Zéphirin Camélinat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Zéphyrin Camélinat)
Aller à : navigation, rechercher
Zéphyrin Camélinat
Camelinat1854.jpg

Zéphirin Camélinat en 1864.

Fonction
Député
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Partis politiques
Membre de

Rémi Zéphirin Camélinat, né à Mailly-la-Ville (Yonne) le [1] et mort à Paris le [2],[3] (enterré à Mailly-la-Ville[4]), est un syndicaliste et homme politique français.

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Plaque apposée sur la façade de l'immeuble sis 137 rue de Belleville à Paris dans le 19e arrondissement (angle avec la rue Lassus), habité par Zéphyrin Camélinat

Fils d'un vigneron tailleur de pierres surnommé Camélinat le rouge, il monte à Paris à l'âge de 17 ans et travaille chez un fabricant de tubes de cuivre, puis comme ouvrier bronzeur. Il devient l'un des principaux dirigeants syndicaux des ouvriers du bronze. Il est mobilisé pendant la guerre de 1870.

Lors de la Commune, en 1871, il est nommé directeur de la Monnaie de Paris qu'il réorganise. Il fait frapper, avec la fonte d'une partie de l'argenterie impériale récupérée dans les palais, des pièces de 5 francs de grande qualité au type Dupré, dites Hercule au trident, son différent de directeur de la monnaie étant un trident. Mises en circulation durant la courte période de la Commune, elles sont restées célèbres et recherchées jusqu'à aujourd'hui dans le monde de la numismatique, quantité frappée : 256 410 exemplaires. On peut remarquer qu'il fut d'une honnêteté rigoureuse et que, lors de son départ pour l'exil, pas un sou n'a manqué dans les caisses ni une monnaie dans les collections.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Ami de Pierre-Joseph Proudhon, il est l'un des signataires du Manifeste des Soixante. Fondateur de l'AIT, il participe activement à la Commune, échappe à la répression versaillaise et doit s'exiler à Londres. Condamné à la déportation par contumace, il est gracié en 1879. De retour en France en 1880, il rejoint l'alliance républicaine et socialiste de Charles Longuet, gendre de Karl Marx. Il contribue à la renaissance du socialisme et participe à la formation de la SFIO.

Député de Paris (1885-1889), son élection est saluée comme « un grand événement » par Friedrich Engels[5]. Il défend la révision de la Constitution dans un sens « républicain socialiste », l’indemnisation des accidents de travail, l'aide sociale pour les personnes handicapées, la limitation du travail des enfants, la séparation de l’Église et de l’État et la gratuité de la justice[6]. En 1892, il participe au journal Le cri du peuple. Trésorier de la SFIO, il se rallie aux majoritaires communistes du Congrès de Tours en 1920, il favorise la naissance du communisme en France.

En 1921, il transmet les actions du journal L'Humanité (fondé par Jean Jaurès) au Parti communiste français. En 1924, à l'âge de 84 ans, il est le premier candidat communiste à l'élection présidentielle et obtient 21 voix sur l'ensemble des députés et des sénateurs.

Malgré les conditions de Moscou, il est seul dans ce cas parmi les personnalités du PCF, membre à la fois du Komintern et de la franc-maçonnerie[réf. nécessaire].

Il participe à la première édition de la fête de l'Humanité en 1930[7][réf. insuffisante].

Réalisation[modifier | modifier le code]

  • 1871, pièce de 5 francs dite Camélinat, en circulation en France de 1871 à 1899 (mais en théorie, cette pièce devait être valable jusqu'en 1928).

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance no 22 du , Archives départementales de l'Yonne
  2. André Marty, « Camélinat est mort ! Vive la Commune ! », L'Humanité, no 12136,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  3. « Nécrologie », Le Temps, no 25761,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  4. Bertrand Beyern, Guide des tombes d'hommes célèbres, Le Cherche midi, , 385 p. (ISBN 9782749121697, présentation en ligne), p. 273.
  5. « Zéphyrin Camélinat. Un long chemin, de la commune au communisme. », L'Humanité,‎ 7 septembre, 2011 (lire en ligne)
  6. Bruno Fuligni, La France rouge. Un siècle d’histoire dans les archives du PCF., Les Arènes,
  7. https://twitter.com/LarrereMathilde/status/908368996461838341