Zahra Amir Ebrahimi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ebrahimi.
Zahra Amir Ebrahimi
Nom de naissance Zahra Amir Ebrahimi
Naissance
Iran,
Nationalité Drapeau de l'Iran Iranienne et Drapeau de la France Française
Profession Actrice
Réalisatrice

Zahra Amir Ebrahimi (Persan: زهرا اميرابراهيمی) est une actrice et réalisatrice iranienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Zahra Amir Ebrahimi, dite "Zar", est née en 1981 à Téhéran. A 16 ans elle participe à ses premiers courts-métrages comme assistante-réalisatrice. Devenue comédienne, elle suit des études de théâtre à l'Université islamique Azad de Téhéran, en parallèle d'un cursus de Beaux-Arts à l'Institut Charsu (چارسوي هنر).

Sa carrière de réalisatrice commence avec son court-métrage "Khat". En tant que comédienne, elle apparaît dans les films de nombreux réalisateurs iraniens, notamment Mohammad Nourizad, Mojtaba Raie, Abolfazl Jalili, Abbas Kiarostami et au City Theater (Persian: تئاتر شهر‎‎, Teātr-e Šahr) de Téhéran

City Theater, Tehran

La reconnaissance du grand public vient surtout à sa participation à la série télévisée Komakam Kon. Son rôle dans la série culte Nargess lui assure une grande notoriété. C'est dans ce contexte qu'elle est associée à un scandale de sextape où elle se trouve mise en cause, malgré ses dénégations. Ces accusations, venant dit-elle d'un ancien fiancé avec qui elle a rompu, lui valent d'être confrontée à l'ostracisme social, à une carrière d'actrice devenue impossible et à une possible peine de coups de fouet, si les faits étaient prouvés. Les films privés montrant des scènes de sexe ne sont pas rares en Iran. Cependant, la notoriété de l'actrice rend l'affaire particulièrement sensible, engendrant une réaction des atorités.Le procureur Saeed Mortazavi, procureur en chef de Téhéran, est chargé de l'instruction de l'affaire[1],[2].

Elle se réfugie en France en 2008, où elle travaille comme comédienne et réalisatrice, notamment pour le programme en langue persane de la BBC, et obtient la nationalité française par décret de naturalisation. En 2017, elle est à l'affiche de Téhéran Tabou, du réalisateur Ali Soozandeh, nominé au Festival de Cannes dans le cadre de la Semaine de la critique[3].

Prix[modifier | modifier le code]

  • Mai 2018 : Prix de la meilleure actrice pour son rôle dans Bride Price vs Democracy de Reza Rahimi. Nice International Film Festival.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Robert Tait, « Iranian actor in sex video scandal says ex-fiance faked footage », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  2. « Iran - Zahra Amir Ebrahimi dénonce une campagne immorale », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  3. Yannick Vely, « Bande-annonce : Le cinéma iranien se met à l'animation avec "Téhéran Tabou" », Paris Match,‎ (lire en ligne)

Filmographie[modifier | modifier le code]