Yvonne de Bremond d'Ars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Bremond d'Ars.
Yvonne de Bremond d'Ars
Yvonne de Bremond d'Ars 1929.jpg

Yvonne de Bremond d'Ars en 1929.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions

Yvonne Anne-Marie de Bremond d'Ars, née à Nantes le et morte à Paris le , est une antiquaire française, spécialisée dans le mobilier XVIIIe siècle, active à Paris au lendemain de la Première Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Yvonne de Bremond d'Ars est née à née à Nantes le [1] du mariage d'Anatole Anne Marie Alon Josias Hélie de Bremond d'Ars dit « comte de Bremond d’Ars » (titre de courtoise)[2] (Nantes, 22 juillet 1872 - Paris, 1939) et de Marie Louise Donatienne Rialland. La branche saintongeaise des Bremond eut comme berceau le château d'Ars (Charente) et un hôtel particulier du XVIIe siècle à Saintes (Charente-Maritime) porte ce nom.

Morte le dans le 14e arrondissement de Paris, elle est inhumée au cimetière ancien d'Asnières-sur-Seine[3].

Notoriété[modifier | modifier le code]

Son magasin, situé 20, rue du Faubourg-Saint-Honoré, était célèbre, en particulier pour ses vitrines de Noël. Elle le cède en 1968 à l'antiquaire Maurice Ségoura (1932-2013).

Figure du tout-Paris et femme de lettres, elle publie de nombreux livres de vulgarisation sur « le monde de la Curiosité ».

Elle participe aux côtés d'Anne Morgan à la création du musée franco américain de Blérancourt.[réf. nécessaire]

Elle est dans les années 1920 la compagne et le pygmalion de la chanteuse Suzy Solidor. Elle lui dessinera un maillot en filet de pêche qui fit sensation sur la plage de Deauville.

Les traits d'Yvonne de Bremond d'Ars restent fixés par les portraits qu'en firent le peintre Marcel Chassard[4] et ses amis Kees Van Dongen et Foujita.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Suzy Solidor sur la plage de Deauville en 1929.
  • Fenêtre ouverte sur le passé, Henri Lefebvre, Paris, 1952
  • L’Apprenti antiquaire, Henri Lefebvre, Paris, 1952
  • Le Journal d’un ange gardien[5]
  • Je suis antiquaire, Éditions du Conquistador, Paris, 1954
  • Le Journal d’une Antiquaire
Tome I, Le Métier d’antiquaire, Paris, 1964. Tome II, C’est arrivé en plein Paris, Henri Lefebvre, 1956, prix de la Société des gens de lettres, prix des Neuf, couronné par l'Académie française. Tome III, Un étrange petit théâtre, Henri Lefebvre, 1960. Tome IV Le Brocanteur du Marais, Hachette, 1960. Tome V, Le Coffre à secrets, Hachette, 1962. Tome VI, Le Château fantasque, Hachette, 1963. Tome VII, Extravagances, Hachette, 1964. Tome VIIII, Les Rapaces, Hachette, 1965. Tome IX, Remue-Ménage, Hachette, 1966. Tome X, Le Marquis de Caracas, Hachette, 1967. Tome XI, Le Destin des choses, Hachette, 1968. Tome XII, La Démone, Hachette, 1969. Tome XIII, La Fête inconnue, Hachette, 1970. Tome XIV, De Surprises en surprises, Hachette, 1971. Tome XV, La Dernière Carten Hachette, 1972. Tome XVI, Les Cachotiers, Hachette, 1973. Tome XVII, Le Manuscrit enchanté, Hachette, 1974. Tome XVIII, Le Cadeau du roi, Hachette, 1975. Tome XIX, Qui a volé la tapisserie, Hachette, 1976
Ouvrages traduits en anglais
  • In the Heart of Paris, 1959
  • The Antique Dealer's Tale, 1962
  • The Chest with a Secret, 1963
  • The Mysterious Château, Gollancz, Londres, 1964

Distinctions[modifier | modifier le code]

Yvonne de Bremond d'Ars est chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur.

En 1968, l'Académie française lui décerne le prix Broquette-Gonin (littérature)[Note 1] pour son ouvrage Le Destin des choses.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le prix Broquette-Gonin de littérature est « destiné à récompenser l'auteur d'un ouvrage philosophique, politique ou littéraire jugé susceptible d'inspirer l'amour du vrai, du beau et du bien ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance n° 299. Archives municipales de Nantes et François Elion, journaliste à l'ORTF, dépêche AFP, in Marie-Hélène Carbonel, op. cit. infra, p. 312.
  2. La famille de Brémond d'Ars n'est pas titré et porte des titres de courtoisie : Charondas, A quel titre, Les Cahiers nobles, 1970.
  3. Inhumée à Asnières-sur-Seine, cimetière ancien. Source : Asnières Infos, , no 320, p. 46.
  4. André Flament, Chassard, Éditions de l'Archipel, 1973, tableau reproduit en page 41.
  5. Œuvre citée, pas à la BNF selon Opale.