Zembrocal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Zembrocal
Image illustrative de l’article Zembrocal
Zembrocal sur feuille bananier

Autre nom Ambrocale, embrocal, zambrocal
Lieu d’origine La Réunion
Place dans le service Plat principal, accompagnement
Ingrédients Tableau préparation
Accompagnement Bourbon (bière), vin rouge

Le zembrocal est un plat de riz épicé de La Réunion que l’on trouve comme accompagnement ou comme plat principal.

Origine[modifier | modifier le code]

L'étymologie du terme est incertaine. On trouve une citation du mot embrecal dès 1880 (in Cinq jours aux Salazes, de T. Lahuppe).

Cuisine et ethnologie[modifier | modifier le code]

Le zembrocal est parfois utilisé comme emblème de la société réunionnaise, chaque aliment gardant son goût tout en étant mêlé aux autres dans la marmite. Dans Rasine papa momon, le chanteur Thierry Gauliris a recours à une telle référence.

Quand un Réunionnais mange son civet coq avec son zembrocal lors d'un pique-nique, une des activités préférées des réunionnais le week-end, il représente et même revendique tout ce qui compose tous les tenants de son identité.[réf. nécessaire]

Le plat principal[modifier | modifier le code]

Le zembrocal est un plat réunionnais composé de riz ou de maïs, cuit avec du boucané, du curcuma et des haricots (rouges, blancs ou du Cap). Très souvent, on utilise du riz cuit la veille, que l'on a accommodé (appelé « riz chauffé »). Très énergétique, car riche en sucres lents, il est apprécié des travailleurs de force qui le consomment vers 10 heures, pour la pause.

L'accompagnement[modifier | modifier le code]

Zembrocal.

La préparation de l’accompagnement est quelque peu différente de celle du plat principal. On se limite la plupart du temps à une préparation à base de légumes et de grains, plus rarement avec de la viande et de manière épisodique avec du poisson. On trouvera ainsi une recette où l'on intègre quelques pommes de terre préalablement cuites.

Il accompagnera aisément le rougail saucisse avec qui il se marie particulièrement bien. De manière générale, il pourra agrémenter l'ensemble des carry.

Il sera bienvenu sur la table avec des grains (pois du Cap, lentilles, haricots rouges…), une préparation de brèdes, de rougails ou de pâte piment.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jan Grenson, La Cuisine de la Réunion. En 118 recettes, Éditions Orphie, coll. « Retour aux sources », 2003, 173 p. (ISBN 978-2877632041).
  • Thomy Lahuppe, Cinq jours aux Salazes, Bull. soc. sci. Arts île Réunion, 1881.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :