Zea mays subsp. parviglumis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La téosinte de Balsas (Zea mays subsp. parviglumis), est une sous-espèce du genre Zea. C'est une téosinte, plante herbacée annuelle, endémique du Mexique. Elle est considérée comme l'ancêtre du maïs[1],[2].

Écologie[modifier | modifier le code]

Cette plante pousse sur le plateau du centre et du sud du Mexique dans la région du rio Balsas sur un axe est-ouest de Oaxaca à Jalisco, entre 400 et 1 800 mètres d'altitude où elle est très répandue.

Elles est adaptée aux climats humides.

Description[modifier | modifier le code]

Plusieurs populations sont décrites Oaxaca, Guerrero, Balsas, Jalisco.

Plantes de ~2-5 m de haut

De 20 à plus de 100 branches portant des panicules mâles à petits épillets de 5-8 mm de long (ce qui les distingue de Z. mexicana)

Gaines foliaires glabres, rouge clair

Fruits triangulaires de ~30-80 mg

Son cycle végétatif est de 6 à 7 mois.

Génétique[modifier | modifier le code]

En 1939, Georges Beadle soutient que la domestication du maïs a été faite par l'homme à partir de la téosinte, Dans les années 1970, il réalise de multiples croisements avec plus de 70 kg de graines de téosintes, et dénombre les gènes avec les différences morphologiques[3].

Bien que s'hybridant rarement spontanément avec le maïs cultivé, le généticien américain John Doebley (en) pense que cette sous-espèce en est la plus proche génétiquement et en serait l'ancêtre. Il confirme les conclusions de Beadle dans les années 1980[3]. Dans ce cas, Zea mays subsp. huehuetenangensis pourrait être un intermédiaire entre cette espèce et le maïs cultivé.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La plante domestiquée, exemple du maïs, cours de SVT en ligne, Lycée Français International Georges Pompidou de Doubaï
  2. Márton Szoboszlaya, Julie Lambersa, Janet Chappellb, Joseph V. Kupperb, Luke A. Moea, David H. McNear Jr, Comparison of root system architecture and rhizosphere microbial communities of Balsas teosinte and domesticated corn cultivars September 2014, Soil Biology and Biochemistry, Volume 80, January 2015, Pages 34–44
  3. a et b Pierre-Yves Côte, TP 10 : Un exemple de domestication : de la téosinte au Maïs, SVT, Lycée Jérémie de la Rue - Charlieu

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :