Zea mays subsp. mexicana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Zea mays subsp. mexicana est une sous-espèce du genre Zea. C'est une téosinte, plante herbacée annuelle, proche du maïs, endémique du Mexique.

Description[modifier | modifier le code]

Plusieurs populations sont décrites (Nobogame, Durango, Plateau central, Chalco, Puebla). Le long d'une ligne nord-sud, les races se distinguent par la hauteur de la plante atteignant 1,5 m pour les plus au nord et à 4 m pour les plus méridionales.

10 à 20 panicules mâles (35 en conditions exceptionnelles) avec des épillets de 6 mm à 10 mm de long (ce qui les distingue de Z. parviglumis et huehuetenangensis) en septembre-novembre.

Graines triangulaires de ~60 mg-80 mg.

Cette espèce à la capacité d'avoir un cycle végétatif très court, de 4 à 6 mois selon la population en conditions naturelles. Certaines formes ont même atteint 75 jours en milieu artificiel optimisé.

La race Nobogame est la plus nordique. C'est la plus petite et au cycle végétatif le plus court.
La race Plateau central a des gaines foliaires vertes à rouge clair, glabres à légèrement pubescentes.
La race Chalco se trouve à une altitude de 2 000 m et a des gaines foliaires rouge foncé pubescentes.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Cette plante pousse sur les plateaux du centre et du nord du Mexique entre les vallées de Nobogame et de Puebla entre 1 700 mètres et 2 600 mètres d'altitude, où elle est assez répandue et se comporte comme une adventice des champs de maïs.

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Euchlaena bourgeaei E.Fourn.[2]
  • Euchlaena giovanninii E.Fourn.[2]
  • Euchlaena mexicana Schrad.[2] [3]
  • Reana giovanninii Brign.[2]
  • Zea mays mexicana (Schrad.) H.H. Iltis[3]
  • Zea mays subsp. mexicana (Schrad.) Iltis[2] [3]
  • Zea mexicana (Schrad.) Kuntze (préféré par BioLib)[3]

Génétique[modifier | modifier le code]

Dans la nature, elle s'hybride rarement avec le maïs cultivé (60 % de succès). C'est la seconde espèce qui présente la plus grande affinité génomique avec le maïs (la première étant Zea mays huehuetenangensis).

Cette hybridation fait l'objet de recherches pour sa résistance aux maladies et prédateurs sa tolérance aux sols secs et sa richesse en méthionine (un des points faibles nutritionnels du maïs cultivé).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :