Zam Zam Cola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une bouteille de Zam Zam Cola.

Zam Zam Cola (en persan زم زم كولا) est un cola iranien. Il est produit en Iran depuis 1954.

Historique[modifier | modifier le code]

La Révolution iranienne, avec l'interdiction du Coca-Cola, a facilité l’extension de cet ersatz de Coca-Cola qui tire son nom de la source sacrée de Zamzam, située près de La Mecque, où la tradition affirme qu'Agar a tiré de l'eau pour son fils Ismaël[1],[2]

La marque appartient à la Bonyad-e Mostazafen va Janbazan, l'une des nombreuses Bonyads (organisation caritative) iraniennes qui contrôlent des pans entiers de l’économie du pays[3]. En 2002, elle emploie 7 780 personnes dans 16 usines en Iran, les principales étant à Téhéran et au nord-est de Mashhad. Son chiffre d'affaires à cette date est de 162 millions de dollars américains (212 millions actuels).

Auparavant exporté seulement en Irak, en Afghanistan et plusieurs pays d'Afrique au XXe siècle, il est populaire au Moyen-Orient, où il représente une alternative aux marques américaines telles que Pepsi-Cola et Coca-Cola. Il est également vendu en Europe. Les fabricants de Zam Zam Cola souhaitaient en 2002 fournir les deux millions de pèlerins de La Mecque[4]

En 2002, après un lancement au printemps sur le marché de l'archipel de Bahreïn, Zamzam a tenté de s'attaquer au marché du soda saoudien où elle a été, en 2006, interdite au commerce. La même année, un projet d'implantation d'un site de production au Maroc a échoué[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cédric Mathiot, « Zamzam-Cola veut zapper Coca », sur Libération,‎ (consulté le 2 janvier 2015).
  2. Laurent Raphael, « Zamzam contre Coca-Cola », sur La Libre Belgique,‎ (consulté le 2 janvier 2015).
  3. Delphine Minou, « L'islamo-business opaque des fondations iraniennes », sur L'Expansion,‎ (consulté le 2 janvier 2014)
  4. (en) « Iran’s cola in Makkah », sur Dawn,‎ (consulté le 2 janvier 2015).
  5. « Soft drinks: Les américaines trop fortes », sur L’Économiste,‎ (consulté le 2 janvier 2015).

Lien externe[modifier | modifier le code]

(fa) Zam Zam Group