ZMapp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

ZMapp est un médicament expérimental pour traiter la maladie à virus Ebola composé de trois anticorps monoclonaux. Le médicament a été testé pour la première fois chez l'homme au cours de l’Épidémie de fièvre hémorragique Ebola en Afrique de l'Ouest en 2014.

Développement et production[modifier | modifier le code]

Le ZMapp est développé par Mapp biopharmaceutical Inc., résultat de la collaboration entre Mapp biopharmaceutical (San Diego) et l'Agence de santé publique du Canada[1].

Mapp biopharmaceutical aurait été financé par l'armée américaine[2].

La production du médicament à partir de plants de tabac[3] est encore très limitée et prend plusieurs mois.

Usage humain lors de l’épidémie en 2014[modifier | modifier le code]

Vu l'ampleur de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola en Afrique de l'Ouest en 2014, l’OMS a autorisé l’usage du médicament expérimental sur des humains[4].

Les doses ont permis de traiter quelques soignants avec des premiers résultats encourageants[5], mais les quantités disponibles sont trop faibles (entre 800 et 1 000) pour avoir un impact sur l'épidémie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le champion de la lutte contre le virus Ebola est un laboratoire canadien - Usine Nouvelle
  2. Ebola, histoire secrète d'un sérum - Le Point
  3. « Ébola : autopsie d’un virus », RTS Un, Radio télévision suisse « 36.9° »,‎ (lire en ligne [[vidéo] durée : 1:00:01])
    « Comment survivre dans la pagaille et la peur que génère l’épidémie d’Ebola ? Une équipe de 36.9° est partie en Guinée, au cœur du désastre, à la rencontre des soignants locaux mais aussi des volontaires occidentaux qui sont au front et tentent d’éviter la propagation. Qui est ce virus, d’où vient-il, comment se transmet-il ? Et surtout : comment l’arrêter ? Une émission spéciale monothématique pour mieux cerner ce mal. »
  4. « Ebola : ZMapp, le sérum expérimental autorisé par l’OMS », sur santelog.com,
  5. AFP, « Ebola : un médecin traité au ZMapp décède », Les Échos,‎ (lire en ligne)