Yvonne Serruys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Serruys.
Yvonne Serruys
Naissance
Décès
(à 80 ans)
Paris (France)
Nationalité
Activités
Autres activités
Maître
Conjoint
Pierre Mille (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
Œuvres réputées
Faune aux enfants
Statue d'une cigogne
Candeur

Yvonne Serruys, née à Menin le et morte à Paris le , est une sculptrice et artiste peintre française d'origine belge[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Menin en Flandre (Belgique) dans une famille francophone fortunée, Yvonne Serruys étudie la peinture et le dessin avec Émile Claus. De 1892 à 1894, elle fait des études à Bruxelles dans l'atelier du peintre Georges Lemmen, membre des XX, puis reprend ses études avec Claus.

Après avoir réalisé un voyage en Italie puis en Grèce, elle présente ses peintures à Paris lors du Salon des artistes français de 1898. C'est à ce moment qu'elle décide de se consacrer à la sculpture, un choix qui l'amène à revenir à Bruxelles, étudier auprès du sculpteur Égide Rombaux. En 1904, elle retourne à Paris, où elle installe son atelier. Son œuvre représente 250 statues, ainsi que plus de 300 pièces en verre. Elle a honoré plusieurs contrats publics, dont un monument en l'honneur de son professeur Émile Claus à Gand, un autre pour Paul Cambon à Tunis, et un mémorial de guerre dans sa ville natale. Les nus forme la majeure partie de son œuvre, mais Yvonne Serruys a également produit quelques œuvres religieuses.

Membre active du Salon des artistes français, elle y rencontre celui qui deviendra son mari, Pierre Mille. Leur mariage a lieu à Menin en 1909. Ils organisent par la suite leurs propres galeries d'arts, pendant plusieurs années. Elle est nommée rosati d'honneur[2]. En reconnaissance de son travail, Yvonne Serruys reçoit la Légion d'honneur en 1920, et est nommée officier de l'ordre de Léopold en 1934. Dans les années 1930, ses œuvres sont exposées au Salon de la Société des femmes artistes modernes.

Yvonne Serruys meurt à Paris le . Elle est inhumée au cimetière de Sceaux (Hauts-de-Seine). Elle lègue nombre de ses œuvres à sa ville natale de Menin, où elles sont conservées dans le musée local, le Stadsmuseum't Schippershof.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En France

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éliane Gubin, Dictionnaire des femmes belges : XIXe et XXe siècles, Éditions Lanoo, 2006, 637 p. (ISBN 9782873864347).
  2. Archives municipales de la ville de Fontenay-aux-Roses.[réf. insuffisante]
  3. Patrimoine de France
  4. Base Joconde du Ministère de la Culture.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marjan Sterckx, « Yvonne Serruys », dans Éliane Gubin, Dictionnaire des femmes belges: XIXe et XXe siècles, Bruxelles, Racine, (lire en ligne), p. 501-502.

liens externes[modifier | modifier le code]