine et des autres comptoirs horlogers[53].

S’inspirant des méthodes de production industrielle pratiquées aux États-Unis, Georges Favre-Jacot abandonne rapidement le système artisanal de l’établissage pour une fabrication standardisée et mécanisée de ses produits. Il est l’un des premiers patrons horlogers qui cherchent à concentrer toutes les étapes de la production d’une montre en une seule manufacture[51]. Entrepreneur dynamique, il s’occupera non seulement de la production, mais également de la conception des machines-outils, de la commercialisation des produits finis et de l’édification du parc immobilier. Il lui faudra toutefois une trentaine d’année pour atteindre son but[54].

En 1877, Georges Favre-Jacot convertit les anciennes dépendances de sa maison en ateliers et fait édifier un nouveau bâtiment qui peut être considéré comme la plus ancienne « fabrique » horlogère locloise, au sens moderne du terme (rue des Billodes 36)[54]. A l’image de cette première réalisation, les locaux et les bâtiments vont désormais tendre vers une spécialisation toujours plus grande de leurs fonctions et disposer sans attendre des nouveautés techniques du moment: le gaz en 1879, le téléphone en 1884. La première machine à vapeur n’est par contre installée qu’en 1882[51].

De 1881 à 1890, les nouvelles constructions se succèdent rapidement : un grand bâtiment abritant les bureaux et des ateliers en 1882 (rue des Billodes 34), une fabrique de boîtes en 1883 (rue des Billodes 32) et une halle aux machines en 1886 (rue des Billodes 30). Les bâtiments existants sont régulièrement adaptés aux besoins du moment: surélévation de la halle des Billodes 30 en 1890 et prolongation et nouvelle façade de la fabrique des Billodes 36 en 1891. Ce front de rue à l’architecture soignée dissimule par ailleurs une multitude d’annexes de plus ou moins d’importance[55].

Un essor sans précédent[modifier | modifier le code]

En 1896, l’entreprise abandonne son statut familial au profit de celui de société en commandite par actions. L’augmentation du capital coïncide avec la mise au point du « calibre Zénith », un modèle commercialisé avec succès à partir des années 1897-1898. Cet apport de fonds permet à Georges Favre-Jacot de poursuivre le développement et l’équipement de l’entreprise. La même année, il adopte l’électricité comme force motrice et comme moyen d’éclairage, avant de se lancer dans un phase d’extension spectaculaire[51]. De 1903 à 1906, cinq nouvelles constructions industrielles se déploient sur la pente des Billodes (rue des Billodes 30a et 30b, 32a, 36a et 36b), la fabrique de mécanique et d’ébauches se détachant du lot par son implantation au sommet du site et par ses dimensions impressionnantes (70 m de longueur et 4 étages)[56]. Le changement d’échelle s’accompagne d’un large usage de briques de ciment produites par une briqueterie ouverte au Col-des-Roche par Georges Favre-Jacot[57]. Durant ces trois décennies d’activité constructive, l’horloger fait appel à plusieurs architectes (Léo Châtelain, Joseph Mayer, Henri Favre, Alfred Rychner) et bureaux d’architecture (Werner Oesch et Constant Rossier, puis Jean et Eugène Crivelli)[58].

L’élan bâtisseur de Georges Favre-Jacot ne s’arrête pas à ses usines, mais touche des domaines variés : logement, hôtel, établissement rural, etc.[59] De 1903 à 1908, l’industriel fait bâtir au lieu-dit La Molière un ensemble de logements familiaux. A mi-chemin entre la cité ouvrière et la colonie agricole, le hameau comprend neuf maisonnettes contiguës, une ferme et une villa, abritant une boulangerie[60],[61].

Comptant une vingtaine de bâtiments au début du 20e siècle, la manufacture Zénith atteint ainsi l’essentiel de son emprise architecturale au sol et en élévation. Son parc d’immeubles et de machines-outils contraste avec la plupart des établissements horlogers concurrents qui entament à peine leur mutation industrielle[62]. Fort éloignées d’un atelier familial, la fabrique des Billodes se présente en effet sous la forme d’un vaste réseau d’ateliers spécialisés organisés autour d’un bâtiment central (rue des Billodes 34), remanié à plusieurs reprises, avant d'être exclusivement dévolu à l’administration. A proximité immédiate, Georges Favre-Jacot réside dans l’ancien comptoir converti en une villa patronale cossue en 1910-1911[63].

Après avoir changé de raison sociale en 1910 (Fabrique des montres Zénith, Georges Favre-Jacot & Cie), la manufacture devient une société anonyme sous le nom de Fabrique de montres Zénith S.A. en 1911. Ce changement de statut permet d’évincer le fondateur jugé incontrôlable par les organes directeurs de l’entreprise[64]. Cela ne brise toutefois pas l’activité constructive du jeune retraité, puisqu’il confie la réalisation de sa nouvelle résidence privée à un jeune architecte chaux-de-fonnier, Charles-Edouard Jeanneret, futur Le Corbusier. De 1912 à 1918, Georges Favre-Jacot finit ses jours confortablement installé dans une villa surplombant son ancien empire industriel[65].

Après le départ du fondateur de l’entreprise et au sortir de la Première Guerre mondiale, l’époque des grandes constructions est révolue, même si le site connaît de très nombreuses rénovations, modernisations ou adaptations durant l’ensemble du XXe siècle[66]. L’architecture de ces transformations demeure discrète, à l’exception de l’agrandissement des bureaux réalisé en 1966 par l’architecte Pierre Dubois. Les façades de verre et métal confèrent au siège social de Zénith une image de modernité caractéristique des Trente Glorieuses. D’importants travaux de restauration sont menés depuis le début du XXIe siècle.

Principales caractéristiques architecturales[modifier | modifier le code]

Le siège social après sa transformation de 1966.

" A l’instar d’autres domaines industriels, la rapide évolution des produits horlogers et de leur fabrication durant la seconde moitié du XIXe siècle demande une architecture extrêmement fonctionnelle, exempte de contraintes, susceptible d'être adaptée à tout moment, rapide à réaliser et peu coûteuse. Les dimensions des surfaces utiles, des volumes libres de structures porteuses et des fenêtrages s’agrandissent au fur et à mesure des progrès des modes de construction."[67]

En l’absence de modèle d’usines adaptées à l’horlogerie, l’architecture des premières fabriques horlogères doit trouver une solution pour concilier les besoins traditionnels de l’horlogerie (abondance de lumière permise par des volumes hauts et peu profonds, ainsi que par d’importantes surfaces de fenêtres), avec une mécanisation croissante de la production (installation d’un outillage et de machines-outils toujours plus lourds et distribution efficace de la force motrice). Aux Billodes, les architectes vont combiner la maçonnerie traditionnelle, avec les techniques du «règle-mur» (colombage) et de sa variante métallique, la structure en treillis. Dans un premier temps, l’ossature est toutefois cachée par des façades en maçonnerie de moellons (crépis et peints) ou en pierre de taille, une mise en œuvre qui confère aux bâtiments une respectabilité, une monumentalité et des qualités plastiques indispensables pour faire accepter du public le principe de la fabrique. Ils empruntent un langage architectural et des détails décoratifs à l’architecture domestique, scolaire ou ferroviaire, l’horloge et le clocheton notamment[68].

Les fabriques réalisées au début du XXe siècle frappent davantage les esprits par leur gigantisme que par leur parti architectural novateur. Avec ses 70 mètres de longueur et ses quatre étages, la fabrique de mécanique et d’ébauche se démarque des réalisations précédentes par son système modulaire affiché. Le changement d’échelle est permis par la mise en œuvre de structures métalliques, de dalles sur hourdis et d’un remplissage de plots de ciment. Obnubilé par sa production de briques en ciment, Georges Favre-Jacot s’est longtemps désintéressé des possibilités offertes par l’utilisation du béton armé[69].

Moderne sans être précurseur dans ses modes de construction, la fabrique des Billodes présente un intéressant catalogue d’architecture industrielle horlogère, que ce soit au niveau des matériaux et des techniques de construction ou du langage architectural. Sans grande planification, dirigeant et architectes ont cherché des solutions architecturales pour répondre rapidement aux besoins de la production et du marché. En trente ans, ils ont ainsi bâti une fabrique à leur image – ou plutôt à celle de Georges Favre-Jacot[70].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publication de l'entreprise[modifier | modifier le code]

  • Philippe Godet (photogr. Fréd. Boissonnas, Genève), Zénith: une industrie neuchâteloise, Neuchâtel, Attinger Frères, , 48 p.
  • Philippe Godet, Zénith, Histoire de la montre parfaite, Neuchâtel, Attinger Frères, 1916, (2e édition), 48 p.
  • Hommage à Georges Favre-Jacot, née le 12 décembre 1843 au Locle fondateur des fabriques des montres Zénith, 1843-1943, Le Locle, 1943.
  • Zénith, La Chaux-de-Fonds, 1948.

Études[modifier | modifier le code]

  • Andreas Hauser et Gilles Barbey, Inventaire Suisse d’Architecture (1850-1920), 6: Le Locle, Berne 1991, p. 169-170.
  • Patricia Hostettler, «Fabrication de guerre ou la manne des munitions: le cas de la fabrique de montres Zénith 1914-1918», Musée neuchâtelois, 1991, p. 111-128.  
  • Patricia Hostettler, «Naissance et croissance de la fabrique de montres Zénith», paru dans: Chronométrophilia, 1991, no 31, p. 13-54
  • Francis Kaufmann, Portraits de quinze Montagnons originaux: ils ont aussi fait l'histoire, Georges Favre-Jacot, Éditions du Haut, 2000.
  • Dany Kurtz, Horoguide No 2, Jalou, 2001 p. 12-21.
  • Jean-Marc Barrelet, « Georges(-Emile) Favre-Bulle, horloger, industriel, entrepreneur (1843-1917) » dans Michel Schlup (dir.), Biographies neuchâteloises. De la Révolution au cap du XXe siècle, tome 3, Hauterive, Editions Gilles Attinger, 2001, p. 105-113.
  • Claire Piguet, «La fabrique de montres des Billodes, berceau de l’entreprise Zénith», dans Jacques Bujard et Laurent Tissot (dir.), Le Pays de Neuchâtel et son patrimoine horloger, Chézard-Saint-Martin, 2008, p. 158-163.
  • Manfred Rossler, Zenith: Swiss Watch Manufacture Since 1865, Damiani, (ISBN 978-8862080699)
  • Dossier de candidature au patrimoine mondial de l'UNESCO, La Chaux-de-Fonds / Le Locle, urbanisme horloger, 2007, p. 261-263.
  • Jean-Daniel Jeanneret (dir.), La Chaux-de-Fonds, Le Locle, urbanisme horloger, Le Locle 2009, p. 138-139 (préface : Louis Bergeron, avec des contributions de Martin Fröhlich, Sibylle Heusser, Jean-Daniel Jeanneret, Vittorio Lampugnani, Nadja Maillard, Sylviane Musy, Matthias Noell, Hélène Pasquier, Laurent Tissot).
  • Claire Piguet, «La fabrique de montres Zénith au Locle (Suisse) : une architecture et une iconographie au service de l’image de l’entreprise», dans Robert Belot et Pierre Lamard (dir.), Image[s] de l’industrie, XIXe et XXe siècle, E-T-A-I, Antony (France), 2011, p. 148-161.
  • Joël Duval, Zenith: La saga d'une manufacture horlogère étoilée, Albin Michel, (ISBN 978-2226259103)
  • Hélène Pasquier, « Zenith » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marc Barrelet, Biographies Neuchâteloises, Attinger, , "Georges(-Émile) Favre-Bulle, horloger, industriel, entrepreneur (1843-1917)", vol. 3, p. 110
  2. David Landes, L'Heure qu'il est. Les Horloges, la mesure du temps et la formation du monde moderne, , p. 364
  3. Pierre-Yves Donzé, Les patrons horlogers de La Chaux-de-Fonds (1840-1920). Dynamique sociale d’une élite industrielle, Neuchâtel, Alphil, , pp. 19-20
  4. « Zenith », sur Swisstime (consulté le 20 avril 2015)
  5. Tribune des Arts, Zenith, La manufacture sous les échafaudages, (lire en ligne)
  6. Office du tourisme, Neuchâtel, Urbanisme horloger, Le Locle, Neuchâtel (lire en ligne), p. 12
  7. Jean-Claude Daumas, Les systèmes productifs dans l'arc jurassien: acteurs, pratiques et territoires, Presses Univ. Franche-Comté, , pp. 41-50
  8. Jean-Claude Daumas, Les systèmes productifs dans l'arc jurassien: acteurs, pratiques et territoires, Presses Univ. Franche-Comté, , pp. 192-195
  9. Zenith y participera chaque année jusqu’en 1968, date de l'arrêt du concours
  10. L'impartial, (lire en ligne), p. Chronomètres de poche II ème classe
  11. a et b L'impartial, 75ème anniversaire de Zenith au Locle, (lire en ligne), p. 5
  12. a et b La Fédération horlogère suisse, Année 15 - N°70, La Chaux-de-Fonds, (lire en ligne), p. 1
  13. Le Temps, Paris, n° 14322, 26 août 1900 (lire en ligne), p. 2 "A l'exposition"
  14. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Zénith » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  15. Institut français d'architecture, Archives d'architecture du XXe siècle, Volume 1 (lire en ligne), Alphonse Laverrière, p. 216
  16. Pierre Frey, Alphonse Laverrière, 1872-1954: parcours dans les archives d'un architecte (lire en ligne), p. 192, pp. 220-224
  17. Histoire de l'horlogerie à Besançon
  18. Dr. H. B., « A l'Observatoire de Kew-Teddington », La Fédération horlogère suisse,‎ , pp. 1-2 (lire en ligne)
    avec un score de 97,2 points / 100
  19. Voir résultats chronomètres bracelets: 1950 (premier 5,3), 1951 (premier 5,3), 1952 (premier 5,1), 1953 (premier 5,9), 1954 (premier 5,9)
  20. L'Express, (lire en ligne), p. 3
  21. Voir premier chronographe automatique Lemania, 1947, qui lui n'a pas été commercialisé
  22. VeryImportantWatches, Spécial haute fréquence (lire en ligne), pp. 3-8
  23. François Burgat, Structure de l'offre horlogère mondiale et forme des marchés, Bienne, (lire en ligne), p. 52
  24. L'Express, (lire en ligne), p. 3
  25. J.-C. Perrin, L'impartial, (lire en ligne), p. 21
  26. Zenith a réédité le calibre en 2011
  27. « Entretien avec Charles Vermot », sur YouTube (consulté le 18 avril 2015)
  28. Nous savons que d'autres étampes de calibres ont pu être sauvegardés par Ch. Vermot (source) mais la documentation précise sur les procédés de fabrication demeure manquante
  29. Gil Baillod, L'impatial, (lire en ligne), p. 1, p. 7
  30. (en) « Ebel Sport Classic Chronograph », sur Monochrome (consulté le 18 avril 2015)
  31. Journal suisse d'horlogerie, 2010, p. 9-11
  32. Gil Baillod, L'Impartial, (lire en ligne), p. 20
  33. « Zenith Elite 6150 », sur Fondation de la Haute Horlogerie, (consulté le 19 avril 2015)
  34. « Le groupe LVMH met la main sur l'horloger suisse Zénith », sur lesechos.fr, (consulté le 3 mai 2016)
  35. « Manufacture Zenith : traditionnellement avant-gardiste », sur auto-moto.com, (consulté le 7 mai 2016).
  36. La Fédération horlogère suisse, Année 15 - N°66, La Chaux-de-Fonds, (lire en ligne), p. 1
  37. a et b « Histoire et grandes dates », sur Zenith Watches (consulté le 19 avril 2015)
  38. a et b « Zenith », sur Dictionnaire historique de la Suisse (consulté le 19 avril 2015)
  39. Bastien Buss, « Rolex maintient son leadership horloger », sur Le Temps,
  40. Myriam Volorio Perriard, « Ebel », sur Dictionnaire historique de la Suisse,
  41. La montre Zenith de Gandhi vendue aux enchères
  42. Roald Amundsen, découvreur des pôles
  43. Revue des Montres juin 2010, page 37
  44. Joël Duval, Zenith: La saga d'une manufacture horlogère étoilée, Albin Michel, (ISBN 978-2226259103), p. 146
  45. Joël Duval, Zenith: La saga d'une manufacture horlogère étoilée, Albin Michel, (ISBN 978-2226259103), p. 214
  46. Pôle Nord avec l'explorateur Jean-Louis Étienne
  47. Revue des Montres juin 2010, page 36
  48. Alain Robert, grimpeur français, ambassadeur de la marque Zenith
  49. Baumgartner bat le record du monde du saut en chute libre et franchit le mur du son
  50. montre Zenith El Primero Stratos (site officiel)
  51. a, b, c et d Philippe Godet (photogr. Fréd. Boissonnas, Genève), Zénith: une industrie neuchâteloise, Neuchâtel, Attinger Frères, , 48 p.
  52. Andreas Hauser et Gilles Barbey, Inventaire Suisse d’Architecture (1850-1920), vol. 6: Le Locle, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, , p. 146 et 174
  53. Claire Piguet, « La fabrique de montres des Billodes, berceau de l’entreprise Zénith », dans Jacques BUJARD et Laurent TISSOT (dir.), Le Pays de Neuchâtel et son patrimoine horloger, Chézard-Saint-Martin, Editions de la Chatière,‎ , p. 158-163 (ISBN 978-2-940239-16-0)
  54. a et b Claire Piguet, « La fabrique de montres des Billodes, berceau de l’entreprise Zénith », dans Jacques BUJARD et Laurent TISSOT (dir.), Le Pays de Neuchâtel et son patrimoine horloger, Chézard-Saint-Martin, Editions de la Chatière,‎ , p. 158-163 (ISBN 978-2-940239-16-0)
  55. Andreas Hauser et Gilles Barbey, Inventaire Suisse d’Architecture (1850-1920), vol. 6: Le Locle, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, , p. 169-170
  56. Claire Piguet, « La Fabrique de montres Zénith au Locle (Suisse), une architecture et une iconographie au service de l'image de l'entreprise », dans Robert Belot et Pierre Lamard, Image[s] de l'industrie, XIXe-XXe siècles, Antony, E-T-A-I,‎ , p. 148-161 (ISBN 978-2-7268-9545-0)
  57. Andreas Hauser et Gilles Barbey, Inventaire Suisse d’Architecture (1850-1920), vol. 6: Le Locle, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, , p. 146 et 174
  58. Andreas Hauser et Gilles Barbey, Inventaire Suisse d’Architecture (1850-1920), vol. 6: Le Locle, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, , p. 169-170
  59. Jean-Marc Barrelet, « Georges(-Emile) Favre-Bulle, horloger, industriel, entrepreneur (1843-1917) », dans Michel Schlup (dir.), Biographies neuchâteloises. De la Révolution au cap du XXe siècle, Hauterive, Editions Gilles Attinger, vol. 3,‎ , p. 105
  60. Andreas Hauser et Gilles Barbey, Inventaire Suisse d’Architecture (1850-1920), vol. 6: Le Locle, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, , p. 151 et 193
  61. Claire Piguet, « La fabrique de montres des Billodes, berceau de l’entreprise Zénith », dans Jacques BUJARD et Laurent TISSOT (dir.), Le Pays de Neuchâtel et son patrimoine horloger, Chézard-Saint-Martin, Editions de la Chatière,‎ , p. 158-163 (ISBN 978-2-940239-16-0)
  62. Jean-Marc Barrelet, « Georges(-Emile) Favre-Bulle, horloger, industriel, entrepreneur (1843-1917) », dans Michel Schlup (dir.), Biographies neuchâteloises. De la Révolution au cap du XXe siècle, Hauterive, Editions Gilles Attinger, vol. 3,‎ , p. 110
  63. Andreas Hauser et Gilles Barbey, Inventaire Suisse d’Architecture (1850-1920), vol. 6: Le Locle, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, , p. 169-170
  64. Claire Piguet, « La Fabrique de montres Zénith au Locle (Suisse), une architecture et une iconographie au service de l'image de l'entreprise », dans Robert Belot et Pierre Lamard, Image[s] de l'industrie, XIXe-XXe siècles, Antony, E-T-A-I,‎ , p. 148-161 (ISBN 978-2-7268-9545-0)
  65. Andreas Hauser et Gilles Barbey, Inventaire Suisse d’Architecture (1850-1920), vol. 6: Le Locle, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, , p. 156-159 et 177
  66. Jean-Daniel Jeanneret (dir.), La Chaux-de-Fonds, Le Locle, urbanisme horloger, Le Locle, Editions G d'Encre, , 240 p. (ISBN 978-2-940257-56-0), p. 138-139
  67. Claire Piguet, « La fabrique de montres des Billodes, berceau de l’entreprise Zénith », dans Jacques BUJARD et Laurent TISSOT (dir.), Le Pays de Neuchâtel et son patrimoine horloger, Chézard-Saint-Martin, Editions de la Chatière,‎ , p. 158-163 (ISBN 978-2-940239-16-0)
  68. Claire Piguet, « La Fabrique de montres Zénith au Locle (Suisse), une architecture et une iconographie au service de l'image de l'entreprise », dans Robert Belot et Pierre Lamard, Image[s] de l'industrie, XIXe-XXe siècles, Antony, E-T-A-I,‎ , p. 148-161 (ISBN 978-2-7268-9545-0)
  69. Andreas Hauser et Gilles Barbey, Inventaire Suisse d’Architecture (1850-1920), vol. 6: Le Locle, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, , p. 146 et 174
  70. Claire Piguet, « La Fabrique de montres Zénith au Locle (Suisse), une architecture et une iconographie au service de l'image de l'entreprise », dans Robert Belot et Pierre Lamard, Image[s] de l'industrie, XIXe-XXe siècles, Antony, E-T-A-I,‎ , p. 148-161 (ISBN 978-2-7268-9545-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :