Zehra Doğan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Zehra Doğan
Image dans Infobox.
Zehra Dogan en 2015 (photo de Refik Tekin).
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Université Dicle (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Site web
Distinction

Zehra Doğan (née en 1989 à Diyarbakır) est une artiste, journaliste et autrice kurde originaire de Diyarbakır. Elle est une des fondatrices de Jinha, une agence d'information féministe kurde, dont la rédaction est entièrement composée de femmes. Elle est emprisonnée deux ans, entre 2017 et 2019, pour avoir réalisé et diffusé un dessin numérique représentant la destruction de la ville de Nusaybin en 2016. En 2018, l'artiste de rue Banksy lui consacre une représentation murale à New York.

Journaliste[modifier | modifier le code]

En 2012, lors des remise des prix de journalisme Musa-Anter, le prix spécial du jury, dans la catégorie journalisme en langue kurde est décerné à Zehra Doğan et Hazal Peker, pour leur article intitulé « Li Rojava welat emanetê jinên kurd in » (Au Rojava le pays est confié aux femmes)[1].

En 2015, Zehra Doğan reçoit le prix de journalisme Metin-Göktepe, nommé ainsi en hommage au journaliste tué en prison en 1996 lors d'une garde à vue en Turquie. Ce prix récompense le travail[2] de Zehra Doğan sur les femmes yézidies qui avaient échappé à la captivité aux mains de l'État islamique.

Son agence d'information, Jinha, est fermée le par les autorités turques, et fait partie des plus de cent médias fermés depuis la tentative de coup d'État de juillet 2016[3],[4].

Emprisonnement[modifier | modifier le code]

À partir de , Zehra Doğan vit à Nusaybin, une ville turque proche de la frontière syrienne, où elle faisait un reportage. Le , elle est arrêtée dans un café de Mardin. Le , elle est acquittée de l'accusation qui pesait sur elle d'appartenir à une organisation illégale ; mais elle est condamnée à un emprisonnement de deux ans, neuf mois et 22 jours pour avoir diffusé le dessin de Nusaybin et relayé le message d'une petite fille de dix ans, sur les réseaux sociaux[5]. Après 141 jours d'emprisonnement à Mardin, elle est libérée sous contrôle judiciaire[6]. Elle partagera sa cellule avec la chanteuse kurde Nûdem Durak. Sa peine étant confirmée, elle est arrêtée à nouveau le et conduite à la prison de Diyarbakır[7] où elle est incarcérée.

Déclaration de Zehra Doğan sur Twitter après sa condamnation :

« J'ai été condamnée à deux ans et dix mois [de prison] parce que j'avais peint des drapeaux turcs sur des bâtiments détruits. Cependant, ce sont eux [le gouvernement turc] qui sont à l'origine [de ces destructions] : moi, je n'ai fait que les peindre »

En prison, elle et d'autres femmes créent le journal Özgür Gündem - Zindan[8] (mot-à-mot, « Actualité libre - Geôle »), dont le nom est un jeu de mots sur le titre du quotidien stambouliote Özgür Gündem (« Actualité libre »), qui s'adresse à un lectorat kurde[9],.

Le , suite à une mesure d’éloignement forcé, Zehra Doğan est envoyée dans la prison de Tarse[10].

Après avoir terminé sa peine, elle est libérée de la prison de Tarse, le [11],[12].

Soutiens et récompenses[modifier | modifier le code]

Un certain nombre de ses œuvres font l'objet d'expositions en Europe dans le cadre d'une campagne de soutien[13],[14].

En tant qu'artiste et journaliste, elle est défendue par le PEN club[15] et Amnesty international.

En , elle a été distinguée par le Rebellion's Artist in the World 2017, le prix des artistes en rébellion décerné par le Réseau international de journalisme d’investigation (Global Investigative Journalism Network)[16].

Le l’association suisse des libres penseurEs, Frei Denken, a décerné le prix « Freethinker Prize » 2017, à Zehra Doğan[17], ainsi qu’à Masih Alinejad, la journaliste iranienne.

En , l'artiste chinois dissident Ai Weiwei publie une lettre qu'il avait écrite en signe de solidarité avec la situation de Zehra Doğan, traçant un parallèle entre la répression de l'expression artistique en Chine et en Turquie[18].

Le , Banksy, un artiste urbain résidant en Angleterre, dévoile à New-York une peinture murale montrant un décompte du nombre de jours de détention subis par Zehra Doğan, dans laquelle un groupe de bâtons marquant ce décompte devient en même temps des barreaux de prison derrière lesquels on voit le visage de Zehra Doğan[19],[20].

Le Deutscher Journalisten Verband (Association des journalistes allemande) a attribué le prix de « Printemps de liberté de presse » à Zehra Doğan. Le prix a été reçu au nom de la journaliste, par le journaliste almano-italien Ingo Zamperoni[21].

Le , elle reçoit le prix du « Courage en journalisme » de International Women's Media Foundation. La cérémonie se déroule à New York le [22],[23].

En , lors du 84e Congrès de PEN International en Inde, Zehra Doğan devient membre honorifique[24].

Le , Zehra Doğan est nominée par Index on Censorship pour le « Prix de la Liberté d'expression » 2019 dans la catégorie Arts[25]. Le prix lui est décerné, elle le reçoit le à Londres[26].

En 2019, Creative Nomads, production italienne sort un film documentaire réunissant trois femmes : « Terrorist. Zehra et les autres ». La romancière Aslı Erdoğan, et la médecin légiste et défenseure des droits humains Şebnem Korur Fincancı sont interviewées, Zehra Doğan participe par correspondance depuis la prison, et elle est représentée par des séquences animées avec la voix de l'actrice Kasia Smoutniak. Le documentaire est réalisé par Marica Casalinuovo, Francesca Nava, Vichie Chinaglia, Marella Bombini[27].

Le , à Beyrouth, elle a reçu le prix « Exceptional Courage in Journalism Award », de la Fondation May Chidiac [28].

En , en Italie, le « prix spécial de Roberto Scialabba » lui est décerné[29].

Le , lors du 14e édition du Festival de l'excellence féminine à Gênes en Italie, elle reçoit « le prix Hypatia pour l'excellence féminine internationale »[30],[31]

Le , elle reçoit le « prix Carol Rama », Artissima 2020[32],[33].

Décembre 2020, Zehra Doğan a été classée par les 34 plus prestigieuses revues d'art internationales, dans les top 100 des « personnes les plus influentes dans le monde de l'art contemporain en 2020 »[34].

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Avril - Août 2021, Kiosk, Théâtre Maxim Gorki, Berlin.[35],[36]
  • Février 2021, « Il tempo delle farfalle / Le temps des papillons », exposition dédiée aux soeurs Mirabal, Patria, Minerva, Teresa, PAC – Pavillon d'Art Contemporain, Milan, Italie (Initialement prévue pour novembre 2020 - Reportée en raison de pandémie).[37],[38]
  • , "Hassas Müdahale », exposition collective, Kıraathane İstanbul Edebiyat Evi, Istanbul, Turquie[39].
  • , Art Basel, "OVR: Miami Beach"[40].
  • Septembre-, « Nehatîye Dîtın / Görülmemiştir », Kıraathane İstanbul Edebiyat Evi, Istanbul, Turquie[41],[42].
  • , Art in Protest de Human Rights Foundation (HRF)[43].
  • , Prometeo Gallery, Milan. Italie. Exposition intitulée « Beyond » (Au delà de), avec une performance[44],[45].
  • , Palazzi dell'Arte Rimini - PART, Italie. Exposition collective. Collection de la Fondation San Patrignano[46].
  • , Berlin, Allemagne, Biennale de Berlin[47],[48].
  • , Barcelone, Espagne, Centre d'Art La Panera, exposition mixte sur la censure, « Línies vermelles. La censura en la col. » Avec l'oeuvre numérique « Nusaybin »[49].
  • , Lucca Italia, Exposition mixte, « A volte penso che... », Ex Chiesa di San Matteo, Piazza San Matteo, Lucca[50],[51].
  • Le , Zehra Doğan rend hommage à la ville de Brescia, en Italie, avec une grande œuvre murale pour la résistance au coronavirus [52],[53].
  • , Festival de Ravenne, Italie, deux performances lors des concerts « Routes de l'amitié », en compagnie de la chanteuse kurde Aynur Doğan, l'Orchestre Giovanile Luigi Cherubini et Syrian Expat Philharmonic Orchestra (SEPO) dirigés par Riccardo Muti[54].
  • , elle débute un projet de journal mural intitulé « The Hard Times » avec un premier numéro dédié à George Floyd, sur un mur aux alentours de Parc Rosa Parks à Paris.[55]
  • , Nassauische Kunstverein à Wiesbaden, Allemagne, « A chaque âge son art - A l’art sa liberté »[56],[57].
  • , Forum de la Paix 2020, à Bâle, Suisse[58].
  • , Middle East Institute (MEI) Art Gallery, Washington, États-Unis. « Speaking Across Mountains: Kurdish Artists in Dialogue »[59]
  • - , Musée Santa Giulia, Brescia, Italie, « Avremo anche giorni migliori. Opere dalle carceri turche », dans le cadre du Festival de la Paix du Brescia[60],[61].
  • , Drawing Center, New York, États-Unis « The Pencil Is a Key - Drawings by Incarcerated Artists »[62].
  • , Galerie de l'Espace des femmes - Éditions des femmes, Paris, France, « Œuvres évadées »[63]
  • , Tate Modern, Londres, Royaume-Uni, installation intitulée « Ê Li Dû Man - Ce qu’il en reste »[64],[65].
  • , Opéra de Rennes, France, exposition intitulée « Les yeux grands ouverts »[66],[67].
  • « Kurdish art Fair », 2e édition, à Londres, Royaume Uni[68].
  • , Pays de Morlaix, France, « Festival des Autres Mondes »[69].
  • , Tour Saint-Aubin à Angers, France, exposition intitulée « Les yeux grands ouverts »[70].
  • , Festival de cinéma de Douarnenez, France, exposition intitulée « Les yeux grands ouverts »[71].
  • , Diyarbakir, Turquie, exposition intitulée « 141 »[72].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Zehra Doğan Prison N°5, bande dessinée réalisée en prison, traduit/adapté par Naz Oke, Daniel Fleury, Éditions Delcourt, mars 2021. (ISBN 978-2849754894)[73],[74],[75]
  • Zehra Doğan, Avremo anche giorni migliori. Opere dalle carceri turche (Nous aurons aussi des jours meilleurs : œuvres de prisons turques((), catalogue d'art, Éditions Skira (ISBN 8857243303)
  • Zehra Doğan, Nous aurons aussi de beaux jours : écrits de prison, traduit par Naz Oke, Daniel Fleury, Éditions des femmes, (ISBN 978-2849754894)
  • Marie Laverre, « Zehra Doğan. Quand peindre, c'est résister », Les Arts dessinés,‎ , p. 150-155 (ISSN 2608-5011)
  • Naz Oke, « Dans la prison », Les Cahiers de la bande dessinée, no 5,‎ , p. 120
  • Zehra Doğan, Les Yeux grands ouverts, traduit par Naz Oke, Fage Editions, (ISBN 978-2849754894)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (tr) « Işıl Cinmen'e Musa Anter Ödülü », sur Bianet,
  2. « Zehra Doğan • Reportage 1 | Le cri des femmes yézidies », sur Kedistan,
  3. « Jinha News (English) », sur Jin News Agency, Jin News Agency, (consulté le 18 mars 2018)
  4. « JİNHA, DİHA et 13 médias fermés. », sur Kedistan, Webmagazine,
  5. (mul) « Pourquoi Zehra est en prison ? », sur Zehra Dogan,
  6. « Bakur • Zehra Doğan en liberté provisoire », sur Kedistan, Webmagazine,
  7. « Turquie • Zehra Doğan arrêtée à nouveau », sur Kedistan,
  8. « Özgür Gündem manuscrit édité depuis la prison des femmes », sur Kedistan,
  9. (en-US) « Facts to Know About Jailed Turkish Artist Zehra Doğan | artnet News », artnet News,‎ (lire en ligne, consulté le 16 mars 2018)
  10. « Turquie • Zehra Doğan déportée avec 20 prisonnières | KEDISTAN », KEDISTAN,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2018)
  11. « Turquie • Zehra Doğan est sortie de prison aujourd'hui », sur KEDISTAN, (consulté le 24 février 2019)
  12. Valérie Marin La Meslée, « Zehra Dogan enfin libre ! », Le Point,‎ (lire en ligne)
  13. « Dossier Spécial • Campagne de soutien à Zehra Doğan », sur Kedistan,
  14. (en-US) « EXHIBITIONS | SERGİLER | EXPOSITIONS », Free Zehra Doğan • Zehra Doğan'a özgürlük,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2018)
  15. (en) « Take Action for Zehra Doğan », sur Pen International
  16. (en-US) « 10 Acts of Artistic Rebellion - Global Investigative Journalism Network », Global Investigative Journalism Network,‎ (lire en ligne, consulté le 11 juillet 2020)
  17. « Le “Freethinker Prize” suisse est décerné à Zehra Doğan », sur Kedistan,
  18. « Lettre de l’artiste Ai Weiwei à Zehra Doğan », sur Kedistan,
  19. « Avec Banksy, Zehra Doğan est à New York », sur Kedistan, Webmagazine,
  20. (en-GB) Telegraph Reporters, « Banksy creates mural in New York in support of jailed Turkish artist », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le 16 mars 2018)
  21. « DJV Landesverband Hessen e.V: Nachrichten Details », sur www.djv-hessen.de (consulté le 6 février 2019)
  22. « “Prix du Courage” comme journaliste pour Zehra Doğan », sur Kedistan, Webmagazine,
  23. (en) Wladiir Van Wilgenburg, « Imprisoned Kurdish journalist wins Courage in Journalism Award », Kurdistan24,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2018)
  24. (en) « The 84th PEN International Congress closes in India with a focus on free expression and women writers », sur PEN International,
  25. (en-GB) Index on Censorship, « Awards 2019 », sur Index on Censorship, (consulté le 6 février 2019)
  26. « Zehra Doğan • La liberté n’a pas de prix, et pourtant », sur kedistan.net, webmagazine, (consulté le 4 avril 2019)
  27. (it) « "Terroriste": donne che resistono nella Turchia di Erdogan », sur la Repubblica, (consulté le 8 décembre 2020)
  28. « Zehra Doğan "J'accepte ce prix au nom des Peuples du Rojava" », sur KEDISTAN, (consulté le 12 octobre 2019)
  29. (it) « Corsi e Laboratori – Centro Sociale Occupato Autogestito via Selinunte 57 – Roma », sur Centro Sociale Occupato Autogestito via Selinunte 57 - Roma (consulté le 3 octobre 2020)
  30. (it) redazionegenova4, « Genova, Festival dell'eccelenza al femminile », sur Liguria Notizie, (consulté le 3 octobre 2020)
  31. (it) redazionecultura, « Le premiazioni del Premio Ipazia all'Eccellenza al Femminile », sur Liguria Notizie, (consulté le 17 octobre 2020)
  32. (it) Redazione, « Artissima 2020. Zehra Doğan vince la prima edizione del Premio Carol Rama », sur www.artemagazine.it (consulté le 19 novembre 2020)
  33. « Le prix d'art "Carol Rama" décerné à Zehra Doğan », sur KEDISTAN, (consulté le 19 novembre 2020)
  34. (it) « Power 100 - Most influential people in 2020 in the contemporary artworld / Zehra Doğan », sur Art Review, (consulté le 26 janvier 2021)
  35. (en) « Season Issue #22 », sur Théatre Maxim Gorki
  36. (de) « Maxim Gorki Theater im Februar », sur Theaterkompass,
  37. (it) « Zehra Doğan - IL TEMPO DELLE FARFALLE, 16.02 - 30.05.2021 », sur PAC - Padiglione d'Arte Contemporanea
  38. (it) « Il tempo delle farfalle: Zehra Doğan al PAC di Milano », sur Arts Life
  39. (tr) « Bir sergi: Hassas Müdahale », sur Gazete Karınca, (consulté le 11 décembre 2020)
  40. (en) « ‘OVR: Miami Beach’: Participating Galleries, Highlights and Additional Programming », sur Art Basel (consulté le 13 novembre 2020)
  41. « Ahmet Ergenç • Que veut Zehra Doğan ? », sur KEDISTAN, (consulté le 16 octobre 2020)
  42. « Zehra Doğan : je ne peux pas y être, mais mon art est en Turquie », sur KEDISTAN, (consulté le 9 octobre 2020)
  43. (en) « Art in Protest », sur Art in Protest (consulté le 24 septembre 2020)
  44. « Zehra Doğan », sur www.thatscontemporary.com (consulté le 18 septembre 2020)
  45. (it) « Il corpo, la politica e due donne: Zehra Dogan con Ida Pisani », sur Askanews, (consulté le 27 septembre 2020)
  46. (it) « Arte contemporanea, apre a Rimini il PART • newsrimini.it », sur newsrimini.it, (consulté le 16 septembre 2020)
  47. (en) « We are pleased to share the names of the 11th Berlin Biennale participants », sur 11.berlinbiennale.de (consulté le 8 juillet 2020)
  48. « Zehra Doğan à la 11e Biennale d'Art de Berlin », sur KEDISTAN, (consulté le 10 septembre 2020)
  49. (ca) « Línies vermelles. La censura en la col·lecció de Tatxo Benet. », sur La Panera (consulté le 10 septembre 2020)
  50. « I sometimes think that.... | Exhibition | Prometeo Gallery | by Ida Pisani », sur www.prometeogallery.com (consulté le 28 juillet 2020)
  51. (it) Silvia Conta, « 'A volte penso che...': 23 artisti nella sede di Lucca di Prometeo Gallery », sur exibart.com, (consulté le 1er août 2020)
  52. « Comune di Brescia - Portale istituzionale », sur www.comune.brescia.it (consulté le 2 août 2020)
  53. (it) « Zehra Doğan omaggia la Resistenza di Brescia », sur Artwave, (consulté le 2 août 2020)
  54. (it) Valerio Cappelli, « Riccardo Muti sul podio nel cuore del Parco Archeologico di Paestum: «In difesa della civiltà» », sur Corriere della Sera, (consulté le 8 juillet 2020)
  55. « Zehra Doğan sur les murs de Paris : Black Lives Matter », sur KEDISTAN, (consulté le 11 septembre 2020)
  56. « Wiesbaden • Double exposition qui dénonce les totalitarismes », sur Kedistan, Webmagazine, (consulté le 12 janvier 2020)
  57. (de) « Der Zeit ihre Kunst / », sur Nassauischer Kunstverein Wiesbaden, Musée, (consulté le 12 janvier 2020)
  58. (en) « Basel Peace Forum », 9 janvier 2020
  59. (en) Middle East Institute, « Speaking Across Mountains: Kurdish Artists in Dialogue », sur www.mei.edu
  60. (it) « AVREMO ANCHE GIORNI MIGLIORI. ZEHRA DOĞAN. OPERE DALLE CARCERI TURCHE », sur Museo di Santa Giulia
  61. (it) « Urla (di vita e arte) dalle carceri torche », sur La Lettura, hébdomadaire littéraire
  62. (en) « For the Incarcerated, Drawing Is a Lifeline », sur New York Times
  63. Valérie Marin La Meslée, « Zehra Dogan : « Je suis moins heureuse qu'en prison » », sur Le Point
  64. « Tate Modern Workshop - Who Are We? », sur Tate Modern, Musée, (consulté le 11 mai 2019)
  65. « Zehra Doğan au Tate Modern à Londres », sur Kedistan, Webmagazine, (consulté le 11 mai 2019)
  66. « Expo Zehra Dogan : Ouvrez grand les yeux à l’Opéra de Rennes ! », sur Unidivers, (consulté le 11 mai 2019)
  67. « Zehra Doğan exposée à Rennes • Une Histoire vive », sur Kedistan, Webmagazine, (consulté le 11 mai 2019)
  68. « Kurdish Art Fair 2018 • Le 8 décembre à Londres, avec Zehra Doğan… », sur Kedistan, Webmagazine, (consulté le 11 mai 2019)
  69. « Roudour. Hommage à l’artiste Zehra Dogan », sur Le Télégramme, Quotidien, (consulté le 11 mai 2019)
  70. « L'artiste Zehra Dogan, une leçon de résistance », sur Ouest France, quotidien, (consulté le 11 mai 2019)
  71. « Zehra Doğan, un livre, une exposition, vos soutiens… », sur Kedistan, Webmagazine, (consulté le 11 mai 2019)
  72. « Zehra Doğan • Une exposition intitulée “141” à Diyarbakır », sur Kedistan, Webmagazine, (consulté le 11 mai 2019)
  73. « Zehra Dogan, « Prison n°5 » (Delcourt) : Dans l'enfer des prisons turques », sur Livres Hebdo, (consulté le 17 mars 2021)
  74. Chloë Dubois, « L’évasion dessinée de Zehra Dogan », sur Politis, (consulté le 17 mars 2021)
  75. Chloë Dubois, « "Prison n°5" : comment Zehra Doğan, journaliste kurde, a dessiné sa détention pour mieux s'en libérer », sur Terriennes | TV5 Monde, (consulté le 16 mars 2021)

Liens externes[modifier | modifier le code]