Zak Kostópoulos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Zak Kostópoulos
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 33 ans)
AthènesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Ζαχαρίας "Ζακ" ΚωστόπουλοςVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Zacharias KostopoulosVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
Zackie OhVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Zacharías "Zak" Kostópoulos, en grec moderne : Ζαχαρίας "Ζακ" Κωστόπουλος (1985-2018), est un militant greco-américain, défendant les droits des personnes LGBT, des séropositifs, des travailleurs du sexe et des réfugiés et un drag performer connu sous le nom de Zackie Oh[1]. Il est tué le près de la place Omónia[2], au centre d'Athènes[3]. Le procès concernant sa mort s'est tenu du [1] au 3 mai 2022.

Biographie[modifier | modifier le code]

Zak Kostópoulos naît le aux États-Unis, d'un couple d'immigrés grecs. Il rentre en Grèce à l'âge de sept ans[4],[5].

Après des études de théâtre et de marketing[5], il a travaille en tant qu'éducateur spécialisé en VIH et de santé sexuelle, au Check Point d'Athènes, un centre de prévention du VIH[5]. Il contribue également, bénévolement, à Positive Voice, l'association des personnes séropositives de Grèce, tout en écrivant des articles sur Internet et dans les journaux sur des sujets liées aux droits de l'homme, à la sexualité et au VIH[5]. Il a également été le président de la Communauté homosexuelle et lesbienne de Grèce (OLKE)[6]. Lors des élections municipales de 2014, il est candidat au poste de conseiller municipal d'Athènes avec la coalition P.N. OIKA[7]. Lors de ses dernières années, il a participé à des spectacles de drag queens à Athènes sous le pseudonyme de Zackie Oh[8]. En 2017, il interprète Disco Inferno à la fin de la marche des fiertés d'Athènes[9].

Décès - Procès[modifier | modifier le code]

Alors qu'il se rend dans une bijouterie située près de la place Omónia au centre d'Athènes, Zak Kostópoulos est enfermé dans la boutique de luxe par le propriétaire et passé à tabac par deux hommes. Des passants portent eux aussi quelques coups. Quatre policiers arrivés sur les lieux interpellent le militant sans ménagement. Zak Kostópoulos est déclaré mort à son arrivée à l'hôpital, le [1].

Six personnes, dont les quatre policiers, sont inculpées. Le procès, reporté en raison des mesures contre la pandémie de Covid-19 s'ouvre le [1]. Les mis en cause décrivent une tentative de cambriolage qui a mal tourné, tandis que les proches de la victime invoquent un crime haineux et homophobe[1].

Le verdict est rendu le [10].Les deux hommes qui ont enfermé Zak dans la bijouterie sont reconnus coupables d'avoir infligés diverses coups et blessures à la victime ayant entraîné la mort[10]. Tous deux écopent d'une peine de 10 ans de prison[réf. nécessaire], transformée en assignation à domicile pour l'un en raison de son âge. Les policiers sont acquittés[10]. Plusieurs manifestations et protestations ont lieu dans le pays contre les peines jugées insuffisantes et contre l'acquittement des policiers[réf. nécessaire]. Les deux hommes reconnus coupables continuent à clamer leur innocence[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Grèce: procès des assassins présumés de «Zak», Zacharias Kostopoulos, militant LGBTQ », RFI,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. (el) « Ο ακτιβιστής Ζακ Κωστόπουλος ήταν ο άντρας που πέθανε στη ληστεία στο κοσμηματοπωλείο » [« L'activiste Zak Costopoulos était l'homme qui est mort dans le vol à la bijouterie »], kathimerini,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. « Grèce: la mystérieuse mort d'un militant homosexuel intrigue les réseaux sociaux », RFI,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. (el) « Ο ακτιβιστής-αντιφασίστας, Ζακ Κωστοπούλος, ήταν ο άντρας που πέθανε στη ληστεία στο κοσμηματοπωλείο » [« L'activiste antifasciste Zak Costopoulos était l'homme qui est mort dans le vol à la bijouterie »], kar.org,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. a b c et d (el) Danae Nadia Loizou-Manske, « Συνέντευξη από τον Ζακ Κωστόπουλο! » [« Propos recueillis de Zak Kostopoulos ! »], frapress.gr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. (el) « Η «Π.Ν.ΟΙΚ.Α» της Ιωάννα Κοντούλη για την Αθήνα » [« Le "P.N.OIK.A" de Ioanna Kontoulis pour Athènes »], sur le site neolaia.gr,‎ (consulté le ).
  7. (el) Vasilis Thanopoulos, « Ζακ Κωστόπουλος : «Να συμμετέχουμε, να είμαστε ορατοί και ορατές» » [« Zak Kostópoulos : "Participer, être visible et se manifester" »], sur le site avmag.gr,‎ (consulté le ).
  8. (el) « Ο ακτιβιστής Ζακ Κωστόπουλος ήταν ο άντρας που πέθανε στη ληστεία στο κοσμηματοπωλείο » [« Le militant Zac Kostopoulos est l'homme qui a trouvé la mort lors du braquage de la bijouterie »], sur le site lifo.gr,‎ (consulté le ).
  9. (en) Moira Lavelle, « A year after an LGBTQ activist’s murder in Greece, his memory lives on in ‘our politics and our action,’ protesters say », sur le site pri.org, (consulté le ).
  10. a b et c (el) Ioanna Mandrou, « Δίκη Ζακ Κωστόπουλου: Ένοχοι κοσμηματοπώλης και μεσίτης, αθώοι οι αστυνομικοί » [« Procès de Zak Kostópoulos : Bijoutier et courtier coupables, policiers innocents »], I Kathimeriní,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Article connexe[modifier | modifier le code]