Zaki Laïdi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zaki Laïdi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique

Zaki Laïdi est un politologue français, directeur de recherche au Centre d'études européennes de l'Institut d'études politiques de Paris. Il enseigne au Collège d'Europe de Bruges de 2004 à 2008 et à l'École de gouvernance et d'économie de Rabat depuis 2011.[réf. souhaitée]

Ses travaux portent sur la transformation du système international (structure, idées) et sur la place de l’Europe en son sein. Il a fondé le site Telos, qui publie sur une base quasi quotidienne des articles courts émanant d'universitaires et s'exprimant sur la plupart des grands sujets d'actualité.[réf. souhaitée]

Il a été professeur invité dans plusieurs universités étrangères dont Genève, Montréal et Bologne. Il a publié plus d'une centaine d'articles de presse parus notamment dans Le Monde, Libération et le Financial Times.[réf. souhaitée]

Recherches[modifier | modifier le code]

Ses premières recherches ont porté sur les relations internationales de l'Afrique et les questions de développement. Par la suite, le champ de sa réflexion s'est élargi à l'ensemble du système international[réf. souhaitée]. Depuis une dizaine d'années, il travaille sur la dimension politique de la mondialisation. Récemment, il a axé ses recherches sur le rôle de l'Europe dans le système mondial.[réf. souhaitée]

Parallèlement à ses recherches en relations internationales, Zaki Laïdi a développé des réflexions plus larges[réf. souhaitée]. Il s'est particulièrement intéressé aux questions de temporalité politique. Il a notamment écrit un ouvrage centré autour du concept de temps mondial et s'est intéressé au rétrécissement du temps politique (urgence, sacralisation du présent).[réf. souhaitée]

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Parallèlement à ses activités de recherche, il s'est engagé dans le débat public en militant en faveur d'une modernisation de la gauche française. Il a été l'inspirateur de la troisième gauche verte lancée par Daniel Cohn-Bendit après les élections européennes de 1999, ce dernier a d'ailleurs écrit « Ce n'est pas moi qui ai parlé le premier de troisième gauche mais le chercheur Zaki Laïdi »[1],[2],[3]. Il a été aussi conseiller spécial et « plume » du commissaire européen au commerce Pascal Lamy de 2000 à 2004, puis membre de la commission du livre blanc sur les affaires étrangères européennes en 2007-2008. Il est également membre de la commission nationale chargée du suivi de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU).[réf. souhaitée]

Ce « proche de Manuel Valls », membre du Conseil national du Parti socialiste[4], figure en troisième position sur la liste PS dans la circonscription Sud-Est pour les élections européennes de 2014[5]. Il rejoint le cabinet du Premier ministre en tant que conseiller à la stratégie, aux études, et aux prospectives[6]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le monde selon Obama, Paris, Stock, 2010.
  • La norme sans la force : l'énigme de la puissance européenne, Paris, Presses de Sciences Po, 2005. 2e édition 2008. Traduction anglaise, Norms over Force: The Enigma of European Power, Palgrave Macmillan, 2008.
  • Sortir du pessimisme social : essai sur l'identité de la gauche, Paris, Hachette Littératures / Presses de Sciences Po, 2007 (avec Gérard Grunberg), coll. « Telos »
  • La grande perturbation, Paris, Flammarion, 2004. Traduction anglaise, The great disruption, Cambridge. Polity, 2007.
  • La gauche à venir : politique et mondialisation, Éditions de l'Aube, 2001.
  • Le sacre du présent, Flammarion, 2000. Traduction portugaise : A Chegagda do Homen-Presente, Lisbonne, Instituto Piaget, 2001
  • La tyrannie de l'urgence, Montréal, Fides, 1999.
  • Géopolitique du sens, Paris, Desclée de Brouwer, 1998.
  • Le temps mondial, Bruxelles, Complexe, 1997.
  • Malaise dans la mondialisation, Textuel, 1997.
  • Un monde privé de sens, Paris, Fayard, 1994, 1996. Édition de poche préface inédite, Hachette pluriel, 2001. Traduction allemande : Eine Welt ohne Sinn, Presses Universitaires de Leipzig, 1997 ; traduction espagnole : Un mundo sin sentido, Mexico, Fondo de cultura econonómica, 1998 ; traduction anglaise : A world without meaning, Routledge, 1998.
  • Power and Purpose after the Cold War, Berg, 1994.
  • L'expansion de la puissance japonaise, Bruxelles, Complexe, 1992.
  • Enquête sur la Banque mondiale, Paris, Fayard, 1989, (traduction arabe, Dar Es Sina, 1991).
  • Les contraintes d'une rivalité : les superpuissances et l'Afrique, 1980-1985, Paris, La Découverte, 1986. Traduction américaine : Superpowers and Africa, University of Chicago Press, 1990.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Zaki Laïdi, « Qu'est-ce que la troisième voie? », Esprit, mars-avril 1999, p. 42-49
  2. « c'est le politologue Zaki Laïdi qui avait lancé la formule «troisième gauche» lors de la campagne européenne » in: « Libération publie en exclusivité le texte-manifeste que Daniel Cohn-Bendit va proposer, samedi, aux états généraux de l'écologie politique. Pour la Troisième Gauche Verte », Libération, 23 février 2000
  3. Daniel Cohn-Bendit, « La Troisième Gauche Verte existe... Penser et Vivre la politique autrement. (1) », Libération, 23 février 2000
  4. « Zaki Laïdi », site du PS, consulté le 16 novembre 2013; également présenté comme tel dans la Revue socialiste en février 2013, p. 103
  5. Agence France Presse, "Européennes: le PS choisit ses têtes", Libération, 16 novembre 2013
  6. Arrêté du 27 août 2014 relatif à la composition du cabinet du Premier ministre.

Liens externes[modifier | modifier le code]